Congo (RDC)

OLPA choqué par la tentative d’enlèvement de son Secrétaire exécutif et de cambriolage de ses locaux à Kinshasa

OLPA est choqué par la tentative d’enlèvement de Joseph-Alain Kabongo, Secrétaire exécutif de l’Organisation basée à Kinshasa. Il a échappé à un enlèvement, le 11 avril 2015 à 19 heures. Le bureau de l'OLPA a aussi échappé à un cambriolage spectaculaire 24 heures plutôt. OLPA en appelle aux autorités congolaises à renforcer les cadres de protection opérationnels et législatifs essentiels à l’action des Défenseurs des Droits de l’Homme (DDH) en RDC.


RDC-AMNESTY INTERNATIONAL: L'ETAT DOIT TRAVAILLER MAIN DANS LA MAIN AVEC LA MONUSCO POUR ENQUETER SUR LA FOSSE COMMUNE À KINSHAS

AMNESTY INTERNATIONAL a fait une DÉCLARATION PUBLIQUE ce 9 avril 015 Numéro d’index AI : AFR 62/1414/2015 en exigeant une collaboration etroite entre la monusco et le gouvernement de la RDC. Le sujet fait trembler LAMBERT MENDE OMALANGA porte-parole du gouvernement. Titre:
"RDC. Les autorités doivent travailler main dans la main avec la MONUSCO afin qu'une enquête approfondie et indépendante soit menée sur une fosse commune"


OLPA stupéfait après la condamnation d’un journaliste à 11 mois de prison à Kinshasa

OLPA exprime sa grande stupéfaction après la condamnation par le Tribunal de paix de Kinshasa/Gombe, d’Hugues Michel Mukebayi Nkoso, directeur de RD-Congo News. Il a été condamné, le 16 mars 2015, par le Tribunal de paix de Kinshasa/Gombe à onze mois d’emprisonnement et au paiement d’une amende de 100.000 Francs congolais (l’équivalent de 109 dollars américains) pour imputations dommageables. Le journaliste a été également condamné d’office au paiement à titre de dommages-intérêts de 100.000 Francs congolais au Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya. OLPA s'insurge contre ce jugement fâcheux pour la liberté de la presse en RDC.

Pour d'autres détails visitez le site www.olpa-rdc.org


OLPA exige le rétablissement du signal d’une radio à Goma

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA)exige le rétablissement immédiat et inconditionnel du signal de Mishapi Voice radio de Goma. Elle a cessé d’émettre après que son signal eut été coupé et son émetteur emporté, le 23 mars 2015, par les inspecteurs judiciaires du Parquet général de Goma, agissant pour le compte de la représentation provinciale de l’Autorité de régulation des Postes et Télécommunication (ARTPC /Goma). Héritier Tumba, un membre du personnel de la radio chargé de la sécurité des installations de Mishapi Voice radio trouvé sur le lieu a été interpellé après avoir été molesté, puis conduit au cachot du Parquet général de Goma.

Pour tout détail www.olpa-rdc.org


USA-RDC:Readout of the President’s Call with President Joseph Kabila of the Democratic Republic of the Congo

President Obama spoke today with President Joseph Kabila of the Democratic Republic of the Congo (DRC).


RDC: Les membres de la Commission des Droits de l'Homme de la RDC sont maintenant connus et ont de nombreux défis à relever.

Après de nombreuses contributions du Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies Unies à la suite de l'examen périodique universel, les noms des membres de la Commission nationale des droits de l’homme de la République Démocratique du Congo(CNDH) ont été officiellement communiqués et entérinés mercredi 1er avril 2015 par l’Assemblée nationale.


SIGNIFICATION DU PROCES VITAL KAMERHE ET LES POURSUITES FUTURES CACHES CONTRE LES ACTEURS ELECTORAUX

Le Procès contre Kamerhe de l’UNC annonce de nouveaux procès en préparation contre les politiciens, les organisations des droits de l’homme et les observateurs internationaux des élections en République Démocratique du Congo.
Le Gouvernement et la justice congolaise doivent démontrer la séparation de pouvoir, l’application de principe de la liberté d’expression au sens du Pacte International Relatif aux Droits Civils et Politiques que la République Démocratique du Congo a ratifié et s’est engagée à mettre en œuvre sans condition.
Les observateurs électoraux internationaux ne devront pas être poursuivis en justice congolaise ou être interdits de ne pas entrer en RDC, seulement parce qu’ils ont documenté les irrégularités électorales en 2011 :

Actuellement, la tendance du gouvernement est de déclarer « Persona non grata » toute personne qui fait usage de la liberté d’expression ou qui publie les droits publics et les droits de l’homme en état des violations en République Démocratique du Congo. Cette tendance est un signe de la dictature ou de l’obstruction de la liberté d’expression :

Hier, c’est le directeur du Bureau des Nations Unies aux Droits de l’Homme, qui a été déclaré persona non grata, et son visa n’a pas été renouvellé, malgré les interventions multiples de la société civile et du secrétaire général Ban-Ki Moon.

Aujourd’hui, c’est le représentant des Etats Unies dans la Région des Grands Lacs qui doit quitter ses fonctions pour s’être prononcé publiquement contre la modification de la constitution et pour l’alternance au pouvoir et la bonne gouvernance démocratique en République Démocratique du Congo.


RD CONGO : JPDH exige des éclaircissements sur les disparus de la marche de 16 février 2013

Journaliste pour la promotion & la défense des droits de l’homme (JPDH), organisation de lutte contre l’impunité et la disparition forcée exige toute la lumière sur des personnes portées disparues lors d’une pacifique marche organisée à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC), à l’occasion du 23ème anniversaire de la répression de la marche des catholiques réclamant l’ouverture de la Conférence nationale souveraine devant conduire aux élections pluralistes dans l’ex-Zaïre.


Syndiquer le contenu