La situation des TIC dans les organisations de la société civile en RDC

Bien que statistiquement non-représentative, l’étude donne une image assez fidèle de la situation au sein du mouvement associatif début 2003. Elle formule quelques stratégies d’appui qui ne s’adressent pas à des organisations individuelles mais à l’ensemble de la communauté.
Le constat global en ce qui concerne la disponibilité de l’outil informatique est que la situation est encore primitive ou embryonnaire.
Le nombre des ordinateurs par organisations reste faible et leur configuration dépassée par rapport aux nouveaux logiciels disponibles. Il en est de même pour les imprimantes. Cependant, la plupart des logiciels professionnels classiques ayant trait aux travaux essentiels de la bureautique sont présentes. 89% sont dans le Windows comme système d’exploitation contre 11% qui sont encore sous DOS. Les systèmes de mise en réseau interne "Intranet" sont rarissimes et si présents, souvent peu fonctionnels.
L’accès à l’Internet est limité vu l’absence de canaux de communication électroniques de qualité à des prix abordables.
La maîtrise de l’outil informatique est élémentaire.
En général nous pouvons dire que dans la plus part des associations, l’utilisation du matériel est inapproprié et que leur tenue se fait en dehors les normes. Le niveau de formation en NTIC dont les utilisateurs ont bénéficié est le plus souvent de courte durée et sans garantie de qualification. Il en découle que les logiciels ne sont utilisés qu’à une fraction de leurs possibilités, même pour les logiciels de traitement de texte.
Le contexte est peu propice à la diffusion des NTIC; la qualité du réseau électrique; la coupure et les perturbations dans la connexion Internet; les formations insuffisantes chez les membres des organisations; le manque de suivi après formations; le fait de se retrouver sous sa totale dépendance du fournisseur lorsqu’il a acheté le matériel chez lui; le retard dans l’intervention lorsque le client est en panne.
La plus part des fournisseurs disposent d’une bonne capacité de livraison et d’appui conseil, mais leur disponibilité effective et attitude ne sont pas toujours appropriées. La dépendance des associations vis-à-vis du fournisseur les mets dans une position délicate.
Le peu d’expérience qu’ont les organisations congolaises avec différents aspects de l’informatique, les a convaincu que c’est un passage obligatoire. Elles sont en effet conscientes de la nécessité de fournir un travail professionnel adapté aux attentes des partenaires du Nord. Evidemment l'ordinateur n'est pas une garantie pour le professionnalisme, mais il est un outil important: la rédaction des rapports, la gestion des données, la comptabilité et la gestion des finances par ordinateur, la communication rapide par courriel... L'ordinateur a un impact sur tous les aspects de la gestion de l'organisation.
La saisie des documents et du courrier sur ordinateur permet(trait) une utilisation optimale du courrier électronique. L’archivage du courrier électronique est néanmoins souvent déficient. La recherche d’informations via Internet reste peu performante.
Les bailleurs de fonds aussi se rendent compte de l'importance de l'informatique pour les projets qu'ils financent. Sans exception ils sont prêts, sous des conditions prescrites, au financement de l'équipement informatique via les projets agréés, même s'ils n'ont pas de vrai politique sur les NTIC.
L’étude identifie des stratégies d’appui.
Il faut faciliter des investissements matériels et humains au niveau des associations. L’informatisation de la gestion d’une organisation ne constitue pas une épargne, loin de là. Elle coûte chère à l’achat de l’équipement, la formation du personnel et les frais récurrentes. L’utilisation d’équipements d’occasion est souvent justifiée, ainsi que de logiciels moins récents.
Au niveau des "fournisseurs" d’équipement, de service d’après vente et d’appui-conseils, il faut stimuler la qualité des services.
Des formations appropriées doivent contribuer à une démystification de l'ordinateur. Ceci implique, en plus des utilisations des logiciels, deux éléments: une guide de dépannage de l’ordinateur et un guide pour réussir l’informatisation de son organisation.
Un cadre promotionnel adapté doit être mis en place par le gouvernement.
En Europe les autorités ont facilité l’intégration des NTIC via la subvention de services communs. Le coût en était amoindri et une qualité de base garantie.
L’accès à l’Internet est un facteur contraignant qui demande une approche collective. Les coûts d’un bon accès étant élevés, une approche commune est conseillée, même si cela diminue l’autonomie de chaque organisation.


Lien Internet suggéré

Brève description du lien

Le site de ATOL
Fichier attachéTaille
1621.pdf289.31 Ko