BOYCOTT dans les écoles publiques du pays!

La reprise des classes prévue ce lundi matin 05 septembre sur l'ensemble du territoire national n'a pas répondu aux attentes du gouvernement. Timide dans les établissements privés, cette rentrée n'a pas été effective dans les écoles publiques, a constaté radiookapi.net
Le mot d'ordre des syndicats des enseignants a donc été suivi presque partout. A Kinshasa, seules quelques écoles privées ont ouvert leurs portes. Même là, l'événement n'a pas la grande ambiance habituelle. Dans certaines classes de ces écoles, les professeurs se sont retrouvés devant un seul élève. Beaucoup d'enfants fréquentant ces établissements sont resté à la maison.
Du côté officiel, ce sont plus les enseignants qui ont brillé par leur absence. Ceux de certains réseaux conventioonés rencontrés dans la rue ont affirmé être impayés depuis deux mois. Dans ces conditions ils ne voient pas comment ils peuvent assurer les cours. Mais dans l'ensemble, le personnel enseignant des écoles publiques de Kinshasa attend du gouvernement la suite à la revendication principale : l'application préalable du barème de Mbudi.
A Matadi, dans la province du Bas-Congo, le climat était aussi morose, a constaté radio Okapi.net La plupart des écoles ont certes ouvert les portes, mais les enseignants ont préféré rester chez eux. . Au grand collège catholique de la place, le préfet des études et son chargé de discipline ont été ponctuels. Dès le matin, ils avaient déjà ouvert leurs bureaux et le portail d'entrée.
Les parents d'élèves de cette école ont également été aperçus ce matin, accompagnant leurs enfants. Mais trois enseignants seulement de ce collège ont été vus à l'école. Mais ils ont dit être seulement de passage et n'être pas concernés par la rentrée scolaire. Comme leurs collègues, ils ont déclaré attendre la satisfaction de leurs revendications. La situation a été presque identique dans les autres provinces du pays. Notamment, au Katanga où le boycott a été observé dans les villes de Lubumbashi et de Kalemie, ainsi qu'au Sud-Kivu.
6 Septembre 2005
Publié sur le web le 6 Septembre 2005
Okapi.net/Lp