DÉCLARATION de JEUNESSE AVENIR DU DÉVELOPPEMENT EN RAPPORT AVEC LE MESSAGE DU CHEF DE L’ETAT DU VENDREDI 23 OCTOBRE 2020

DÉCLARATION de JEUNESSE AVENIR DU DÉVELOPPEMENT EN RAPPORT AVEC LE MESSAGE DU CHEF DE L’ETAT DU VENDREDI 23 OCTOBRE 2020

L’ASBL Jeunesse Avenir de Développement a suivi avec grand intérêt le message à la nation congolaise de Son excellence Monsieur le Président de la République Démocratique du Congo, Chef de l’Etat,
Message que la population congolaise en générale et celle de Kinshasa en particulier attendait avec impatience depuis l’annonce par les services de la présidence de la République.
La J.A.D. , actrice de la société dans la formation de la jeunesse kinoise, analysant le fond de cette adresse, y décèle l’affirmation suivante : Il y a un problème d’homme d’Etat. Et même plus encore, un problème d’HOMME en RDC.
Ceci est attesté premièrement par le constat d’échec que Monsieur le Président de la République, chef de l’Etat vient de faire malgré les efforts de recomposition de la classe politique congolaise. Coalisée au nom du bien être collectif, malheureusement la situation sociale reste la même.
Il est aussi des regrets faits état par le président sortant, le sénateur à vie joseph Kabila Kabange, sur l’impossibilité qu’il avait à se trouver 15 personnes valables pour mettre en œuvre sa politique pour le bien être du congolais.
Et les 8 divergences majeures que le Chef de l’Etat actuel a énumérées dans son discours, formant le socle de la politique de l’exécutif national, formulés en 15 piliers, ils constituent les objectifs que devraient atteindre ce gouvernement de coalition. Hélas, que des querelles partisanes. Et 2 ans presque, depuis le début de l’alternance, le flou persiste à l’horizon de la vie de tout les Kinois et de la jeunesse en particulier.
La population kinoise, au vu du diagnostique fait par les associations de la société civile de Kinshasa lors de l’atelier d’analyse de contextes organisé par le Cadre de Concertation provincial de la Société civile ville province de Kinshasa, atelier dont a pris part active la J.A.D., les kinois, disions-nous, ne se retrouve pas comme toujours, moins encore, avec ce gouvernement dit de coalition. Il y a absence de paix.
Les urgences pour la société congolaise se posent avec acquitté. Comble de malheur vient s’ajouté, à la longue liste des difficultés quotidiennes, la pandémie due au coronavirus dit COVID-19.
Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, votre mot, bien que court, contient des questions d’importance capitale pour ne pas dire d’intérêt public, pour notre vivre ensemble. Des objectifs à atteindre avant la fin de votre mandat de 5 ans et dont 2 se sont écoulées par ce que vous qualifiez des divergences, écueils politiciens et pourtant, les objectifs sont suprêmes aux intérêts de la coalition.
La société civile ville de province de Kinshasa dont faisons partie intégrante est d’avis avec vous de l’intérêt qu’il y a de recadrer, ou mieux encore, de refonder l’action de l’exécutif et l’orienter vers la prise en compte des désidératas du peuple, par des femmes et des hommes domptés d’esprit d’homme d’Etat, action qui soulagerait, avec un peu de foi, la souffrance qu’endure notre population.
Comme, excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, vous l’avez fait remarquer, au vu des enjeux, la constitution vous assure le droit de garantir le bon fonctionnement des institutions. Surtout que la ville de Kinshasa observe avec amertume qu’il y a complaisance entre le gouvernement central et le parlement. Pensons que les personnalités consultées vous ont suffisamment démontré cette complaisance.
Ces faits sont aussi attestés par la mise au frigo, par les bureaux des chambres du parlement, des recommandations ou questions orales avec débat soit encore des propositions des lois d’intérêt national. Et, la non exécution des décisions gouvernementales d’importances capitales pour le bien être de la population congolaise. Le gouvernement central est dans la léthargie d’action, sans contrôle parlementaire crédible et sanctionnant. La querelle à ciel ouvert entre le parlement et le pouvoir judiciaire. Ces faits sont signalétiques d’un malaise profond, fragilisant l’action gouvernementale et cela dure bientôt 2 ans. Les déclarations tapageuses sur la soit disante violation de la constitution
Presque 2 ans que la population attend de voir se concrétiser la promesse de lui mettre au devant de toute préoccupation politique.
Sachant que vous serez comptable de résultats de travail au terme de 5 ans de votre mandat présidentiel ;
Soucieux de bon fonctionnement des institutions nationales pour la mise en œuvre des objectifs du développement ;
Conscient de notre rôle de porte étendard de la population, toujours attentif aux cris de détresses de celle-ci, meurtrie et paupérisée.
Nous, comme bien d’autres structures de cette société civile diversifiée, soutenons votre démarche et nous proposons de contribuer à l’aboutissement des vos consultations par des actions concrètes. Notamment, mobiliser l’opinion publique, vulgariser votre discours auprès des jeunes (multiplier et distribuer), animer des conférences sur l’Etat de lieu de la coalition au gouvernement.

Fait à Kinshasa, le 07 novembre 2020.

Sley Numbi
Directeur Exécutif J.A.D.