Déclaration du COJESKI/EUROPE sur les premières Assises nationales des Congolais de l’étranger

COMMUNIQUE DE PRESSE N°009/COJESKI/BCE/2008/08/CB

À l’initiative du vice-ministère en charge des Congolais de l’étranger, présidé Colette Tshomba Tundu, dont la création a suscité beaucoup d’enthousiasme au sein de la diaspora congolaise et de l’ensemble des organisations et structures œuvrant pour la République démocratique du Congo hors de ses frontières, les premières Assises nationales des Congolais de l’étranger se sont tenues à Kinshasa, du 31 juillet au 05 août 2008. Le thème choisi pour ces assises (Tous unis pour la reconstruction de la République démocratique du Congo), dont le caractère rassembleur et ambitieux laissait présager un événement d’une importance certaine aura, en fin de compte, laissé nombre de participants insatisfaits, voire perplexes.

Car il est un fait qu’au-delà du symbole plus qu’encourageant représenté par l’organisation d’un tel événement, un certain nombre de critiques peuvent être émises concernant son organisation.

En premier lieu, on a pu constater l’absence totale de représentants de la société civile nationale, des associations majeures de la diaspora concernée (les associations de jeunes Congolais, « forces vives » de la diaspora congolaise, conservent un lien fort avec leur pays d’origine et s’investissent au quotidien).

En second lieu, les différents orateurs, qui ont pris grand soin de n’aborder dans leur intervention aucune des problématiques concrètes essentielles pour tout expatrié : telles la double nationalité, les difficultés administratives rencontrées à l’occasion d’un retour au pays (assouplissement des conditions de séjour, suppression des droits de douane, gratuité des visas…), la participation des Congolais de l’extérieur (dont le sentiment patriotique ne s’est pas émoussé) à la reconstruction et au développement de leur pays.

L’absence frappante d’évocation de ces problèmes concrets, nécessitant une résolution urgente, et la conclusion des assises par de simples déclarations de bonnes intentions nous questionnent sur la sincérité des intentions des organisateurs, sur le choix des intervenants et sur leur motivation…
La reconstruction du pays a besoin de tous les bras.

Les expatriés peuvent constituer un pont entre leur pays d’accueil et le Congo, apportant avec eux tout leur acquis (études, formation et expérience professionnelle, réseau de connaissances, aide logistique…), Les négliger reviendrait à s’amputer d’un membre. Il conviendrait, au contraire, de faciliter leurs allers et venues, d’encourager les relations commerciales, les transferts d’aide en matière scolaire, de santé, de technologies ou d’objets de première nécessité.

Le COJESKI / EUROPE déclare ne pas se reconnaître dans les conclusions de ces assises. Il demande aux organisateurs de rendre publics :

- La liste des participants, leurs fonctions et les
noms de leur organisation d’appartenance ;
- Les critères de sélection des participants ;
- Les comptes-rendus des activités des ateliers, y
compris celles dont le rapport n’a pas été publié.

Fait à Paris, le 19 août 2008

Marie-Ange Lubeka
Chargée de Communication

Christophe BINTU
Coordonnateur Europe


Lien Internet suggéré

Brève description du lien

Le COJESKI – RDC est un Réseau de 340 organisations des jeunes, de droit congolais, œuvrant sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo et à l’extérieur du pays depuis 1995. Il est doté du statut d'« Observateur » auprès de la Commission africaine des droits de l'Homme et des Peuples « CADHP / Union africaine » et du Statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations Unies « ECOSOC ». Adresse du COJESKI/EUROPE : 132 avenue d’Italie, 75013 Paris, France Tél.:(+33) 1 45 88 87 19 - (+33) 6 29 44 65 98 Courriel : cojeskifrance075@aol.com Site internet : www.cojeski.org