Procès en appel des 100 jours : l’ACVDP plaide pour la protection des témoins

L’Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables (ACVDP), une Asbl humanitaire pour la promotion des droits des vulnérables, plaide pour la protection des témoins qui seront, de nouveau, invités pour faire leurs dépositions dans le cadre du procès en appel de 100 jours, cela conformément aux instruments juridiques des droits de l’homme tant nationaux qu’internationaux ratifiés par la République démocratique du Congo.
Cette plaidoirie s’inscrit dans le cadre des actions de monitoring sur les droits de l’homme et particulièrement du procès des 100 jours initié par le chef de l’Etat que l’ACVDP a pu mener. Ces activités ont eu pour finalité d’observer la situation ayant trait à la promotion des droits humains et à l’équité de la justice lors du déroulement de ce procès en première instance, que nous declarons.
L’Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables ACVDP a fait observer que lors de ce procès au premier degré, certains témoins dont Ngongo Salumu, Directeur général ad intérim de la Direction générale de contrôle de passation des marchés publics « DGCMP », ont été victimes de toutes sortes de menaces de la part des personnes non autrement identifiées, en violation de l’article 12 de la Constitution qui stipule que : « Tous les Congolais sont égaux devant la loi et ont droit à une égale protection des lois » et aussi de l’article 16.
C’est pourquoi, dit l’ACVDP, en prévision de la poursuite du procès en appel le 21 aout après deux reports, son organisation plaide pour la protection des personnes qui seront invitées pour faire les témoignages.
Il convient de rappeler que l’ACVDP a mené une série d’activités de sensibilisation avec les autorités politico-administratives et policières, la population et les organisations de la société civile, lors des Journées portes ouvertes et des Tribunes d’expression populaires, à différents niveaux, dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième et dernière phase du projet intitulé : « Sensibilisation pour une Meilleure protection des Droits de l’Homme et Participation Citoyenne dans la ville province de Kinshasa dans le contexte de Covid- 19 ».
Elle a, à cet effet, mené des plaidoiries auprès des autorités à différents niveaux pour le respect des droits humains pendant cette période de la crise sanitaire due au nouveau coronavirus.

Crispin KOBOLONGO KONGUNDE
Président National