Les gouvernements national et provincial appelés à adopter une politique claire sur l'exploitation des ressources naturelles

Kisangani, le 06/04/2009

L’ONG Centre National d’Appui au Développement et à la participation Populaire (CENADEP) a appelé les gouvernements national et provincial à adopter une politique claire sur l’exploitation des ressources naturelles en invitant notamment les entreprises à respecter leurs responsabilités sociales, à appuyer le fonctionnement et à renforcer les capacités de l’administration forestière et minière. Cette volonté a été exprimée par le chargé de l’Administration et Finances du CENADEP en province orientale M. Yves LUTUMBA, au cours d’un entretien qu’il a eu le week-end avec le journaliste de l’Agence Congolaise de Presse (ACP), au siège de leur représentation à Kisangani.

Parlant du paradoxe sur le flux des matières premières et l’état de la précarité de l’économie en Province Orientale, ce dernier l’a attribué à la gestion peu orthodoxe des autorités à la base, selon les enquêtes DDI (Initiative de Diamant de Développement) menées en mars et avril 2007 par son organisation, dans les différents foyers miniers de la province.

Ces enquêtes ont fait état des conditions de vie difficiles que connaissent les exploitants artisanaux (des matières précieuses), malgré le fait qu’ils soient assis sur des « richesses immenses ».

Pour contourner cette situation, M. Yves LUTUMBA a indiqué que le CENADEP tient à la conscientisation et à la responsabilisation collective des décideurs politiques nationaux, provinciaux, territoriaux ainsi que la population, dans l’exploitation des ressources naturelles en République Démocratique du Congo.

« C’est ce qui ressort d’ailleurs, a-t-il dit des recommandations issues de différents ateliers tenus respectivement à Banalia, à Bafwasende, et à Kisangani.