OLPA soulagé après la reprise des émissions d’Equateur Radio à Mbandaka

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation indépendante de défense et de promotion de la liberté de presse, exprime son soulagement après la reprise des émissions d’Equateur Radio (E-radio), une station privée de radio, émettant à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur, au nord de la République démocratique du Congo (RDC).
E-Radio a repris la diffusion de ses émissions, le 8 décembre 2014 après 45 jours d’interruption occasionnée par l’occupation des installations de la radio par des éléments de la Police nationale congolaise (PNC/Mbandaka).


OLPA exige la libération d’un journaliste incarcéré à Mbandaka

OLPA exprime ses vives inquiétudes sur la détention prolongée de Luron Libono Nyamuinga,journaliste à Equateur Radio (E-radio) de Mbandaka, accusé d'avoir injurié Sébastien Impeto Pengo, Vice-gouverneur de la province de l’Equateur. OLPA condamne cette incarcération injustifiée du journaliste, laquelle viole gravement la liberté de presse.


LE 17 NOVEMBRE 2014 AURAIT ETE L’ANNIVERSAIRE DES FORCES ARMEES ZAIROISES

De toutes les façons, si la paix n’est que le résultat de l’effet dissuasif que les forces de défense d’un Etat exercent sur ses potentiels agresseurs, comme le souligne le Prof. Claval, les pauvres Congolais ont vraiment de quoi s’inquiéter avec une armée nationale pouvant aligner jusqu’à 150 généraux pour quelques trois ou quatre brigades réellement organiques. Le comble en est notamment que le repli stratégique, au lieu d’être une exception tactique, est plutôt devenu la règle d’or des FARDC des KabilIstes. Il est vraiment temps que les kabilistes cèdent la place aux patriotes capables de restaurer le Grand Congo. Et c’est à l’opposition congolaise de faire un effort de taire momentanément ses divergences pour privilégier un travail en commun de sensibilisation des masses afin que la RDC emboite le pas à l’Egypte, à la Tunisie et au Burkina Faso. Que Dieu protège le Congo.


Amnesty International has published a new report today on Malta Forest and Housing Rights Violations in DRC in Katanga

How a mining company buried the truth about forced evictions in the Democratic Republic of Congo provides satellite imagery and other new evidence, exposing how a Belgian company’s subsidiary, Entreprise Général Malta Forrest (EGMF), supplied bulldozers that were used to unlawfully demolish homes and forcibly evict hundreds of people living next to the company’s Luiswishi mine in Kawama, Katanga, in Congo-Kinshasa


Amnesty International publie son rappor sur Malta Forrest en RDC

Après les bulldozers, Comment une compagnie minière a étouffé la vérité sur des expulsions forcées en République démocratique du Congo, présente des images satellite et d'autres éléments de preuve qui révèlent que l'Entreprise Général Malta Forrest (EGMF), filiale du Groupe Forrest International, a permis en 2009 que des bulldozers lui appartenant soient utilisés pour démolir illégalement des logements et expulser de force des centaines de personnes vivant à Kawama, dans la province du Katanga, près de la mine de Luiswishi, alors exploitée par l'entreprise.


UNE INERTIE DE L OPPOSITION FACE A L’INITIATIVE COLLECTIVE DE KAMERHE, FAYULU ET CHRISTOPHER NGOYI SERAIT TRES PREOCCUPANTE

Il est vraiment inconcevable que ceux qui se disent opposants traînent encore les pieds pour imiter l’exemple de ces trois patriotes, à défaut de les rejoindre en vertu du principe qui dit que l’union fait la force. Les cas de l’Egypte, de l’Ukraine et plus récemment du Burkina Faso nous renseignant que les dictatures ne résistent plus à un soulèvement populaire bien organisé, il est urgent et impérieux que les opposants sincères, ceux qui ne rêvent pas d’éhontés postes ministériels « made in Concertations Nationales », rejoignent Vital Kamerhe, Martin Fayulu et Christopher Ngoyi dans des actions de sensibilisation des masses sans lesquelles le changement que tous les Congolais attendent au sommet de l’Etat ne serait envisageable.


OLPA exige la libération d’un journaliste incarcéré à Kinshasa

OLPA exige la libération immédiate et inconditionnelle du journaliste Eric Masimo Matuka incarcéré depuis le 14 novembre 2014 à l’ANR Kinshasa ainsi que la cessation de toutes les pressions sur le journal C-News.


OLPA condamne l’agression brutale d’un journaliste à Ngandajika

Dans une lettre adressée au Secrétaire général du parti présidentiel PPRD (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie), l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) condamne l’agression brutale de Joseph Malamba Kasonga, journaliste à la Radio -télévision Communautaire Ngandajika (RTCN), station communautaire émettant à Ngandajika, territoire situé à 90 kms de Mbuji-Mayi (Kasaï- Oriental), au centre de la République démocratique du Congo (RDC). Le journaliste a été brutalement agressé, le 26 octobre 2014, par M. Hilaire Mulumba Mutambayi, Secrétaire exécutif du PPRD/Ngandajika, votre parti, alors qu’il se trouvait au siège de la RTCN. Ci-dessous la copie de la lettre réceptionnée par le PPRD en date du 18 novembre 2014.