RD Congo : La décentralisation et la Collectivité-Chefferie des Kaliko-Omi

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
DEMOCRATIE ET CIVISME POUR LE
DEVELOPPEMENT INTEGRAL
DECIDI
e.mail :democratieetcivisme@hotmail.com Tél 0998 910 874
site web : http://www.societecivile.cd/membre/decidi http://www.societecivile.cd
Personnalité juridique : AM n° 841/CAB/MIN/J/2005 du 15 août 2005

RD Congo : La décentralisation et la Collectivité-Chefferie des Kaliko-Omi

Selon les dernières statistiques, la RD Congo comptait 259 Chefferies et 478 Secteurs, composés de 5230 Groupements. Les 737 Chefferies et Secteurs sont des EAD de base (Entité Administrative Décentralisée), qui auront des Conseils locaux et Exécutifs à leur tête. La Chefferie des Kaliko-Omi située au Nord-Est de la RD Congo est une des Entités oubliées comme tant d’autres et cherche comment s’en sortir pour bien débuter la décentralisation.

Ayant une partie de ses frontières avec le Soudan, la Chefferie des Kaliko-Omi est située dans le Territoire de Aru, District de l’Ituri, en Province Orientale. Sa superficie est de 1.191Km2, la population estimée avoisine les 112..015 habitants et 48.302 électeurs enrôlés en 2006. Les Kaliko-Omi parlent une langue bantoue appelée le Kaliko. Son Chef-lieu est Mado, avec à la tête, un jeune Chef coutumier, du nom de Djamba Aloma Auzi Jean-Bosco.

Au seuil de la décentralisation, et à travers les difficultés que connaissent les Provinces dans l’application correcte de la Constitution, la DECIDI a voulu que les Chefferies, qui sont la base de la démocratie, se préparent dès maintenant pour l’affronter. L’exemple de la Chefferie des Kaliko-Omi peut être pris dans l’ensemble pour étudier les problèmes qui se posent à ce niveau-là.

Pendant la rébellion et la guerre d’agression de 1996 à 2003, les Kaliko-Omi ont vu leurs filles et fils assassinés, tués, violés par des chefs militaires qui sont encore au pouvoir aujourd’hui. Cette impunité ne va certes pas favoriser la réconciliation, élément important pour le développement. Les Chefferies doivent y réfléchir.
Aussi, la situation actuelle, tant économique que sociale, n’est pas bonne. Avec 39 Etablissements d’Ecole primaire, 11 d’Ecole secondaire, 1 seul Hôpital de Référence, les routes en mauvais état, la Chefferie est loin de satisfaire les besoins primordiaux de sa population.

Jadis grenier de la Province Orientale, aujourd’hui la Chefferie ne parvient même pas à nourrir sa population, car l’agriculture ne produit presque rien à cause du non encadrement de la population par les pouvoirs publics. Tenez, d’après la dernière statistique agricole de 1977, la Chefferie des Kaliko-Omi avait produit 58.794 to de manioc, 5.899 to de haricot, 2.582 to de mais, 1.532 to d’arachides, 804 to d’éleusine, 382 to de paddy, 6 to de patate douce, 80 to de banane, 783 to de sésame. Au total 70.662 to, se plaçant ainsi en tête de toutes les Chefferies du Territoire de Aru.

Pour que les Chefferies et Secteurs puissent non pas seulement améliorer le système de bonne gouvernance, mais aussi l’économie et le social, il y a des préalables dont il faut en tenir compte .Parmi ces préalables nous pouvons épingler certains, notamment :

1) l’honnêteté de la hiérarchie à bien appliquer la Constitution selon son texte au Référendum
2) la dotation des EAD des lois justes
3) la sécurité sur toute l’étendue de la République et la présence effective de l’Etat en tout lieu
4) l’entreprise des grands travaux d’une façon égale, sans sélectionner des villes ou centres selon que le décideur est de … ou de …
5) le changement de comportent et de niveau de vie des dirigeants selon l’éthique et la morale
6) le financement de l’agriculture comme à l’époque coloniale et l’encadrement des paysans
7) l’initiation d’un système bancaire centré sur l’épargne et la circulation des masses monétaires
8) la fixation des salaires pour les humains et sans trop d’écart.

Ce qui est vrai pour la Chefferie des Kaliko-Omi, l’est également pour la Chefferie des Bayeke au Katanga, des Baboa Bokoe en Ituri, etc.
Connaissant les fonctionnaires et les politiciens congolais qui ne veulent jamais abandonner une mauvaise habitude pourvu qu’ils s’enrichissent, les Chefferies doivent se battre pour conquérir leur autonomie déclarée dans la Constitution. Pour cela, ils doivent s’unir et travailler en collaboration. Et c’est cette collaboration horizontale que recherche la DECIDI pour la Chefferie des Kaliko-Omi.

C’est pourquoi, la Chefferie des Kaliko-Omi se déclare prête à collaborer avec les Chefferies et Secteurs de la RD Congo en vue d’échanger des expériences et d’en acquérir auprès d’eux. Aussi, la Chefferie des Kaliko-Omi cherche à jumeler avec des villes ou centres en Europe, Afrique, Asie, Australie et Amérique en vue de lui venir en aide techniquement ou matériellement.

Pour tout contact, utiliser les adresses email : democratieetcivisme@hotmail.com ou bhamichel@yahoo.fr

Grand merci d’avance. .
Fait à Kinshasa, le 18 septembre 2008

Pour la DECIDI

Honorable Bha-Avira Mbiya Michel-Casimir