Droits de la personne

Procès en appel des 100 jours : l’ACVDP plaide pour la protection des témoins

L’Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables (ACVDP), une Asbl humanitaire pour la promotion des droits des vulnérables, plaide pour la protection des témoins qui seront, de nouveau, invités pour faire leurs dépositions dans le cadre du procès en appel de 100 jours, cela conformément aux instruments juridiques des droits de l’homme tant nationaux qu’internationaux ratifiés par la République démocratique du Congo.
Cette plaidoirie s’inscrit dans le cadre des actions de monitoring sur les droits de l’homme et particulièrement du procès des 100 jours initié par le chef de l’Etat que l’ACVDP a pu mener. Ces activités ont eu pour finalité d’observer la situation ayant trait à la promotion des droits humains et à l’équité de la justice lors du déroulement de ce procès en première instance, que nous declarons.
L’Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables ACVDP a fait observer que lors de ce procès au premier degré, certains témoins dont Ngongo Salumu, Directeur général ad intérim de la Direction générale de contrôle de passation des marchés publics « DGCMP », ont été victimes de toutes sortes de menaces de la part des personnes non autrement identifiées, en violation de l’article 12 de la Constitution qui stipule que : « Tous les Congolais sont égaux devant la loi et ont droit à une égale protection des lois » et aussi de l’article 16.


les OPJ du Commissariat Urbain Lukunga appelés à faire respecter les droits de l'homme et les mesures barrières à Kinshasa

Les Officiers de Police Judiciaire (OPJ) des communes de la Gombe, Kinshasa, Barumbu sont appelés à faire respecter les droits de l’homme de manière stricte pour ne pas commettre les violations de ces droits et aussi à faire observer les mesures barrières édictées par les autorités dans leurs milieux de travail en cette période de la pandémie du Covid-19 qui sévit dans le pays.
Cet appel a été lancé samedi 11 juillet , au cours de la Journée de sensibilisation de ces auxiliaires de justice sur les questions des droits de l’homme, de la participation citoyenne et de la mise en place des mécanismes d’alerte de protection liés au Covid-19 organisée par l’ONG » Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables (ACVDP), en partenariat avec le Centre Carter, à travers son programme » Maison des Droits de l’Homme( MDD) ».
Me Jean-Paul Makwela qui a animé cette journée de sensibilisation, s’est longuement entretenu avec les participants sur les questions liées aux droits de l’homme et à la campagne de participation citoyenne en cette période de Covid-19.


PETITION CONTRE TOUTE AUTRE FORME DE DEPENDACE DE LA JUSTICE EN RDC

Madame, Mademoiselle, Monsieur, Défenseur des Droits Humains, Acteur du développement, Leader Communautaire, Fonctionnaire, Paysan, Maraichers, Artiste, Sportif, Commerçant, Avocat, Médecin, Chauffeurs et Chers tous
Soucieux de voir la République Démocratique du Congo (RDC) comptait parmi les pays où l’Etat de Droit est une réalité, nous appelons le Parlement (l’Assemblée Nationale et le Sénat) à respecter les articles 149, 150, 151 et 152 de la Constitution et nous sommes résolus à faire tomber les trois propositions de loi initiées par deux Députés Nationaux et barrer la route à toute pratique tendant à sacrifier l’indépendance de la magistrature.


DROITS DE L’HOMME ET COVID 19 : LES ACTIONS DES DDH

Chers tous, Défenseurs des Droits de l’homme (DDH) et partenaires,

Alors que COVID-19 parcourt le monde, nous sommes confrontés à une crise sans précédent qui a un impact sur nous tous de manière variée mais profonde. Notre espoir, et celui de tout le monde en RDC en général et dans la ville province de Kinshasa en particulier, est que vous, vos proches, la population vulnérables que nous défendons et protégeons ainsi que les communautés restent en sécurité et en bonne santé en cette période difficile où depuis le 10 mars 2020 que notre capitale a connu le premier cas de cette pandémie selon le Ministre National de la santé.
Au jour aujourd’hui, plus de 50 personnes ont été touché par cette pandémie dont 4 morts déjà enregistrés à Kinshasa.


Droits Économiques, sociaux et culturels : ACVDP plaide pour le démantèlement de toutes les barrières installées le long du fleu

En attendant la publication de rapport sur les formes de tracasseries au niveau des ports de Kinshasa, et tout en saluant l’initiative du Gouvernement, celle de lutter contre les tracasseries et le démantèlement de toutes les barrières installées sur les routes nationales numéro 1 et sur d’autres routes principales par la mise sur pieds d’une commission mixte, Ministères de l’économie et de l’intérieur,


L’ACVDP plaide pour L’installation d’un tribunal spécial sur les violations graves des droits de l’homme à Yumbi

Chers tous et partenaires,

Dans le cadre de suivi et évaluation de la situation des droits de l’homme dans le territoire de Yumbi province de Mai Ndombe précissement cités de Yumbi, Nkolo, Bongende et autres localités environnantes une année après les exactions des droits de l’homme commises entre le 16 et 18 décembre 2018, l’Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables ACVDP vient d’effectuer du 17 au 20 janvier 2020 une mission d’évaluation en rapport avec les Droits de l’homme, de Sensibilisation et d’Encadrement des victimes, des Communautés ainsi que d’identification des besoins prioritaires de la population de cette entité administrative.


21 OCTOBRE : JOURNEEAFRICAINE DES DROITS DE L’HOMME, L’ACVDP PLAIDE POUR LA RATIFICATION DE LACHARTE AFRICAINE DES DROITS ET DU

Chers touts et partenaires,

Chaque le 21 octobre, la Communauté Africaine célèbre la Journée Africaine des Droits de l’Homme, réunie en sa 5éme Session Ordinaire à Benghazi (Libye) du 3 au 14 avril 1989 la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples, a adopté par la 18éme Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement en juin 1981 à Nairobi (Kenya) la Charte Africaine des Droits de L'Homme et des Peuples qui est entrée en vigueur le 21 octobre 1986, conformément aux dispositions de son article 63.


La délégationde l’ACVDP reçue par son Excellence Ministre des Droits Humains

Chers partenaires,

La délégation de l’Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables ACVDP en sigle composée de :

1. KOBOLONGO KONGUNDE Crispin Chef de la délégation et président de l’ACVDP

2. ABIMANA Paul Chargé des programmers

3. YONGO Elysée Chargée des questions administratives et financière

4. NDUMBA Hortense Directrice du centre de formation professionnelle ACVDP

a été reçue hier mardi 08 octobre 2019 par Son Excellence Monsieur le Ministre des Droits Humains dans son cabinet de travail situé sur l’immeuble Kassaï au 5 eme niveau place royal dans la commune de la Gombe.

Au menu des échanges, les points suivants ont été développés :


Syndiquer le contenu