République Démocratique du Congo : Danses, musique et boissons alcooliques 24 heures sur 24 et en tous lieux.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
DEMOCRATIE ET CIVISME POUR LE
DEVELOPPEMENT INTEGRAL
DECIDI

« Réseau des Associations pour la Culture Démocratique et Civique »
Personnalité juridique accordée par l’Arrêté Ministériel N° 841/CAB/MIN/J/2005 du 15 août 2005, de Son Excellence le Bâtonnier Honorius Kisimba Ngoy, Ministre de la Justice.

République Démocratique du Congo : Danses, musique et boissons alcooliques 24 heures sur 24 et en tous lieux.

Le 31 mai 1975, le Général de Corps d’Armée Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Wa Za Banga, alors Président du Zaïre, avait signé l’Ordonnance n° 75/153 réglementant les heures d’ouverture des débits de boisson et portant interdiction des night-clubs sur toute l’étendue de la République. Jamais abrogée, cette Ordonnance continue d’être violée au détriment de la santé physique et mentale de la population, ainsi qu’au marasme économique du pays tout entier.

Au terme de cette Ordonnance, l’article 1er stipule que les heures d’ouverture de tous débits de boisson quelconques sont fixées comme suit sur tout le territoire de la République :
1) de 18 heures à 23 heures, du lundi à vendredi, la vente de boisson devant cependant prendre fin dès 22 heures ;
2) de 18 à minuit le samedi, et de 11 heures du matin à minuit le dimanche et jours fériés légaux, la vente de boisson devant cependant prendre fin dès 23 heures.

Par l’article deux de la même ordonnance, le législateur définit les mots importants suivants :
1) boissons alcooliques : toutes boissons distillées, fermentées ou de préparation coutumière ;
2) boissons distillées : toutes boissons contenant de l’alcool de distillation et alcool éthylique non dénaturé (alcool de bon goût) titrant moins der 80° ;
3) boissons fermentées : toutes boissons contenant exclusivement de l’alcool de fermentation à l’exclusion des boissons de préparation coutumière définies ci-dessous ;
Il est fait abstraction des minimes quantités d’alcool de distillation qui sont ajoutées à des boissons fermentées pour en assurer la conservation.
4) boissons de préparation coutumière : toutes boissons fermentées récoltées, préparées ou fabriquées selon les méthodes coutumières telles que : vin de palme, bière de bananes, d’éleusine, de maïs, d’ananas, de sucre de canne, de riz, etc. ;
5) Débiter : vendre au détail pour la consommation sur place des boissons alcooliques.

L’article trois considère comme débits de boisson, tous les cafés, bars, bars-dancings, buvettes, brasseries, bars d’hôtel, bars de restaurant et assimilés, bars de cantines, de mess, de casino, de clubs privés même en ASBL. La présente énumération n’est pas limitative, conclut l’article.

Comme exception à la règle, l’article quatre cite les bars destinés aux voyageurs dans les aérodromes et installation portuaires à l’usage des voyageurs. Néanmoins, ils doivent respecter les heures d’ouverture fixées à l’article 1er de la présente Ordonnance.

L’article cinq porte sur une dérogation en faveur de
1) restaurants et snack-bars pour lesquels les heures sont fixées comme suit : entre 12 heures et 15 heures et entre 18 heures et 24 heures ;
2) les bars-dancings dans les hôtels et restaurants de classe internationale ou semi-internationale.

Sont interdits sur tout le territoire national selon l’article six, les night-clubs (boîtes de nuit) et les maisons de passe et de tolérance.
Au sens de la présente Ordonnance, on entend par
1) Night-club (boîtes de nuit) : tous les établissements de plaisir ouverts la nuit où l’on débite et consomme les boissons alcooliques et où l’on danse et assiste à des spectacles de tous genres ;
2) Maisons de passe ou de tolérance : tous les établissements aménagés pour la prostitution.

L’article sept demande aux gérants ou débitants de se conformer, au-delà de minuit, à la législation sur le tapage nocturne.

De la sanction à l’article 8 : Les gérants ou débitants qui contreviennent aux dispositions de la présente Ordonnance ou de ses mesures d’exécution sont punis d’une peine de servitude pénale de 6 mois à 5 ans et d’une amende de 100 à 500 Zaïres …. ou d’une de ces peines seulement.

Mais aujourd’hui, tous ces éléments associés : boissons, musique, danse, tenue vestimentaire rendent l’homme congolais normal « fou » et « bêtifient » la fille et la femme congolaises, qui n’ont de valeur que dans leur propre tête.
Dans la Capitale Kinshasa surtout, femmes et filles portent des tenues qui exposent toutes leurs parties intimes, de telle sorte qu’un homme envieux soit tenté de les solliciter.
Conformément à la loi sur les violences sexuelles promulguée cette année, la prostitution et la débauche doivent être sanctionnées. Mais, malheureusement, les radios, les télévisions, les Eglises, etc. supportent n’importe quelle sorte de danse et n’importe quelle tenue dans leurs enceintes. Que ce soit le « Ndombolo » ou le « Kisanola », toutes deux danse et musique congolaises, elles sont chantées et dansées aussi bien dans les bars que dans les Eglises. Sic.

La DECIDI voudrait bien attirer l’attention des autorités politico-administratives, qui, payées par l’Etat pour encadrer la population, de pouvoir travailler réellement pour que le peuple congolais se prenne en charge pour développer le pays, au lieu de ne songer qu’à amasser de l’argent indûment. Car, chanter, danser et se soûler en longueur des journées ne fait que développer la débauche, la prostitution et la paresse.

Selon l’adage qui dit « Nul n’est sensé ignorer la loi », le peuple congolais devra encore longtemps se battre pour que les lois du pays soient respectées par tous. Mais malheureusement, la DECIDI constate que même les trois pouvoirs en RD Congo : le Législatif, l’Exécutif et le Judiciaire sont les premiers à violer les lois , y compris la Constitution sans être inquiétés.

La DECIDI fera tout ce qui est de son mieux pour informer et former les Congolais à craindre Dieu et à respecter ses propres lois.

Pour la DECIDI

Honorable Bha-Avira Mbiya Michel-Casimir
Directeur Général.-

Adresse :
Siège social : Av. des Constructions n° 48bis, Q/Kauka I, C/Kalamu, Kinshasa / RD Congo
Bureau à Aru: Avenue principale, 200 m du Lycée Adia Lemi, Quartier Essefe tél : 09 98 910 874 B.P. 1376 Kinshasa 1 RD Congo e.mail : democratieetcivisme@hotmail.com decidirdcongo2002@yahoo.fr decidiaru2005@yahoo.fr bhamichel@yahoo.fr Sites internet : http://www.societecivile.cd/membre/decidi http://www.societecivile.cd