Droits de la personne

RDC-AMNESTY INTERNATIONAL: L'ETAT DOIT TRAVAILLER MAIN DANS LA MAIN AVEC LA MONUSCO POUR ENQUETER SUR LA FOSSE COMMUNE À KINSHAS

AMNESTY INTERNATIONAL a fait une DÉCLARATION PUBLIQUE ce 9 avril 015 Numéro d’index AI : AFR 62/1414/2015 en exigeant une collaboration etroite entre la monusco et le gouvernement de la RDC. Le sujet fait trembler LAMBERT MENDE OMALANGA porte-parole du gouvernement. Titre:
"RDC. Les autorités doivent travailler main dans la main avec la MONUSCO afin qu'une enquête approfondie et indépendante soit menée sur une fosse commune"


USA-RDC:Readout of the President’s Call with President Joseph Kabila of the Democratic Republic of the Congo

President Obama spoke today with President Joseph Kabila of the Democratic Republic of the Congo (DRC).


RDC: Les membres de la Commission des Droits de l'Homme de la RDC sont maintenant connus et ont de nombreux défis à relever.

Après de nombreuses contributions du Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies Unies à la suite de l'examen périodique universel, les noms des membres de la Commission nationale des droits de l’homme de la République Démocratique du Congo(CNDH) ont été officiellement communiqués et entérinés mercredi 1er avril 2015 par l’Assemblée nationale.


Une ancienne diplomate congolaise livre des documents en Norvege illegalement

Une ancienne diplomate congolaise continue à livrer des faux documents congolais aux autorités Norvegienne de l'immigration dans l'opération de refoulement des demandeurs d'asile deboutés. Cette dame don't l'identité n'a pas été rendue publique se fait passer pour une diplomate encore en function dans ce pays. Selon plusieurs temoignages concordants, elle utiliserait de anciens laisser-passer contre quelques billets pour autoriser les autorités norvegiennes à proceder au refoulement des congolais en Republique democratique du Congo via la Belgique. L'ONG Jeunesse du Monde demande au Ministère des Affaires Etrangères de se pencher sur ce cas d'imposture et de traduire l'infortunée en justice. Elle demande aussi à Direction générale de migration(DGM) de veiller sur l'authenticité des documents que les pays etrangers, surtout européens utilisent pour reconduire les congolais à la frontière, de peur que les noms congolais ne debarquent sur le sol congolais.
L'ONG Jeunesse du monde continue ses recherches sur ce cas et compte publier encore dans les jours avenirs les details de cette dame qui seme la desolation dans la diaspora norvegienne.
ONG Jeunesse du Monde


SIGNIFICATION DU PROCES VITAL KAMERHE ET LES POURSUITES FUTURES CACHES CONTRE LES ACTEURS ELECTORAUX

Le Procès contre Kamerhe de l’UNC annonce de nouveaux procès en préparation contre les politiciens, les organisations des droits de l’homme et les observateurs internationaux des élections en République Démocratique du Congo.
Le Gouvernement et la justice congolaise doivent démontrer la séparation de pouvoir, l’application de principe de la liberté d’expression au sens du Pacte International Relatif aux Droits Civils et Politiques que la République Démocratique du Congo a ratifié et s’est engagée à mettre en œuvre sans condition.
Les observateurs électoraux internationaux ne devront pas être poursuivis en justice congolaise ou être interdits de ne pas entrer en RDC, seulement parce qu’ils ont documenté les irrégularités électorales en 2011 :

Actuellement, la tendance du gouvernement est de déclarer « Persona non grata » toute personne qui fait usage de la liberté d’expression ou qui publie les droits publics et les droits de l’homme en état des violations en République Démocratique du Congo. Cette tendance est un signe de la dictature ou de l’obstruction de la liberté d’expression :

Hier, c’est le directeur du Bureau des Nations Unies aux Droits de l’Homme, qui a été déclaré persona non grata, et son visa n’a pas été renouvellé, malgré les interventions multiples de la société civile et du secrétaire général Ban-Ki Moon.

Aujourd’hui, c’est le représentant des Etats Unies dans la Région des Grands Lacs qui doit quitter ses fonctions pour s’être prononcé publiquement contre la modification de la constitution et pour l’alternance au pouvoir et la bonne gouvernance démocratique en République Démocratique du Congo.


RD CONGO : JPDH exige des éclaircissements sur les disparus de la marche de 16 février 2013

Journaliste pour la promotion & la défense des droits de l’homme (JPDH), organisation de lutte contre l’impunité et la disparition forcée exige toute la lumière sur des personnes portées disparues lors d’une pacifique marche organisée à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC), à l’occasion du 23ème anniversaire de la répression de la marche des catholiques réclamant l’ouverture de la Conférence nationale souveraine devant conduire aux élections pluralistes dans l’ex-Zaïre.


Les membres de l'organisation "on en a marre" demandent au Président du sénégal de répondre au gouvernement de la RDC

Les membres de l'organisation "on en a marre " demande au Président démocratiquement élu Macky Sale, de repondre officiellement au Gouvernement Congolais en Rapport à l'arrestation anti-constitutionnelle et contraire aux droits de l'homme, des défenseurs des droits de l'homme sénégalais en République Démocratique du Congo.


Mr Kevin Sturr: Diplomate Américain arrêté par le Gouvernement de Joseph Kabila à Kinshasa

Arrestation d'un diplomate américain par le Gouvernement de Joseph Kabila à Kinshasa (RDC)

Le directeur de la division Démocratie, Droits et Gouvernance de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), Kevin Sturr, a été détenu par les autorités congolaises avec des journalistes et d’autres personnes ayant participé à une conférence de presse qui s’est tenue à Masina, le dimanche 15 mars. Bien que nous n’ayons pas été officiellement informés de la raison de sa détention, nous tenons à signaler que M. Sturr participait à un point de presse portant sur un événement de la société civile qui a rassemblé des jeunes Congolais et certains jeunes activistes du continent en vue d’un échange d’idées sur l’importance de l’engagement citoyen dans le processus politique. Un concert devait se tenir après la conférence de presse.
Cet événement, sponsorisé en partie par le gouvernement des Etats-Unis, est l’une des diverses activités que le gouvernement américain soutient et auxquelles prennent part les jeunes et la société civile, dans le cadre de notre engagement global visant à encourager la prise en compte d’un large éventail d’opinions. Ces groupes de jeunes connus, respectés et non-partisans et les organisateurs des événements de ce weekend comptaient promouvoir la participation de la jeunesse congolaise au processus politique et encourager les jeunes à exprimer leurs points de vue sur les questions qui les concernent. Des membres du gouvernement congolais et des partis de la coalition au pouvoir étaient invités et certains d’entre eux étaient présents lors de cet événement.


Syndiquer le contenu