RD Congo : Que nous ont révélé les dernières élections démocratiques à la congolaise ?


REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
DEMOCRATIE ET CIVISME POUR LE
DEVELOPPEMENT INTEGRAL
DECIDI

« Réseau des Associations pour la Culture Démocratique et Civique »
Personnalité juridique accordée par l’Arrêté Ministériel N° 841/CAB/MIN/J/2005 du 15 août 2005,
de Son Excellence le Bâtonnier Honorius Kisimba Ngoy, Ministre de la Justice.

RD Congo : Que nous ont révélé les dernières élections démocratiques à la congolaise ?

Apres examen, la DECIDI a recensé un certain nombre de révélations qu’elle voudrait bien soumettre à l’appréciation de tout le monde afin d’éveiller un débat, pour que les Congolais soient poussés à se corriger plus tard. Car, si de tels comportements indignes persistent, on ne parlerait plus d’élections démocratiques dans notre pays.

La première révélation est de constater que beaucoup de contrées en RD Congo sont entièrement enclavées, tant sur le plan géographique, économique, politique que social. Les routes n’existent pas, les voies ferrées sont dans un état de non utilisation, les voies maritimes et fluviales sont bourrées de sable, et l’unique voie aérienne, qui semble encore exister naturellement, comporte des engins de la mort pour le transport. La territoriale, jadis debout, ne fait que courir derrière des chèvres et des poules pour les manger. Heureusement que la grippe aviaire n’a pas encore atteint le Congo, si non, nous connaitrions déjà les premières victimes dans ce secteur. Vivant sur le dos de la population, cette territoriale ignore tout de son employeur moribond, qu’est l’Etat congolais.

Aussi, une autre révélation malheureuse est le taux très élevé d’analphabétisme. Ce constat amer a été réalisé par la difficulté d’opérer, par les Congolais concernés, des choix judicieux sur base du programme que les partis allaient présenter. Ne sachant pas ce que c’était un programme, les gens se sont référés à des appartenances tribales, claniques, ethniques et à des promesses démagogiques pour voter. Au-delà de toute ethique, des leaders et/ou des candidats ont pillé des biens de l’Etat congolais pour acheter des consciences non patriotiques. Des commerçants et des sociétés privées, ainsi que des confessions religieuses se sont laissé rouler par des politiciens congolais. Aujourd’hui les prix montent sur le marché, car les autres veulent récupérer ce qu’ils ont perdu, et les religieux perdent petit à petit de crédit devant des chrétiens honnêtes. A chacun sa récolte.

Une chose qui semble également être une révélation, c’est la répartition disproportionnée des revenus de l’Etat à travers le pays. Des Provinces entières ont été ignorées en faveur d’autres. Des projets n’ont été financés que dans des Provinces où les fils et filles occupaient des postes importants dans le Gouvernement de la Transition. Tout était d’ailleurs fait en fonction des élections.
Des exemples frappants : Depuis 1960, l’Etat congolais n’a construit aucun bâtiment dans ma Collectivité (Kaliko), ni dans mon Territoire (Aru), encore moins dans mon District (Ituri). Par contre, ces entités ont rendu des Congolais des Césars. Ils se sont enrichis et cela leur a permis de corrompre toute la population lors des élections passées. Dans le Gouvernement de la IIIème République, mon District n’a eu qu’un seul Ministre sur les 60 dont pullulent le pays. Chose curieuse, il a été nommé par l’homme à qui les Ituriens n’avaient pas accordé leurs voix.

L’avant-dernière révélation est l’ignorance totale des lois et textes juridiques. Ici nous ne dirons pas que ce sont seulement les analphabètes qui ignorent les lois, mais tous les Congolais, surtout les intellectuels. Aussi bizarre que cela peut être, le taux d’ignorance des lois est plus élevé dans le rang des juristes et des intellectuels que chez les petits peuples. Comment alors savoir que les violations les plus répétées de la Constitution viennent de ceux-là qui l’ont rédigée, adoptée et mise à la consommation? En traversant tout le pays, vous ne trouverez qu’un Congolais sur 500 .000, qui a un exemplaire de la Constitution, alors que c’est la loi des lois, qui devrait être à la disposition de tout le monde, comme l’est la Sainte Bible ou le Saint Coran.

Quelque chose de positif, quand-même, c’est la cooptation des Chefs coutumiers dans les Assemblées Provinciales. La province étant l’entité de base pour la planification des projets, les Chefs coutumiers devraient être associés dans la définition des différents projets à planifier. Que ce soit la planification de la construction des routes, des hôpitaux, des écoles et autres unités de production, il faudrait associer l’autorité coutumière, qui seule est le propriétaire terrien dans notre pays.
Aucune démocratie ne peut réussir, si elle ignore le pouvoir coutumier, qui est presque céleste. Ce pouvoir peut être corrigé, amendé, amélioré, mais, on ne peut jamais le supprimer. Et ceux qui ont essayé de tuer des Chefs de Collectivité dans le Sud-Kivu, Nord-Kivu et Ituri, en ont payé pour leur compte. La coutume est une autre nature, et la nature sanctionne toujours, dans un sens ou dans un autre, celui ou celle qui la protège ou la détruit.

Nous avons dit révélation, peut-être que nous aurions pu appeler cela autrement. Comme c’est une idée versée au débat, nous espérons que des amis la compléteront et critiqueront pour l’améliorer. Ce que nous avons vécu comme cas possible de corruption, était le fait que la population ignorait tout. Et profitant de cette loi de moindre effort (corruption), l’élite congolaise s’est jetée dessus. Sachant que le résultat d’une loi de moindre effort est toujours direct et éclair, les corrupteurs risquent de ne rien faire pendant leur mandat de cinq ans.
La vérité est que ceux qui ont corrompu, se connaissent. Et si leur conscience est normale, ce sont des gens qui ont commencé à corrompre dès leur bas âge. Que feront-ils pour l’Etat congolais ? Dieu seul le sait !

Fait à Kinshasa, le 19 mars 2007

Pour la DECIDI

Honorable Bha-Avira Mbiya Michel-Casimir
Directeur Général.-

Adresse : Siège social : Av. des Constructions n° 48bis, Q/Kauka I, C/Kalamu, Kinshasa / RD Congo tél : 09 98 910 874 B.P. 1376 Kinshasa 1 RD Congo
e.mail : democratieetcivisme@hotmail.com bhamichel@yahoo.fr sites internt : http://www.societecivile.cd/membre/decidi http://www.societecivile.cd