SECRETARIAT EXECUTIF NATIONAL DE LA SOCIETE CIVILE/FORCES VIVES

Société Civile du Sud Kivu : Un parcours digne de fleurs (Synthèse des réalisations de Février à Août 2006)

Contexte

Comme peuvent se rappeler les personnes de bonne foi, le Sud Kivu a été à l’avant-garde du mouvement associatif congolais connu sous le nom de « Société Civile de la RDC ». C’est bien lui qui avait emmené l’idée «Société Civile » à Kinshasa en 1991 dans la foulée des préparatifs de la Conférence Nationale Souveraine (CNS) et c’est encore lui qui, par sa coordination provinciale, avait maintenu allumé la flamme du mouvement après la CNS lorsque toutes les autres provinces entrèrent en hibernation. En Février 2006, le Sud Kivu a organisé, après une longue période de mille tergiversations et secousses, l’une des assemblées générales les plus démocratiques et instructives. Et, soucieux de maintenir sa classe de leader, le Sud Kivu a organisé une évaluation à mi-parcours de l’action de la nouvelle coordination élue en février 2006. Les lignes qui suivent retracent ce parcours et présentent les réalisations des 6 premiers mois de cette équipe.

En effet, la 3e Assemblée Générale (AG) évaluative et élective de la Société Civile du Sud Kivu s’est tenue dans la salle CONCORDIA de l’Archevêché de Bukavu du 15 au 17 février 2006 soit 9 ans après la deuxième tenue en décembre 1997. Cette 3ème AG a bénéficié du concours personnel de son Excellence Monseigneur MAROYI envers qui la société civile toute entière réitère les vifs remerciements. Cette assemblée a connu la participation de 117 délégués des ONG, Associations et composantes thématiques de la société civile du Sud-Kivu. Elle aura entre autres mérites de mettre fin à la crise de légitimité au sein de la société civile en élisant au suffrage universel ses 16 représentants au sein du Bureau Provincial de Coordination, BCSC, de doter la société civile des textes juridiques devant régler pour toujours les différends au sein du mouvement associatif, de circonscrire la véritable identité, la vision et les attributions de la Société civile du Sud-Kivu et d’éviter l’éclatement de la société civile qui était au bord d’une crise généralisée.

Le cahier des charges de la 3ème AG de la Société Civile du Sud-Kivu

Trois mois durant, trois commissions installées dont celle de texte, de collecte des fonds et pédagogique ont permis à la Société Civile de procéder à son diagnostic organisationnel qui conduisit à l’ Assemblée Générale ordinaire et extraordinaire. Le 21 mars 2006 lors de la présentation officielle du bureau élu devant les institutions publiques les ONG nationales, les confessions religieuses et devant tout le mouvement associatif du Sud-Kivu, le nouveau président a présenté son plan d’action 2006 – 2007 suivi des perspectives triennales. Cependant au regard de l’urgence des enjeux sociopolitiques dont notamment les élections parlementaires et présidentielles prévues pour le 30 juillet 2006, il avait pris soin de fixer six priorités pour le premier semestre, notamment :

 Mise en place, formation et consolidation des noyaux territoriaux comme recommandés par la troisième Assemblée Générale.
 Appui au processus Electoral en cours par : la sensibilisation, l’éducation civique et politique de notre population ;l’observation et la surveillance des élections ; RENOSEC, le panel de médiation des conflits électoraux ; le soutien moral par des séances des échanges aux candidats élus, aux institutions de la troisième République et à la conscientisation des candidats des votes pour qu’ils s’organisent en opposition responsable et patriotique en vue de bien affronter les élection du mandat prochain pour ceux qui n’auront pas satisfait..
 Elaboration du règlement d’ordre intérieur de la société civile du Sud-Kivu à soumettre à l’ Assemblée Générale ordinaire de l’année 2007.
 Recherche d’appui auprès des partenaires pour la construction du bâtiment du Bureau de Coordination de la Société Civile, le terrain ayant déjà été acquis.
 Accentuation des contacts pour une réelle consolidation de la société civile du Sud-Kivu tout en respectant l’autonomie des ses organisations membres.
 Publication de notre bulletin ECLAIREUR pour sensibiliser sur les élections, la santé notamment dans le domaine des mutuelles de santé à l’exemple d’Hainaut Picardie, Belgique.

Les réalisations du Bureau de Coordination de la Société Civile, BCSC « Février à Août 2006)

Dans le cadre de ces priorités fixées :

Primo :
En rapport avec la mise en place et la formation de noyaux territoriaux ayant tiré leur légitimité des élections locales…

 A UVIRA : des experts du Bureau ont accompagné le processus des élections en vue d’en garantir la qualité, la transparence et surtout la représentativité pour l’inclusivité. C’est déjà chose faite depuis le 25 juillet 2006.
 A WALUNGU, les consultations sont en cours depuis le mois de mai : l’équipe de Coordination territoriale actuellement en fonction a eu à ce stade toutes les orientations et les matériaux pour conduire de manière inclusive la préparation de l’AG qui aura lieu dans un délai minimum de un mois tel que convenu.
 A IDJWI ; un comité provisoire a été installé lors du premier déploiement.
 A FIZI/BARAKA, les élections ont eu lieu au cours du mois d’avril 2006 et le Président sortant Mr Jérémie KIBUKILA a été réélu président pour un nouveau mandat.
 A MWENGA sauf perturbation, les associations de la société civile se sont convenus pour les organiser le 25 de ce mois d’août.
 A KABARE, KALEHE et à SHABUNDA cette activité se fera avant décembre 06.

Secundo :
En rapport avec l’appui et l’ accompagnement du processus Electoral en cours

L’observation
Grâce au Réseau National pour l’Observation et la Surveillance des Elections en R.D.Congo « RENOSEC » qui est notre organe spécialisé en la matière, la Société Civile a observé toutes les étapes du processus en commençant par l’identification et l’enrôlement des électeurs, le référendum et dernièrement aux élections présidentielles et parlementaires. La présence de nos observateurs sur terrain a été sans conteste un plus dans la crédibilité des opérations.

Médiation des conflits électoraux
De même que le RENOSEC ; le PANEL de médiations des conflits électoraux comme structure initialement de la Société Civile du Sud-Kivu nous a permis lors de toutes ces différentes étapes de ce processus électoral de gérer nombre de conflits qui risquaient à diverses étapes d’enfreindre la bonne marche du processus. Mais il sied de signaler à ce stade d’évaluation semestrielle que cette structure pose un réel problème parce qu’elle est en train d’échapper totalement au contrôle de la Société Civile. En effet, dans le fonctionnement du PANEL, aucune démarcation d’avec la section de contentieux de la CEI placée pour la chapeauter. Des démarches par la Coordination de la Société Civile ont été menées auprès d’autres partenaires non seulement pour expliquer sa pertinence et sa délicatesse dans les conflits électoraux et non électoraux. Il reste au BCSC de militer pour l’indépendance de cette structure et pour la recherche de partenaires pour appui.

La sensibilisation.
Avec accent sur les milieux ruraux et les laissés pour compte
Au regard des inquiétudes sur l’appropriation du processus par la population, le bureau de coordination de la société civile du Sud-Kivu a organisé in extremis deux déploiements dans tous les territoires de la province entre la 1ere quinzaine du mois de juin et la 2ème quinzaine du mois de juillet pour pallier au déficit informationnel en la matière.

Pour le premier déploiement il a été question de jauger l’implication et la participation de la société civile dans l’accomplissement du processus électoral. A cette étape, notre sensibilisation électorale a insisté sur différence entre la sensibilisation électorale comme rôle des acteurs de la société civile et la campagne de propagande qui se rapporte aux acteurs de partis politiques. Elle a consisté aussi à utiliser la boite à images mise sur pied par le BCSC/SK reprenant les 10 commandements de l’électeur pour procéder un vote utile. Comme malgré la convergence des différents efforts consentis, le déficit informationnel n’était pas toujours comblé nous avons organisé un deuxième déploiement de 12 jours dans tous les coins en priorité ruraux de la province pour mener les activités ci-dessous en privilégiant les marginalisés et les laisser pour compte.

Il s’agit de :
Session et atelier de formation,
Multiplication et reproduction des textes, des calicots, des devises,
Concerts publics avec des chansons de sensibilisation.
Théâtres, saynètes, poèmes,
Utilisation de la boite à images,
Emissions et débats radiodiffusés,
Projection des films,
Conférence-débats,

Ces activités de sensibilisation électorale de proximité ont été exécutées dans le respect des prévisions de déploiement et des termes de référence ci après :

Rencontrer les noyaux territoriaux de la Société Civile du Sud-Kivu en fonction sur terrain.
S’entretenir avec les autorités locales des territoires et chefferies.
Organiser une grande rencontre de mise à niveau de la population avec comme substance :
Rappeler à l’esprit de manière permanente et constante les grands « enjeux et défis des prochaines élections en R.D.Congo » dès l’entrée en matière.
Insister sur la valeur d’une voix de qui que ce soit : notions « sur le vote utile » en réponse à « pour qui voter… », le rôle à jouer par la société Civile jusqu’au bout et qui passe par « l’observation, la médiation des conflits et la sensibilisation » proprement dite, le rôle à jouer par la presse et les médias dans l’accompagnement du processus, la gestion de la « campagne électorale » au jour J moins 12 ; survol des soubassement juridiques et de cohésion sociale,
Mettre à niveau final sur le « comment voter » pour le scrutin du 30 juillet 2006.
Synchroniser les débats d’avec les activités de support répertoriées telles que programmées.
Modérer les débats y relatif
Dispatcher le matériel et autres supports octroyés par le partenaire EISA,
Inviter une dizaine de candidat et modérer un face à face électeur - candidats au modèle initié du 17 au 19 juillet 2006 avec l’interface du CEPOST (Centre d’Etudes politiques et stratégiques) jusqu’à arracher la signature d’un acte d’engagement pour accepter le verdict des urnes surtout dans le cas d’échec.

Activités axées essentiellement à la ville de Bukavu et environs ;

Sans être exhaustif; à titre d’illustration les réalisations ci-après peuvent être listées :
Défis et enjeux majeurs de la participation de la jeunesse dans le processus électoral ; conférence tenue dans la salle Mont KAHUZI en mai 2006 avec l’interface de GLFI.
Qu’arrivait-il si le 30 juillet 2006 il n’y aurait pas élection en RDC dans la salle Alliance Franco Congolaise 30 mai 2006 ; journée de réflexion avec interface de 3 Tamis.
Quelles perspectives d’après élections en RDC en avril 2006 ; conférence débat dispensée avec l’interface logistique de l’ONG les amis du Don BEEPE.
Allons droits aux élections sans tergiversation ; grande marche organisée par la société civile le 30 mai 2006 et qui a connu la participation de plus de 10.000 personnes.
Comment choisir le bon candidat « journée de réflexion organisées en juin 2006 à l’athénée d’Ibanda à l’intention de 215 participants venus du territoire de KALEHE avec l’appui logistique de l’UEFA.
Evaluation du processus électoral et campagne au Sud-Kivu à jour J moins 15 suivie de la restitution du premier déploiement. Ce fut le 15 juillet 2006.
Avis et considérations de la société civile du Sud-Kivu sur la tenue de la campagne électorale et recommandations pour une campagne électorale techniquement et juridiquement acceptable du 20/07/2006.
Face à face électeurs candidats pour présenter les projets de société, les priorités, les perspectives dans le cas gagner ou perdre les élections afin d’offrir un cadre normatif d’expression et de prise de connaissance. Ici on est allé jusqu’à arranger les actes d’engagements pour le verdict des urnes. 21/07/2006.
Déploiement dans les 8 Territoires du Sud-Kivu des équipes de la société civile à se joindre avec les ONG et associations de terrain pour votre utile en mai 2006 avec comme termes de références « Le vote utile ».
Redéploiement dans les 8 Territoires avec Termes des Références : pour qui voter, comment voter, pourquoi voter.
Formation des sourds-muets et autres handicapés moteurs sur les enjeux électoraux et sur le comment voter avec l’interface technique du Dauphin MUZIHIRWA et SAPHA asbl avec la participation de 96 handicapés au 26 Juillet 2006.
Emission radio diffusé en direct de la salle Concordia avec les femmes de la Francophonie et l’interface de l’AFECEF. 200 femmes ont participées au débat.
Session de formation sur « Comment voter et quel comportement des automobilistes pendant la période de la campagne avec les associations des chauffeurs et transporteur ACCO, APROMOTSKI, ALOVETRAKI ».
Session de causerie avec le noyau territorial de la société civile de Kabare-centre et Nord sur « pour qui voter et comment voter » le 02 juillet 2006.
Des interventions sur les plateaux des radios locales et nationales. Passage au plateau de la radio Maendeleo dans l’émission Paix et développement au cours de 4 dimanches.
Conférence de Bagira. Rôle de la société civile pendant cette période de transition pour 80 ONG les écoles mais aussi sur comment voter, pour qui voter et comment accepter les résultats.
Clôture de la campagne de sensibilisation de proximité avec ONG et Associations membre de la société civile et de la campagne électorale à jour J moins 1 dans la salle Concordia de l’archevêché de Bukavu le 28 juillet 2006.

Tercio :
En rapport avec le soutien moral aux élus et à la formation des perdants pour une opposition responsable.

Comme constaté, cette activité est post électorale, mais pour jeter des bonnes bases à sa réussite, la société civile a lancé une activité pour l’acceptation des résultats issus des scrutins. C’est dans ce cadre que du 19 au 21 juillet le BCSC/SK avec l’interface logistique du CEPOST (Centre d’Etudes politiques et stratégiques) il a été organisé un face à face électeurs et candidats dans lequel en plus des présentations personnelles et de leur projets de société, les candidats devraient s’engager à travailler dans le sens des intérêts de la population et à accepter le résultat des urnes. Cette activité ne s’est pas limitée dans la seule ville de Bukavu car lors du 2e déploiement elle s’est répercuté dans tous les territoires de la province du Sud-Kivu.

Quarto :
En rapport avec l’élaboration du projet du Règlement d’Ordre Intérieur,

L’avant projet est déjà prêt et attend la réunion semestrielle du BCSC élargie aux noyaux territoriaux pour l’adopter.

Quinto :
En rapport à la recherche d’appui pour la mise en valeur du lopin de terre acquis par le BCSC/SK

Les différentes formalités des papiers suivent le court normal des choses et le croquis établi par les services du cadastre est déjà introduit auprès des services spécialisés. Cependant les 100 sacs de ciment offerts par le Ministre de l’enseignement primaire secondaire et professionnel lors de l’installation de notre bureau attendent au dépôt la concrétisation de l’appui lui promis par la mutualité chrétienne d’HAINAUT PICARDI en Belgique. A chaque fois qui se présente d’entrer en contact avec les partenaires, le bureau ne manque pas de lancer une demande en rapport avec cette construction.

Sexto :
Par rapport à la publication de l’ « éclaireur »

L’ « éclaireur » le bulletin mensuel de la Société Civile du Sud-Kivu resté en veilleuse depuis une décennie a eu en avril à l’issue des négociations avec la délégation d’Hainaut Picardie une promesse ferme d’appui pour sa première publication. Les articles déjà prêts seront directement tirés des rapports d’activités réalisées par le bureau de coordination en particulier et tous le mouvement associatif du Sud-Kivu en général. Du reste la maquette est déjà prête et, nous attendons le décaissement de fonds tel que promis.

En marge des priorités, d’autres interventions urgentes ont été réalisées :

 Plaidoyer pour l’Ecole secondaire FAZILI marginalisée pour la présentation des Examens d’Etat. Des rencontres avec le cabinet du gouvernorat et de l’inspection de l’enseignement primaire et secondaire des mesures de normalisation ont été adoptées et quelques élèves en ordre ont été récupérés.
 Règlement de la grogne des automobilistes face aux assurances véhicules dans notre province du Sud-Kivu. Nous avions organisé une grande réunion technique avec ADG de la SONAS et une centaine de participants parmi lesquels les automobilistes et le patronat/FEC. Des modalités d’allégement ont été prises en faveur de nos revendications.
 Intervention au niveau du Parquet général dans le litige de déguerpissement opposant COJESKI à son bailleur.
 Plaidoyer auprès des instances judiciaires du parquet de grande instance dans le dossier de contentieux ACCECO, CMA.
 Plaidoyer au niveau de l’inspection de la police nationale pour les véhicules des privés de l’ALOVETRAKI réquisitionnés indûment pour convoyer les policiers pour la sécurisation des élections.
 Négociations, pourparlers avec les émissaires du chef de l’Etat (chefs des services de renseignements, et conseillers à la présidence) pour décanter la question de l’insécurité prévalue en avril et qui a emporté la jeune écolière Noella. Ceci nous a permis de bénéficier de l’envoi à BUKAVU des policiers antiterroristes et leurs équipements pour sécuriser la ville de Bukavu. Et nous avons bénéficié d’une accalmie exceptionnelle alors que tous les deux jours il se passait dans le quartier MUHUNGU des crimes et assassinats à répétition. Malheureusement une fois reparti le vendredi 11 Août, la nuit du samedi la même insécurité a repris surface.
 Plaidoyer au niveau de la CEI et de la cours suprême de justice pour les cas des doublons innocents sur les listes électorales et pour qui une peine de 1an et amande de 110 dollars.
Etc.

RECHERCHE DES MOYENS

 Réception d’un Appui de 7000 $ US de EISA et du Secrétariat Exécutif national de la Société Civile/Forces Vives pour les deux déploiements effectués au compte de l’accompagnement du processus électoral.
 Réception de 100 sacs de ciments ministre de l’EPSP
 Réception de 500 $ du Président de la Société Civile du Congo, SOCICO, le jour de l’installation officielle du nouveau bureau.
 Promesse d’appui de la construction par la Hainaut PICARDIE.
 Réception d’une unité centrale, imprimante combiné et d’un écran de l’association espagnole UMOJA afin de faciliter la rédaction des rapports.
 Réception d’un chèque de 2000 $ US en FC du Gouvernorat de Province comme participation aux frais de loyer du Bureau.
 De tous petits appuis ponctuels pour réaliser sporadiquement des tâches ponctuelles à forte visibilité et pour lesquels les donateurs exigent l’anonymat.

DIFFICULTES
Pour réaliser ce nombre important d’activités nous certaines difficultés ont été surmontées alors que d’autres persistent. Sans trop les brandir en voici les principales qui, une fois résolues l’action de la Société Civile sera portée plus haut :

Du point de vue administratif : pas d’équipement et matériels, mobilier adéquat pour le bons classements poursuivi advint les fournitures de bureau font soit défaut. Ce qui nous crée un problème sérieux d’archivage.
Du point de vue ressources humaines : les membres du BCSC sensés œuvrer dans leurs organisations respectives ne sont pas tenus à jouer ces rôles administratifs. Le secrétariat permanent qui devait être assuré par un personnel engagé n’a pas de moyen pour sa rémunération. L’on constate la fuite vers les mouvements politiques pour certains membres en cette période électorale.
Du point de vue financier : Aucun appui institutionnel pour prendre en charge le fonctionnement minimum. Le peu d’appui hasardeusement collectés sont strictement taillés à la mesure du déroulement des activités ponctuelles. La situation des cotisations des membres reste un casse tête quand on sait que l’ancien secrétaire permanent Mr Jolly BYAYA a refusé de remise reprise et s’est envolé avec toute la situation administrative et financière des cotisations antérieures.
Du point de vue logistique :
Le manque de courrant électrique de la SNEL. L’utilisation des biens privés pour le compte du Bureau épuise et appauvrit énormément les animateurs/trices. On est obligé d’utiliser la voiture personnelle pour les multiples courses et contacts de la Société Civile sans aucun espoir de retour pour l’amortissement, les entretiens, les réparations, les huiles, le carburant, les assurances, les taxes routières… Les communications téléphoniques,e-mails, communiqués radiodiffusés … couvertes hasardeusement par des moyens difficilement collectés… Les aménagements immobiliers, peintures, vernis … couverts par des moyens personnels…Non remise de l’ordinateur portable octroyé au Bureau par Oxfam-Solidarité et qui se trouve bloqué entre les mains de Thaddée HYAWE HINYI ancien membre du Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu.

Du point de vue idéologique : certains membres n’arrivent pas encore à incarner la charte qui consacre certaines valeurs différentielles vis-à-vis des autres courants de pensée.

RECOMMANDATIONS
Ci-dessous les recommandations complétées par le débat après présentation du présent cahier des réalisations :
Pour bien mener ses activités la société civile le BCSC doit multiplier les efforts pour mobiliser le fond pour son fonctionnement quotidien (appui structurel et renforcement de cotisations). Le ROI, le règlement financier et le job description devront être rapidement finalisé et adopté. Les membres du bureau élu devront multiplier les rencontres pour gérer toutes les situations inconfortables soulevées.

Fait à Bukavu, le 14 août 2006

Emmanuel RUGARABURA CUNA
Président
Tél : +243998625869
Email : emmancuna@yahoo.fr, sociv_bureausk@yahoo.fr,