Droits de la personne

Glencore : travail des enfants et pollution en République Démocratique du Congo en province du Katanga

Le géant minier Glencore lié au travail des enfants en RDC,Une filière bien organisée en Pollution à l'acide sulfirique aux conséquences extrement négatives sur les microorganismes, la biodiversité, les violations des droits de l'homme et de l'environnement. Les poissons, les crabes et les microorganismes acquatiques des rivières locales au Katanga ont été erradiés. Moise Katumbi, gouverneur du Katanga et Joseph dit Kabila sont d'accord avec le système, alors que ces actes sont illicites en Suisse et aux USA où Glencore a ses sièges principaux. Les Parlementaires et sénateurs de l'Alliance pour la majorité présidentielle sont contents avec ces formes d'exploitations illicites.Aucune enquête parlementaire au niveau national ou provincial n'a été révendiqué malgré la pression de la société civile nationale et mondiale sur ses questions menacant l'avenir de la biodiversité.


AMNESTY INTERNATIONAL: PROTECTION DES TEMOINS SUR LES CRIMES CONTRE L'HUMANITE EN RDC

Quand Amnesty International a été notifié de la décision de renvoyer les témoins, un communiqué de presse a été publié, faisant appel aux autorités de la République Démocratique du Congo(RDC) et à la Cour Pénale Internationale (CPI) de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour garantir que ces trois hommes ne risquent pas de graves violations des droits humains, une fois renvoyés en RDC.


ACVDP EN PARTENERIAT AVEC LE BTK/BCNUDH A ORGANISEL'ATELIER DE SENSIBILISATION SUR LA LOI PORTANT CRIMINALISATION DE LA TORTURE

Dans le cadre de la Journée Internationale des Victimes de la Torture celebrée chaque le 26 juin, l'Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnerables ACVDP en sigle en partenariat avec le Bureau Terrain Kinshasa du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'Homme de la MONUSCO a organisé le samedi 28 juin 2014 de 10H55 à 17H12 à la salle Foyer social de la paroisse St KIZITO de Kingabwa Limete, un atelier de sensibilisation sur la loi portant criminalisation de la torture en RDC.
Etaient presents, 80 participants dont :
- un representant de Son Excellemnce Madame la Ministre de la Justice et des droits Humiains;
- le Responsable de Bureau Terrain Kinshasa du BCNUDH/MONUSCO;
- Deux Chefs de quatiers;
- les Commandants de Sous -Commissariat de la Police Nationale Congolaise;
- les Respresentants des Organisations d'Assises Communautaires;
- les Representants de Confession Religieuses;
- Deux Victimes de la torture.
Objectifs de l'atelier
les objectifs poursuivis par l'atelier sont:
- celebrer la journée Internationale des victimes de la torture;
- sensibiliser les participants sur la loi portant criminalisation de la torture en RDC;
- vulgariser la loi portant criminalisation de la torture en RDC.


RDC: Les promesses en concertations nationales n'aboutiront pas (Pourquoi?)

La Mobilisation pour réunir quelques leaders en concertations nationales rencontre des obstacles majeurs. L'attente est longue. Les institutions publiques en souffrent, alors que l'opposition continue toujours d'être divisée. L'intérêt générale est Faible.


Le refoulement des Congolais-RDC de Brazzavilles, Quid.

Vous pouvez bien comprendre que je me réserve
toujours le droit de ne pas faire sortir un communiqué a' bonne et due
forme sous le label du RIAO ,en dépit de ces quelques informations que
je met a' votre portée en appui aux travail combien louable abattu par
nos collègues de Brazzaville que je certifie la quintessence par la
présente .Si cela est vrai,il est tout aussi vrai de comprendre que
chacun a' sa manière de faire,vocation ou professionnalisme oblige
.C'est ici le lieu de mettre en exergue le fait que seuls les DDH sont
restés fidels aux principes ou idéal,a' l'unité pour une cause commune
et celle de défendre ou de protéger mordicus les Droits Humains
,pendant que les journalistes et même les pasteurs et autres couches
de la société civile versent dans la haine,la réciprocité des
insultes ou de défenses de son pays même dans le faux .


Message précédentMessage suivantRetour aux messages SOS les demandeur d'asile et autres en danger a' Brazzaville‏

La situation des ressortissants de la RDC en
general et les réfugiés ou demandeurs d'asile a' la porte de génocide
a' Brazzaville . En effet,les autorités de Brazzaville
continuent leurs opérations contre les ressortissants de la RDC et la
mise en garde a' tout Congolais de Brazzaville les aura gardé chez
lui sous peine d'une amende de 300.000 F CFA .


Liberté de presse : OLPA souffle sur ses dix bougies

L'Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), une organisation congolaise de défense et de promotion de la liberté de la presse basée dans la capitale, va totaliser le 3 mai prochain son dixième anniversaire d'existence. Une date aussi historique car coïncidant avec la célébration de la journée internationale de la liberté de la presse. A en croire Mlle Nancy Zombo, sa chargée d'administration et de trésorerie, le parcours de l'Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique au cours de cette décennie n'a pas été une mince affaire. Un parcours parsemé de plusieurs embûches qui n'ont aucunement entamé la volonté de fer des membres de son comité exécutif. OLPA demeure, à ce jour, une ONG modèle en ce qui concerne l'autoprise en charge. Publication du journal la Presse du Congo du 11 Avril 2014


Trois activistes de Droits de l'homme portés disparus à Goma en RDC

Trois activistes de droits de l’homme de l’Est de la RDC sont portés disparus depuis 5 avril 2014. Jean de Dieu BAHATI HERI, Bruno MAPENDANO MATABARO et Aimable PALUKU étaient en train de préparer une lettre ouverte à adresser aux Nations Unies via sa mission en République démocratique du Congo, MONUSCO pour dénoncer les entraves dont sont victimes les enquêteurs de l'assassinat du colonel Mamadou Ndala. Loin de la version officielle de départ, qui attribuait l'attaque à la roquette ayant tué l'officier aux rebelles ougandais de l'ADF, la piste d'un règlement de comptes au sein de l'armée paraît désormais la plus "sérieuse".
"Nous sommes sur une piste sérieuse." avait ainsi affirmé Richard Muyej, le ministre congolais en charge notamment de la Sécurité. Comme lui, la plupart des responsables congolais restent discrets sur l'avancée de l'enquête ouverte à la suite de l'attaque à la roquette, le 2 janvier, contre la jeep du colonel Mamadou Ndala, à quelque 10 km de la ville de Beni, dans l'est de la RDC.


Syndiquer le contenu