LA QUESTION DU CAFE DANS LE MONDE SELON GEOPOLITIS

Le marché du café est évalué entre 10 et 15 milliards de dollars par an. En valeur, c'est la première denrée alimentaire échangée. Une cinquantaine de pays tropicaux produisent les fèves destinées à l'exportation vers les États-Unis et l'Europe principalement.


La situation des Défenseurs des Droits de l'Homme de Bandundu.

L'ONG Nationale de Promotion, Protection et Défense des Droits de l'Homme de la République Démocratique du Congo dénommée HUMAN RESCUE/DRC reste en ligne par rapport à ses 3 Défenseurs des Droits de l'Homme de la Province du Bandundu qui se trouve toujours dans une situation de clandestinité il ya de cela plusieurs jours.


Un activiste de Droits de l'Homme porté disparu à Butembo.

Monsieur Pierre MUHUNGU BAHATI, activiste de droit de l'homme porté disparu à Butembo depuis que les agents de l'ANR sont venus le chercher dans la nuit du 18 au 19 aout 2014. Selon sa femme, les agents de l'ANR l'accusent d'avoir accusé un Colonel de la garde presidentielle, MUHINDO dit Moundos d'etre à l'origine de l'assassinat du Colonel Mamadou Ndala en complicité avec le pouvoir de Kinshasa.


Droit à l’éducation en RDC : Le système de prise en charge des enseignants par les parents de nouveau confirmé pour 2014/2015

Droit à l’éducation en RDC : Le système de prise en charge des enseignants par les parents de nouveau confirmé pour l’année scolaire 2014-2015
Dans le cadre du monitorage sur l’application et les violations des droits économiques, sociaux et culturels en RD Congo particulièrement le droit à l’éducation par rapport au cycle primaire, l’Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables ACVDP membre de la Coalition Nationale Education pour Tous (CONEPT), du Groupe de Travail des Droits de l’Enfant et de la Coalition des Droits de l’Enfant (CODE)constate avec regret la reconduction officielle pour l’année scolaire 2014-2015 de la pratique tant décriée par les parents et les enseignants du secteur public, celle de la prise en charge des enseignants par les parents en violation des articles 43 de la constitution de la République qui stipule que «Toute personne a droit à l'éducation scolaire. Il y est pourvu par l'enseignement national. L'enseignement national comprend les établissements publics et les établissements privés agréés. La loi fixe les conditions de création et de fonctionnement de ces établissements. Les parents ont le droit de choisir le mode d'éducation à donner à leurs enfants. L'enseignement primaire est obligatoire et gratuit dans les établissements publics. » des articles 38 et 39 de la loi portant protection de l’enfant congolais qui indique que Tout enfant a droit à l'éducation.


le virus du papillome humain

Le vaccin contre le VPH est plus efficace si elle est donnée avant toute activité sexuelle et l'exposition possible au VPH. Il est important de bien vacciner avant l'exposition à une infection, comme c'est le cas avec les vaccins contre la rougeole et d'autres adolescents recommandés. De même, les parents doivent faire vacciner leurs enfants bien avant qu'ils ne soient exposés au VPH.


RDC:La Cour suprême de justice de la RDC se déclare incompétente (significations juridiques)

La patate est cuite, il faudrait poursuivre maintenant le gros poisson. C’est un scandale de la politique internationale, lorsque la Cour Suprême de Justice de la République Démocratique du Congo s’est déclarée incompétente à statuer sur le contrôle de constitutionnalité dans l’affaire Floribert Chebeya Bahizire et Bazana. La Cour a rendu son arrêt vendredi 29 août 2014 dans la soirée, en l’absence des avocats de la partie civile qui avait claqué la porte. Elle a décidé de renvoyer l’affaire à la Haute Cour militaire pour poursuivre le procès en appel, au grand dam de la partie civile.


Interdiction de 136 journaux en RD Congo : OLPA dénonce le silence du CSAC et exige l’annulation des arrêtés ministériels

Dans une lettre adressée au président du Conseil supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC), le Comité exécutif de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation indépendante de défense et de promotion de la liberté de presse, basée à Kinshasa, dénonce le silence du Bureau du CSAC face à des décisions manifestement illégales qui plongent la presse congolaise dans une insécurité juridique susceptible de fragiliser ce pilier de la jeune démocratie congolaise à la veille des élections provinciales, urbaines, municipales, locales et éventuellement, les élections législatives et présidentielle. OLPA sollicite donc l’implication du CSAC pour l’annulation pure et simple des arrêtés ministériels n°016/CAB/MIN/MRPINC/2014 du 18 août 2014 et n°017/CAB/MIN/MRPINC/2014 du 20 août 2014 portant respectivement assainissement du secteur des medias en RD Congo et interdiction de publication des journaux sans existence légale en RD Congo.

Ci –dessous la teneur de la correspondance réceptionnée par le CSAC le 25 août 2014.


REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE EN RD.CONGO.

La Prospérité rappelle que « le procès de M. Ewanga avait été suspendu le 5 août », jour de son ouverture, après que la défense a soulevé une « exception d’inconstitutionnalité de la loi de flagrance » utilisée pour arrêter le député, secrétaire général de l’UNC, troisième parti d’opposition.
Lundi, a expliqué Me Mayo, la Csj siégera comme Cour constitutionnelle et devra statuer sur l’exception d’anti-constitutionnalité.