Rapport d'activités APEE 2003

ACTIONS POUR LA PROTECTION ET L’ENCADREMENT DE L’ENFANT
RUE WIYA N * 05, QUARTIER LITE
VILLE DE GBADOLITE / EQUATEUR
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
Tél. : ( 243 ) 0817126275
Email : ongapee@yahoo.fr

RAPPORT ANNUEL 2003

FEVRIER 2004

NOS REMERCIEMENTS A TOUS NOS PARTENAIRES :

1. LA MONUC : Mission d’Observation des Nations Unies au Congo

2. LE HCDH : Haut Commissariat aux Droits de l`Homme

3. LE WAR CHILD UK

A. PRESENTATION DE L’ORGANISATION

Actions pour la Protection et l’Encadrement de l’Enfant, APEE en sigle est une ong de droit congolais dont les acteurs sont specialisés depuis quelques années dans le domaine des droits humains specialement la defense, la protection et la promotion des droits de l’enfant.

Les motivations de sa création sont liées, en ce moment que la RD Congo avance, tant soit peu, avec le concours de la Communaute Internationale et surtout de la MONUC( Mission d’Observation des Nations Unies au Congo) dans le processus d’une paix durable et de la recherche des graves violations des droits humains sans oublier les conditions dégradantes de vie, les violations de droits dont les enfants sont victimes et les guerres dans notre pays avec des conséquences néfastes sur la vie des enfants qui en sont les premieres victimes avec leurs mamans.

Les guerres de libération avec AFDL de Laurent Désiré KABILA et de rébellion de Jean-Pierre BEMBA ont affecté les conditions socio-économiques de la population, provoqué le déplacement massif des populations et contribué aux nombreuses violations de droits humains.

L’éclatement des structures familiales et communautaires du à la guerre, à la pauvreté, à la dégradation des conditions socio-économiques et à la présence croissante des Eglises de réveil sans oublier les croyances traditionnelles peuvent constituer des elements explicatifs de cette situation humanitaire désastreuse des enfants.

C’est ainsi qu’une association s’est créée sur l’initiative d’un groupe de personnes de bonne volonté qui est devenue à ce jour une ong nommée « Actions pour la protection et l`encadrement de l`enfant », en sigle A.P.E.E.. L’APEE s`est constituée le 07 décembre 2001 en une Asbl apolitique, laique et humanitaire. Elle est agréée par l`arreté n * 227-05/003/EQ/2002 du 09 juillet 2002 du Maire de la Ville de Gbado-Lite.

L’APEE vise essentiellement le bien-etre et a l`amélioration des conditions de vie des enfants, proteger et promouvoir les droits des enfants, défendre les interets des enfants aupres des autres partenaires sociaux, assurer l`education de base, etc.

Elle consacre ses activités autour de tous les enfants vulnérables notamment les enfants malnourris, les enfants de la rue, les enfants victimes du VIH/SIDA, les enfants sorciers, les enfants violées, les enfants handicapés, les enfants soldats, les torturés et détenus, les enfants laissés ou abandonnés par les militaires expatriés ( Ougandais ou Tchadiens), les enfants déplacés de guerre, etc…

Outre l’Equipe Exécutive, l’APEE est dirigée par un Conseil d`Administration, d`un Commissariat aux Comptes et d`une assemblée Générale.

Sur terrain, ses activités bénéficient du soutien et de la collaboration des Acteurs de la Société Civile, de la MONUC ( Child Protection / Kinshasa, Human Right / Gbadolite et Humaritary Affairs / Gbadolite), du Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l`Homme en RDC et de War Child UK.

B. ACTIVITES REALISEES

I. PROTECTION SOCIALE

Elle vise la protection des enfants a travers les nombreuses violations des enfants notamment le viol, la torture, la detention, les violences sexuelles, le cas de la sorcellerie et les enfants soldats.

1. Cas de viols

1) Janvier 2003
1- Victime : Martine PUNANGOZO, 4 ans,
Adresse : 50 villas-Pangoma, Pere : PUNANGOZO, Mere : AYE
Date de viol : 18 janvier 2003
Auteur : ZOSE Trésor, 19 ans
Adresse : 50 villas-Pangoma
2-Victime : ATANGBAKA, 9 ans
Adresse :Quartier Fondation, Pere : ATANGBAKA, Mere : GANATA
Date de viol : 28 janvier 2003
Auteur : TINANGOWE, 25 ans
Adresse : Quartier Fondation

2) Février 2003
3- Victime : DABU Ruth, 8 ans
Adresse : quartier Tabacongo,Pere : GABI, Mere : INANGO
Date de viol ; 20 février 2003
Auteur : Tita José, 28 ans.

3) Mars 2003
4- Victime : VASSA GBIZINGO, 13 ans ( 6 eme primaire )
Adresse : Rue Fadu bloc C 47,
Pere : Jacques PANZI, Mere : DUSA Marie
Date du viol : 15 mars 2003
Auteur : KOSO, 28 ans, adresse : Rue Fadu bloc C 50
5- Victime : NGOKA ZANGA, 12 ans ( 5eme primaire)
Adresse : Rue Fadu bloc C 47,
Date de viol : 15 mars 2003
Auteur : KOSEWA Freddy, 26 ans, adresse : Rue Fadu bloc C 50

4) Avril 2003
6- Victime : FATIMATA Haddy, 6 ans, adresse : Rue Mbui bloc C 52,
Pere : Haddy IBRAHIM, Mere : HAWA Sylla
Date de viol : 05 avril 2003
Auteur : Dieudonné YOLOMA, 27 ans
« Militaire centrafricain refugié >>
7- Victime : ZAGBA Scientia, 10 ans, adresse : Quartier Tabacongo
Pere : Dieu DEMELE, Mere : Methé ZAMOGO
Date de viol : 25 avril 2003
Auteur : Gédéon NUBEA, 22 ans

5) Mai 2003
8- Victime : WONGBA, 12 ans, adresse : Quartier Uélé / Yakoma
Pere : KAWELE, Mère : KAPITA
Date de viol : 12 mai 2003
Auteur : ZAMAYA, 30 ans, adresse : Yakoma – cité
9- Victime : YANDABOLO Ruth, 2 ans, adresse : Rue Kawele bloc A 4
Pere : MOPREMO, Mère : YAMISI
Date de viol : 14 mai 2003
Auteur : KOSOMADE KALEBE, 17 ans,
Adresse : Rue Kawele bloc A 4
10- Victime : DIANI, 13 ans, adresse : Rue Safricas bloc E
Pere : SEGAME, Mère : AYELO
Date de viol : 22 mai 2003
Auteur : NGITE, 28 ans, adresse : Rue Fadu bloc E 106

6) Septembre 2003
11- Victime : BEYANU Belly, 2 ans, adresse : Wenenge / Pambwa
Pere : DENANGOWE, Mere : BEYANU
Date de viol : 02 septembre 2003
Auteur : SALANGA, 22 ans, adresse : Pambwa/Wenenge

7) Octobre 2003
12- Victime : YIKIMI LONDA Naomie, 13 ans, adresse : Sowa / Nsimbala
Date de viol : 11 octobre 2003
Auteur : « Lieutenant PENZE NZOAMBE Yusfu de la Police,
30 ans.

8) Novembre 2003
13- Victime : Blandine MBINDOLO, 15 ans, adresse : Rue Nzenge bloc C 43
Pere : GOLOMA, Mere : NZOWALI
Date de viol : 01 novembre 2003
Auteur :Lieutenant DASE, Rue MOANDA bloc B 40
14- Victime : Nicole MABENGA LIZONGO, 10 ans
Adresse : Rue Nzenge bloc A/bis 4
Pere : AGWALONGA ( décedé), Mere : SAKPA
Date de viol : 01 novembre 2003
Auteur : PAMOTO Jean, 45 ans, Electricien
Adresse : Rue Nzenge bloc A/bis 18
15- Victime : TANGA MAKANGO Trina, 11 ans, Adresse : Tabacongo
Pere : TANGA, Mere : NDAYASSE
Date de viol : 10 novembre 2003
Auteur : Trésor –Papy NZANGO, 18 ans
16- Victime : BEAWE Kabibi, 16 ans, Pere : MATANGA, Mere : Henriette
Adresse : Bosobolo – centre
Date de viol : 10 novembre 2003
Auteur : FISTON, 20 ans, Pere : LOPATE, Mere : Josephine
Adresse : Bosobolo – centre

17- Victime : NDAGBA NGAlo, 13 ans, adresse : Rue Tudu bloc C 51
Pere : KOZOWA( décedé), Mere : KAMBO
Date de viol : 22 novembre 2003
Auteur : ABURU SAKPATA, 48 ans,
Adresse : Rue MONO 85/Mbanza-Lite
18- Victime : YAGBAGUME, 15 ans, adresse : Mobayi-Mbongo
Date de viol : 29 novembre 2003
Auteur : LOKEMBA, 19 ans, adresse : Mobayi-Mbongo

9) Decembre 2003
19- Victime : YADIBERE Gracia, 5 ans ( 3 eme maternelle)
Pere : KOYAGBA, Mere : YAGBENE Pauline
Adresse : Camps Regideso
Date de viol : 02 decembre 2003
Auteur : Sergent en chef Guy TALA, 24 ans
20- Victime : Gisele ABEZO, 14 ans, Pere : ABESO, Mere : Ivone
Adresse : Rue Monge E 104
Date de viol : 20 decembre 2003
Auteur : BERE KOYAKPA, 21 ans,
Pere : YAKOPA, mere : YAMBANGI
Adresse : Rue Monge bloc E 89

Notes :
- Certains cas de viols sont traités soit coutumierement, soit avec une bénédiction confessionnelle, soit par l`absence d`une juridiction militaire ou avec une complaisance judiciaire, d`ou l`IMPUNITE.
- D`autres cas sont non répertoriés et non signalés car il n`y a pas eu une large couverture dans tout le district du Nord - Ubangi
- Difficultés de prise en charge médicale, sociale et économique des victimes signalées, une faible prise en charge judicaire et psychologique faute des moyens financiers.

2. Cas de tortures et arrestations

Janvier 2003
1- BAGATA, 11 ans, adresse : Rue Moanda bloc E
3 jours de detention ( 12 au 15/01 ) a la police d’intervention rapide PIR
2- NTUMBA TITE, 9 ans, adresse : Quartier Tabacongo
6 jours de detention ( 20 – 25/01) a la PIR

Février 2003
3- GITUNA ATULA, 13 ans, adresse : Quartier Fondation
1 jour de détention ( 02/02 ) a la PIR, torturé

Mars 2003
4- TUATUNE ( fille ), 15 ans, Rue Moanda bloc E
4 jours de détention ( 05-08/03 ) a la police nationale du marché centrale

Avril 2003
5- Christian MALEMBA, 14 ans, tabassé et torturé avec dommages corporels
Par les militaires(Anicet),adresse : Rue SAFRICAS n*07
6- Simon DOTE, 13 ans, enfant de la rue, détenu 5 jours par la police nationale
Communale de Gbado-Lite(10 – 14/04)
7- Jérémie MASIA, détenu avec sa maman par le Parquet de Gbado – Lite
Adresse : Kota – Koli(Polongo)

Juillet 2003
8- DJUMBLES, 16 ans, enfant de la rue arreté pour vol pendant 3 jours par PIR
( 25 – 27/07)
9- NDEMBO, 15 ans, enfant de la rue arreté pour vol que DJUMBLES.

Aout 2003
10- TUMBA ( fille) 13 ans, adresse : Quartier Fondation
Fouetée et détenue 1 jour a la PIR(19/08/2003)
11- VUNGBO, 16 ans, tabassé par les militaires de l`Alc, fils de Vungbo et de Maita, Quartier Tabacongo

Septembre 2003
12- Trésor NGBOZA, 16 ans, fils de Ngboza et de Yagbo, Adresse : Rue CDAI 18D
Arreté et détenu pendant 3 jours par PIR(11-13/09/2003)
13- Claire NGEBIA, 13 ans, fille de DUNGBA et de WANGINZI
Adresse : Rue Mbui D75, arretée et liberée le 19/09/2003)
14- BOKAYIKA BOYO, 13 ans, fille de ITONGO et de BOTAMBA
Adresse : Camps Mbanza, arretée et libérée le 16/09/2003
Par l`Inspection de la police nationale
15- IMEMBE ITONGO, 12 ans, fils de ITONGO et MUTAMBA
2 jours de détention ( 16 – 17/09) par la police du marché
16- YOSEPE marie, nourrisson de 9 mois avec sa maman détenue par la commune de Gbado-Lite, maman libérée sous condition le16/02/2003
17- LOWA, 10 ans, quartier Tabacongo, extorsion 2000FC par un militaire non identifié,
Le 20 / 09 / 2003

Octobre 2003
18- NYASEGBIA YIBANDA fifi, 17 ans ( fille)
19- NYASE NDIBA MAYA, 15 ans
20- DIAWORO MEDE, 15 ans
Notes : arretés, fouetés et torturés et transporteurs des chèvres,
Cochons et autres effets par les policiers du lieutenant
PENZE de la police nationale de Nsimbala dans
Opération de viol de YIKIMI Naomie a SOWA
21- YIKIMI LONDA Naomie, torturée par le commissaire de la
Police nationale a Nsimbala, voir dossier viol
22- GBAKASA, nourrisson de 7 mois, arreté avec sa maman par Police de Nsimbala.
Décembre 2003

23- BOSO KOWAGBEMO, 14 ans
24- NDOKWE KOWAGBEMO, 16 ans
Arretés et libérés le 12/12/2003 par PIR
25- Judith MODIA( fille), 16 ans, adresse : rue Nyaki A 11
Arretée par la police du marché central et tentée d`etre violée
Par le Commandant de la police
26- DAZWA BOZO Olivier, 17 ans, adresse : Camps Mbinza
Arreté et détenu pendant 2 jours par PIR(21-22/12/2003)
27- Jean ALONGI NDIMO, 15 ans, enfant de la rue
Fils de ALONGI et SABINA
Arreté et libéré le 30/12/2003

Notes :

- La PIR ( Police d`Intervention Rapide) est la plaque tournante en matiere d`arrestations, de détentions et de tortures des enfants
- La plupart des enfants arretés sont souvent accusés de vols
- Des plaidoyers ont été organisés avec les autorités politiques-administratives,
militaires et judiciaires.
- D’autres cas non signalés et non repertoriés car il n’a pas eu une large couverture dans tout le district du Nord - Ubangi

3. Les enfants associés aux forces combattantes et aux groupes armés

Le MLC Mouvement de Libération du Congo de Jean-Pierre BEMBA, dans sa lutte armée contre le pouvoir de Kinshasa de Laurent-Désiré KABILA, avait recruté et enrolé des enfants soldats et recupéré les enfants soldats ( Kadogo) issus de l’AFDL .
Pour avoir dénoncé l’existence de ces enfants soldats dans le rang du MLC ainsi que leurs conditions difficiles de vie dans les casernes, le Président Pasteur Jean NDOMBALA ainsi que le Secrétaire Exécutif Marcel TOTE de l’APEE et le journaliste de Radio OKAPI Franklin MOLIBA avaient été arretés et emprisonnés pendant deux semaines par les autorités du MLC en septembre 2002 ( cfr Rapport Amnesty International du juin 2003).
Ces enfants qui ont aidé le MLC à conquérir le pouvoir sont payés en monnaie de singe, impayés et abandonnés à leur tiste sort sans une attention particulière des ceux qui les avaient recrutés et servis.
Des enquetes réalisées prouvaient un effectif assez important des enfants soldats, 60 % proviendraient de la partie controlée Nord de la province de l’Equateur et 40 % d’autres provinces ( amenés par AFDL et FLC Front de Libération du Congo ). Il releverait, selon les dernières informations à notre possession, qu’ils sont au nombre de 800 à 1200 enfants sodats actuellement recensés dans le rang du MLC, mais ils doivent atteindre un nombre important.
Bien que certains enfants se soient démobilisés eux-memes suite aux conditions médiocres ou difficiles de vie, le programme DDR n’est jamais appliqué dans la partie sous le MLC alors qu’il est d’application dans d’autres provinces. D’autres enfants soldats attendent leur démobilisation officielle qui tarderait toujours à venir.

4. Les enfants abandonnés par les militaires ougandais

La présence des militaires ougandais dans le territoire jadis controlé pr le MLC
Mouvement de Libération du Congo de Jean-Pierre BEMBA avait laissé un désastre humanitaire après leur rapatriement du territoire national congolais.
Ces militaires ougandais avaient eu des enfants dans leur union de fait avec les femmes congolaises estimé à plus d’un millier d’enfants vivant dans des conditions de vulnérabilité et de précarité indescriptives.

Certaines femmes venues de la province orientale ne savent plus y retourner et se sont livrées à d’autres unions avec les militaires congolais « le congoman ». Car, cette promiscuité avait entrainé la contamination au VIH / SIDA. Ces enfants et ces femmes se trouvent etre abandonnés et laissés à leur triste sort sans aucune mesure de protection et d’encadrement social.

II. REINSERTION SOCIALE

Elle a concerné trois volets à savoir la réunification familiale des enfants séparés de leurs parents, la réinsertion sociale des enfants de la rue après avoir passé des mois au centre de ré-éducation et l’encadrement psycho-sociale des enfants dits sorciers.

1. Réunification sociale

Accompagnés par le Secrétaire Exécutif, les enfants ci-dessous avaient été réunifiés le 15 Aout 2003 à Kinshasa grace au concours de la MONUC ( Child Protection ) et de War Chlid UK. Il s’agit de :
- Nicole KUSINGU
- Rachel KUSINGU
- Jimmy KUSINGU

2. Réinsertion sociale des enfants de la rue

Ces enfants de la rue avaient été identifiés dans le marché de Gbadolite, récuperés et pris en charge dans le centre d’hebergement à travers un programme de suivi pyscho-social bien déefini dans un délai ne dépassant pas 8 mois pour etre réinserrés dans leurs familles après une médiation familiale.
Il s’agissait de 11 enfants ci-dessous pour la première phase.

Nom & Postnom sexe age date d’entrée durée date de réinsertion

- SUDURA YAMBO M 15 ans 15/5/2003 7 mois 23/11/2003
- DJO ASUYA M 13 ans 25/6/2003 3 mois 29/09/2003
- Shico GOMBO M 14 ans 21/6/2003 2 mois 20/08/2003
- Doudou BUBU F 13 ans 12/6/2003 1 mois 11/07/2003
- MBALANDA Fiston M 14 ans 14/5/2003 8 mois 13/12/2003
- Serge VUNGBO M 12 ans 08/6/2003 2 mois 11/08/2003
- Baby KONDUNGA M 14 ans 14/5/2003 8 mois 13/12/2003
- Freddy LONGO M 15 ans 12/7/2003 5 mois 19/11/2003
- Erick DANGA M 14 ans 21/6/2003 ré-insertion en cours
- Michaux SELENGBE M 10 ans 14/6/2003 ré-insertion en cours
- Fils ZUWE M 10 ans 14/6/2003 ré-insertion en cours
3. L’encadrement psycho-sociale des enfants dits sorciers

09 cas des enfants sorciers avaient été enregistrés ( 3 cas dans la Ville de Gbadolite, 3 cas à Mobayi-Mbongo et 3 enfants-filles cas à Mobayi-Banga en République Centrafricaine ).
L’APEE avait travaillé en collaboration de l’Eglise Protestante, paroisse de Gbadolite de la 51 ème CEUM Communauté Evangélique de l’Ubangi et de la Mongala ) pour un accompagnement spirituel des enfants suspconnés de sorcellerie.
Après un encadrement de 3 mois passés au centre, 8 enfants avaient été reinserrés en famille suite à la médiation familiale et 2 enfants y avaient déserté.
Il s’agissait de :

- Olivier GBAYAMA M 11 ans Gbadolite
- Olivier SENGE M 12 ans Gbadolite
- Trésor NGWAMI M 12 ans Gbadolite
- Rughene WANGA F 09 ans Mobayi-Mbongo
- YANGO M 11 ans Mobayi-Mbongo
- Daniel KATE M 15 ans Mobayi-Mbongo
- Sophie YABIAME F 10 ans Mobayi-Banga / RCA
- Irène YADIBERE F 13 ans Mobayi-Banga / RCA
- Claudia YAGBALI F 14 ans Mobayi-Banga / RCA

III. LA NUTRITION

Elle avait consisté à la réhabilitation nutritionnelle des 258 enfants malnourris sur base de recettes nutritionnelles locales, 13 cas de décès, 25 cas de transfert et 36 cas d’abandon sur un total enrégitré de 332 enfants malnourris.

IV. L’ASSISTANCE SOCIALE

Elle avait concerné les 10 enfants victimes identifiés du VIH / SIDA à ABUZI. Cette assistance avait été plus morale que matérielle.

ATELIERS ET CONFERENCES ORGANISEES

1. JOURNEE DE L`ENFANT AFRICAIN : 16 JUIN

Célébrée pour la premiere fois a Gbadolite, cette journée était consacrée a la sensibilisation sur les conditions de vulnérabilité des enfants dans le monde en général et en particulier a Gbadolite.
- La caravane partie du Bureau de la Commune de Gbadolite avait connu la participation de plusieurs autorités politico-administratives, militaires, scolaires, réligieuses, responsables des ongd et des membres de la société civile, les éleves ainsi que les enfants de la rue.
- Les conférences-débats de Mr Réné MBANGO de la Section Droits de l`Homme de la MONUC / Gbadolite centrée sur les nouvelles formes d`exploitation des enfants et de Mr Pascal ZANZU,Président du Tribunal de Grande Instance de Gbadolite axée sur la protection juridique des enfants.
- Une piece théatrale sur la situation sociale de l`enfant avait été jouée par le groupe WENGE MATATA.
Un message du Réprésentant dess enfants avait été lu et remis au Chef de bureau de la
MONUC / Gbadolite
2. LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L`ENFANT

Source de financement : - LA MONUC ( CHILD PROTECTION )
- WAR CHILD UK

Lieu et date : Gbadolite du 04 au 06 juillet 2003
Participants : 65 personnes
Résolutions :
- Que des activités génératrices des revenus soient entreprise en faveur des familles démunies de ces enfants vunérables notamment les enfants mal nourris, les enfants abandonnés dans les rues, les enfants dits sorciers, les enfants associés aux forces combattantes, etc…
- Que des ateliers soient régulierement organisés pour renforcer les capacités locales des membres des comités locaux de protection de l`enfant,
- Que soient appuyés les centres de récupération et de reéducation des enfants à problème en les dotant des moyens nécessaires de fonctionnement
- Que soit déposée la copie ratifiée de la Charte Africaaine des droits et du Bien-etre de l`Enfant par la RDC a l`Union africaine a l`instar d`autres pays africains,
- Que soient mis fin a l`enrolement et l`utilisation des enfants associés aux forces combattantes en RDC et des mesures efficaces d`accompagnement soient prise pour leur réinsertion sociale,
- Que soient régulières et actives les présences des ONG Internationales et les Agences des Nations Unies dans la partie Nord de la province de l`Equateur.

3. LA FORMATION DES FORMATEURS DES DROITS DE L`ENFANT

Source de financement : HCDH ( Bureau du Haut Commissariat aux Droits
de l`Homme)
Lieu et date : Gbadolite du 02 au 04 novembre 2003
Participants : 50 personnes
Résolutions :
- mener des campagnes de sensibilisation de la population sur les différents
droits de l’enfant,
- impliquer les autorités politico-administratives, judiciaires et militaires dans le respect des textes juridiques et conventionnels tant internationaux que nationaux protegeant les droits de l’enfant,
- Doter les activistes de nombreuses documentations et autres instruments nationaux ou internationaux relatifs aux droits de l’Homme en général et en particulier aux droits de l’enfant,
- Que l’UNICEF accorde une attention particuliere a la situation des enfants dans le Nord-Ubangi en appuyant les structures d’encadrement ou de protection des enfants et en facilitant l’opération d’enrégistrement des naissances,
- Que les parents facilitent l’opération d’enrégistrement des naissances de leurs enfants a l’Etat civil pour une reconnaaissance juridique de leurs droits,
- Que l’Etat crée des tribunaux d’enfants,
- Que la formation des activistes en droits de l’enfant soit permanente et continuelle pour un renforcement des capacités ,
- Que les cellules ou les bureaux d’écoute des enfants soient ouverts dans tout le District du Nord-Ubangi par l’APEE
- Que l’Etat soutienne les structures d’encadrement ou de protection dans leurs recherches de solutions aux problemes d’enfants et mene une bonne politique retributive du revenu national afin que les parents soient capables de faire face aux obligations de leurs enfants,
- Que le slogan « d’abord les enfants » soit notre refrain quotidien.

4. LA JOURNEE MONDIALE POUR LA PREVENTION DES ABUS
ENVERS LES ENFANTS : 19 NOVEMBRE

Deux conférences – débats avaient été tenues dans le but d`expliquer l`importance de cette journée mondiale et de sensibliser l`opinion locale et les enfants de nombreuses violations et abus dont les enfants sont potentiellement victimes.
Un accent paticulier était mis sur les violences sexuelles faites aux femmes et aux petites filles, le viol, la torture, l`exploitation sexuelle et économique, l`usage illicite des stupéfiants, la violence sexuelle, la traite d`enfants, l`enrolement dess enfants dans les forces armées, etc …
Plusieurs autorités auttorités politico-administratives, militaires et judiciaires, les acteurs de la société civile, les enseignants ainsi que les élèves avaient répondu présent au rendez-vous.

5. LA JOURNEE MONDIALE DE LA DECLARATION UNIVERSELLE DES
DROITS DE L`HOMME : 10 DECEMBRE

Sous la responsabilité de la Section des Droits de l`homme de la MONUC / Gbadolite, cette 55eme année de commémoration avait connu la participation active des ongdh locales.
Le chargé de programme de protection sociale avait animé une conférence – débat centrée sur les violences sexuelles faites aux jeunes.
Les messages du Secrétaire Général des Nations Unies et du Directeur du Bureau de Haut Commissariat aux Droits de l’Homme avaient été lus à l’intention des participants.

PARTICIPATION AUX ATELIERS

1. Avril 2003 (10 – 11) : Atelier sur la coalition nationale Education pour tous,
Organisé par l’OXFAM GB à Kinshasa
2. Juin 2003 ( 10 – 11) : - Atelier de formation sur les principes directeurs
Relatifs aux déplacements des personnes à l’intérieur de leur propre pays par OCHA à Gbadolite
- Atelier sur la protection, la démobilisation et la réintégration des enfants associés aux forces combattantes, organisé par l’ong ASODEV à Gbadolite.
3. Septembre 2003(16-17) : Meeting de la coalition nationale pour mettre fin a
l’utilisation des enfants soldats en RDC à Goma
5. Octobre 2003(8-10) : Assemblée générale de la coalition nationale Education
Pour tous, organisée par OXFAM GB à Kinshasa
6. Novembre – décembre 2003(29/11-05/12) : Atelier de formation sur les
Droits de l’Homme, organisé par le RENADHOC à
Bukavu
7. Décembre 2003 (15-18) : Assemblée générale du CRONGD/EQUATEUR à
Mbandaka

VISITES

1. 15 février 2003 : Mr BALMA et Mme Heather de WAR CHILD UK
2. 11 juin 2003 : Madame Johanna KLINGE de Child Protection de la
MONUC / KINSHASA
3. 07 juillet 2003 : Mme Bervely GADSDON et Mlle Mireille IKOLI de WAR
CHILD UK
4. 12 juillet 2003 : Dr Ezekiel MULOWAYI, médécin coordinateur COOPI /
BOSOBOLO
5. 11 novembre 2003 : Mrs LOTHEMPO et Richard BOKANYA de PAM /
MBANDAKA
6. 05 déceembre 2003 : Sylvaine LONLAS MSF / France

SEANCES DE TRAVAIL

1. 15 juillet 2003 : Mme Tatiana CARAYANNIS, consultante de l’UNICEF sur la question relative à la démobilisation des enfants soldats à Gbadolite
2. 18 juillet 2003 : Mme Tatiana CARAYANNIS, rencontre avec le comité
local de protection de l’enfant à Gbadolite
3. 27 juillet 2003 : Conférence sur la participation de la femme dans la transition et la reconstruction en RDC, animée par Mme Amy SMYTHE de la MONUC ( GENRE ) à Gbadolite
4. Octobre 2003 : Séance de travail avec la Secrétaire Générale d’Amnesty Internationale à
Kinshasa

COLLABORATION AVEC DIVERS PARTENAIRES

• Pouvoir public
L’APEE avait été agréée par le pouvoir public representé par la Mairie de Gbadolite. C’est
Pourquoi, elle entretient de très bonnes relations avec ses services spécialisés et les associe dans ses différentes activités.

• ONG & ONGD locales
L’APEE collabore avec les ONG et ONGD locales en vue d’échanger des informations et
Expériences pour un travail concerté dee terrain.
C’est dans ce cadre que l’APEE assure la présidence du Comité local de protection de l’enfant et membre du Collectif des ONGD des droits de l’Homme de Gbadolite.
L’APEE remercie Madame Sylvaine LONLAS, le Chef de mission de MSF / FRANCE pour sa contribution personnelle

• ONG provinciales et nationales
- CRONGD / EQUATEUR
- Reseau National des ong des droits de l’Homme RENADHOC
- Coalition des ong des droits de l’enfant CODE
- Coalition nationale pour mettre fin à l’utilisation des enfants soldats
- Coaltion nationale Education pour tous CNEPT
- ONG AASD Action d’aide sociale aux plus démunis, ACVDP Action contre les violations des personnes vulnérables à Kinshasa
- GADERES Groupe d’actions pour la démobilisation et la réinsertion des enfants soldats

• ONG et Institutions Internationales

- WAR CHILD UK ( Grande Bretagne)
- Fondation Mondiale Femme pour la prévention contre les abus envers les enfants/Genève

• Système des Nations Unies

- LA MONUC
- LE HCHD Haut Commissariat aux Droits de l’Homme
- LE PAM Programme Alimentaire Mondial

FONCTIONNEMENT DES ORGANES

• Assemblée générale
1 assemblée générale ordinaire le 02 mars 2003
- Adoption du rapport d’activités 2002
- Adhésion de nouveaux membres

• Conseil d’Administration
1 réunion ordinaire 07 juin 2003
- Ouverture d’antenne APEE dans les territoires de Yakoma et de Bosobolo
- Programme d’activités pour le deuxième semestre
- Fonctionnement du Secrétariat Exécutif

• Commission de controle
1 réunion 12 décembre 2003
- Fonctionnement des organes APEE
- Patrimoine APEE

• Secrétariat Exécutif
- Personnel : 12 unités
- Equipements : - 1 ordinateur portable sans imprimante
- 1 vélo
- 1 machine à écrire
- 1 balance
- 4 tables
- 6 chaises
- 1 marmitte
- 2 ballons basket
- 20 gobelets
- etc
- Administration : - correspondances expédiées : 65
- correspondances recues : 23
- Réunions avec le personnel : 5

DIFFICULTES RENCONTREES

Face aux nombreuses sollicitations toujours croissantes et pressantes, la réalisation de certaines activités s’était butée de difficultés, à savoir :
- Faible mobilisation financière des membres
- Insuffisance des moyens financiers adéquats
- Manque d’appui de la part des opérateurs humanitaires internationaux
- etc

PERSPECTIVES D’AVENIR

Les perspectives d’avenir pour l’année 2004 s’inscrivent dans une grande bataille pour arriver à bien protèger, à bien défendre et à bien promouvoir les droits des enfants.
C’est pourquoi, elles visent à :
- Créer des activités génératrices de revenus pour soutenir les activités,
- Renforcer les capacités locales du personnel,
- Créer une synergie avec les autres opérateurs sociaux locaux,
- Soutenir et accompagner les victimes des violences sexuelles et du VIH / SIDA,
- Soutenir le processus d’accélération de l’éducation des enfants sans appui familial,
- Construction d’un centre d’hebergement et de récupération des enfants à situation difficile,
- Ouvrir les antennes de l’APEE dans d’autres villes de la province de l’Equateur
- Incorporer le volet Femme dans le programme
- etc

Merci pour votre conseil, pour vos suggestions ainsi que pour votre contribution pour nous permettre de mieux protèger, défendre et promouvir les droits des enfants, personnes créés de Dieu.

CONTACT :
- Marcel TOTE NGANGA TENDO
Secrétaire Exécutif
Tél : (243) 0817126275
Email : ongapee@yahoo.fr

- Pasteur Jean NDOMBALA
Président
Tél : (243) 0817126005
Email : ongapee@yahoo.fr