Le rôle des Femmes dans l'Economie Sociale de Marché

Le rôle des Femmes dans l'Economie Sociale de Marché


Ancienne diplomate Marie PINDI JENSEN de Danemark demasquée dans la livraison des faux documents en Norvege.

L'ONG Jeunesse du Monde a finalement decouvert le nom de la fameuse ancienne diplomate Marie PINDI JENSEN. Cette dame continue à livrer aux autoroités norvegiennes de faux documents congolais pour leur permettre de refouler les congolais demandeurs d'asile deboutés. Marie PINDI fut une ancienne diplomate travaillant dans une Chancellerie(Consulat) congolaise au Danemark, mais depuis lors elle ne travaillerait plus pour la diplomatie congolaise, mais elle continue à utiliser les anciens documents de l'Etat Congolais qu'elle echange contre quelques billets de dollars dans l'illégalité totale. Il y a quelques mois, elle aurait été chassés du Danemark et Suede par les jeunes congolais communement appelés Combattants pour les memes forfaits. Se croyant à l'abri dans sa vie actuelle qu'elle passé entre Kinshasa et Oslo, l'infortunée continue à sale besogne contre ses compatriotes juste pour ses propres interets. Un congolais de la diaspora européenne a affirmé que cette dame travaille contre les interets de la Republique car en 2014 une etude a prouvé que l'argent que les congolais de la diapora envoie à leurs familles etait superieur à la somme que les Pays Européens donnent à la RD.Congo dans le cadre d'aide au developpement. ce soutien familial contribute à apaiser la tension que pouvait suscitait la famine ou le manque d'argent de frais academiques pour les familles pauvres. L'ONG Jeunesse du Monde demande au Gouvernement de la RDC de se penser sur ce cas et de traduire ladite dame en justice.
ONG Jeunesse du Monde


Une ancienne diplomate congolaise livre des documents en Norvege illegalement

Une ancienne diplomate congolaise continue à livrer des faux documents congolais aux autorités Norvegienne de l'immigration dans l'opération de refoulement des demandeurs d'asile deboutés. Cette dame don't l'identité n'a pas été rendue publique se fait passer pour une diplomate encore en function dans ce pays. Selon plusieurs temoignages concordants, elle utiliserait de anciens laisser-passer contre quelques billets pour autoriser les autorités norvegiennes à proceder au refoulement des congolais en Republique democratique du Congo via la Belgique. L'ONG Jeunesse du Monde demande au Ministère des Affaires Etrangères de se pencher sur ce cas d'imposture et de traduire l'infortunée en justice. Elle demande aussi à Direction générale de migration(DGM) de veiller sur l'authenticité des documents que les pays etrangers, surtout européens utilisent pour reconduire les congolais à la frontière, de peur que les noms congolais ne debarquent sur le sol congolais.
L'ONG Jeunesse du monde continue ses recherches sur ce cas et compte publier encore dans les jours avenirs les details de cette dame qui seme la desolation dans la diaspora norvegienne.
ONG Jeunesse du Monde


MESSAGE DE REMERCIEMENT ET DE RECONFORT MORAL DES FNRC AUX PATRIOTES CONGOLAIS DE LA DIASPORA ET DE L’INTERIEUR DU PAYS.

Au lieu de continuer à nous plaindre constamment de ce que nous considérons comme une mauvaise foi de la communauté internationale, nous, les élites congolaises, nous devrions aussi nous demander ce que nous faisons nous-mêmes pour mettre fin à l’annexion du Kivu, à part le fait de se contenter de dire qu’un tel ou tel autre leader congolais est un rwandais ou de se plaindre sur des projets de balkanisation de notre pays dont nous-mêmes ne maîtrisons même pas les contours. La libération du Kivu est une question d’intérêt vital pour notre pays, ce n’est la priorité des priorités des Etats Unis, de la France ou de la Grande Bretagne. Cessons de nous décharger de nos responsabilités sur les autres. Le fait que les Etats Unis appuyaient déjà le maquisard Paul Kagame n’avait pas empêché le Maréchal Mobutu d’envoyer le Général Mahele chasser les rebelles de l’APR de Kigali en 1989. Et, croyez-moi, si nous organisons bien notre armée et nous décidons de chasser les Rwandais du Kivu, ni Washington, ni Paris, ni Londres n’enverra des troupes pour contrecarrer notre action.


SIGNIFICATION DU PROCES VITAL KAMERHE ET LES POURSUITES FUTURES CACHES CONTRE LES ACTEURS ELECTORAUX

Le Procès contre Kamerhe de l’UNC annonce de nouveaux procès en préparation contre les politiciens, les organisations des droits de l’homme et les observateurs internationaux des élections en République Démocratique du Congo.
Le Gouvernement et la justice congolaise doivent démontrer la séparation de pouvoir, l’application de principe de la liberté d’expression au sens du Pacte International Relatif aux Droits Civils et Politiques que la République Démocratique du Congo a ratifié et s’est engagée à mettre en œuvre sans condition.
Les observateurs électoraux internationaux ne devront pas être poursuivis en justice congolaise ou être interdits de ne pas entrer en RDC, seulement parce qu’ils ont documenté les irrégularités électorales en 2011 :

Actuellement, la tendance du gouvernement est de déclarer « Persona non grata » toute personne qui fait usage de la liberté d’expression ou qui publie les droits publics et les droits de l’homme en état des violations en République Démocratique du Congo. Cette tendance est un signe de la dictature ou de l’obstruction de la liberté d’expression :

Hier, c’est le directeur du Bureau des Nations Unies aux Droits de l’Homme, qui a été déclaré persona non grata, et son visa n’a pas été renouvellé, malgré les interventions multiples de la société civile et du secrétaire général Ban-Ki Moon.

Aujourd’hui, c’est le représentant des Etats Unies dans la Région des Grands Lacs qui doit quitter ses fonctions pour s’être prononcé publiquement contre la modification de la constitution et pour l’alternance au pouvoir et la bonne gouvernance démocratique en République Démocratique du Congo.


RD CONGO : JPDH exige des éclaircissements sur les disparus de la marche de 16 février 2013

Journaliste pour la promotion & la défense des droits de l’homme (JPDH), organisation de lutte contre l’impunité et la disparition forcée exige toute la lumière sur des personnes portées disparues lors d’une pacifique marche organisée à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC), à l’occasion du 23ème anniversaire de la répression de la marche des catholiques réclamant l’ouverture de la Conférence nationale souveraine devant conduire aux élections pluralistes dans l’ex-Zaïre.


ET SI TOUS CES VOYAGES DES OPPOSANTS EN OCCIDENT PORTAIENT LES GERMES D’UNE COLONISATION DU CONGO-ZAIRE PAR LE RWANDA?

Bien qu’étant au courant de toutes ces considérations géostratégiques défavorables à notre pays, un irrésistible désir de succéder à Mobutu était tel que les Ngunz Karl-I-Bond, que son âme repose en paix, Tshisekedi et autres se jetèrent, jeux bien fermés, dans les bras des Occidentaux dans leurs quêtes des appuis pour accéder au pouvoir. Et, c’est de cette alliance objective entre l’opposition zaïroise et l’Administration Clinton que jaillit dans les esprits des stratèges de Washington l’idée de parrainer une rébellion de l’AFDL dont les vrais maîtres du jeu étaient plutôt les Bizima Karaha, Bugera, James Kabarebe, les Ngandu Kissase et Laurent Désiré Kabila et autres n’étant que de simples étiquettes. Maintenant qu’il se dessine des perspectives crédibles d’une alternance au sommet de l’Etat, en 2016, le pauvre peuple congolais est en train d’assister sans le savoir à une répétition de l’histoire qui porte malheureusement les germes de son asservissement pour des siècles par des peuples voisins.


OLPA inquiet par la détérioration de la liberté d’expression et de presse à quelques mois des élections

Dans une correspondance adressée au Premier Ministre, chef du Gouvernement, réceptionnée par le Cabinet de la Primature, le 20 mars 2015, l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) se déclare inquiet au sujet de la détérioration de la liberté de la presse au cours de cette semaine à Kinshasa et à Goma (Nord-Kivu). OLPA déplore l’interpellation brutale des journalistes Aurélie Lafontaine, Eric Izami, Federico Scoppa, Chinois Mbelechi et Maxime Le Hegrat à Kinshasa ainsi qu’ Alexis Bouvy à Goma (Nord Kivu). OLPA est plus qu’inquiet par la détérioration de la liberté d’expression et de presse en RDC.