Déclaration du COJESKI-RDC relative à l'agression de l'Armée Angolaise au Bas-Congo

Kinshasa, le 08 mars 2009

N/Réf.:1116/COJESKI/CN/09/uf

NOUS, organisations, mouvements et associations des jeunes de la République Démocratique du Congo oeuvrant au sein du Collectif des Organisations des Jeunes Solidaires du Congo-Kinshasa (COJESKI – RDC), profondément préoccupés par l’agression et l’occupation depuis le jeudi 26 février 2009, par l’armée Angolaise, des villages de Kuzi et Sava Ina, dans le Territoire de Mbanza-Ngungu , District des Cataractes, Province du Kongo Central (Bas-Congo), en République Démocratique
du Congo ;

CONVAINCUS, qu’après 49 ans d’accession de la République Démocratique du Congo à la souveraineté internationale (1960-2009) durant lesquels le pays a été astreint à 42 ans d’un système politique dictatorial (1965-2006), 15 ans de transition politique (1990–2005 ), 07 ans des conflits armés internationalisés ayant occasionnés plus de quatre millions des morts parmi les populations civiles et sans défense (1996-2003) , 03 ans de la gestion consensuelle du pays et la privatisation de la vie publique nationale par des seigneurs des guerres pourtant présumés auteurs des crimes imprescriptibles perpétrés en République Démocratique du Congo ( 2003-2006) et 10 ans de la présence sur terrain en République Démocratique du Congo de la plus grande, la plus importante et la plus budgétivore mission de maintien de la paix des Nations Unies (1999-2009) ; le train Congolais de la démocratie, de l’Etat de droit et de l’intangibilité de ses frontières héritées de la colonisation, ne peut plus être arrêté à mi-parcours
par quiconque ;

CONVAINCUS que L’Etat Congolais dans ses frontières actuelles internationalement reconnues, est le fruit d’un long processus déclenché à l’issue de la Conférence Géographique de Berlin de novembre 1884 à février 1885 ; Et qu’avec le temps, le Roi Léopold II, Roi des Belges, pour rester en bonne intelligence avec ses puissants voisins, les Français à l’Ouest, les Allemands à l’Est et les Anglais au Sud-Est, les frontières de l’état Indépendant du Congo connurent de nombreux aménagements de 1885 à 1935 ;

CONVAINCUS de la sacralisation définitive du statu quo frontalier par les Chefs d’Etats et des Gouvernements réunis au Caire en Egypte en juillet 1994 dans le cadre de l’Organisation de l’Unité Africaine (O.U.A), qui ont fait de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation, un principe sacré ;

CONVAINCUS que notre Pays la République Démocratique du Congo est séparée de l’Angola par une frontière naturelle liquide de 1201 Km dont 676 Km pour le Kasaï, 374 km pour le Kwango et 151 Km de la ville Angolaise de Noki à l’embouchure du fleuve Congo à l’océan atlantique, et que les autres tronçons sont des frontières artificielles séparant notre pays de l’Angola entre le Kasaï, le KWANGO et le fleuve Congo sur 834 Km au total ; et qu’enfin, au Sud-Ouest, la rivière SHILOANGO sépare la RDC de la Province Angolaise de CABINDA ;

CONSIDERANT le fait que l’occupation actuelle des villages de Kuzi et Sava Ina dans la province du Bas-Congo, intervient jour pour jour, deux ans après que la même armée Angolaise ait occupé 11 villages du Territoire minier de Kahemba , District de Kwango, Province de Bandundu, en République Démocratique du Congo ;

CONSIDERANT le fait que cette énième occupation militaire angolaise intervenue depuis bientôt deux semaines, a occasionné des déplacements massifs des populations civiles, des crises humanitaires aigues ainsi que des violations massives des droits de l’homme perpétrées contre les populations civiles et sans défense, aujourd’hui abandonnées à leur triste sort par le Pouvoir Central en République Démocratique du Congo ; Et que les animateurs des services publics et la population locale de Kuzi et Sava Ina ont été contraint à l’entrée des troupes angolaises, à fuire et à se réfugier à plus de 30 kilomètres, dans les villages voisins de Kiandu, Nkeka et Mbanza-Kuzi ;

CONSIDERANT le fait que l’agression et l’occupation d’une portion d’un pays voisin et ami de surcroit, sont condamnables aussi bien par la Charte des Nations Unies ainsi que par plusieurs résolutions et instruments juridiques régionaux et internationaux auxquels a souscrit librement le Gouvernement d’Angola et dont le dernier en date est le Pacte sur la sécurité, la stabilité et le développement dans la région des Grands Lacs, entré en vigueur le 21 juin 2008 ;

DEPLORANT et DESAPROUVANT l’immobilisme et l’inertie du Gouvernement de la République face aux agressions répétitives de l’Armée Angolaise en République Démocratique du Congo, immobilisme frisant le déficit de l’administration territoriale, le déficit de la sécurisation et de la défense territoriales, la complicité et la haute trahison au sommet de l’Etat ;

DEPLORANT le fait que le drapeau angolais continu à flotter dans les villages Congolais de Sava Ina et Kuzi en dépit de la signature cinq jours durant d’un accord partiel et provisoire entre la province du Bas-Congo et celle voisine de Do Zaïre (Angola) ;

Au regard de tout ce qui précède, Nous formulons les recommandations suivantes en vue d’une issue heureuse de cette nouvelle agression angolaise :

I) A l’Assemblée Nationale de la République Démocratique du Congo, l’interpellation immédiate du Ministre en charge de l’intérieur et de la sécurité ainsi que des Ministres en charge des affaires étrangères et de la Défense Nationale, pour qu’ils arrivent à éclairer l’opinion publique, chacun en ce qui le concerne ;

II) Au Haut Commandement des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, le limogeage du Commandant de la région militaire du Bas-Congo pour son incapacité à réagir en temps réel et de la manière la plus disproportionnelle face à l’invasion injuste de sa région militaire ;

III) A l’Assemblée Provinciale du Bas-Congo, l’interpellation immédiate de Monsieur le Gouverneur de la Province du Bas-Congo ainsi que l’Administrateur du Territoire de Mbanza -Ngungu, pour qu’ils arrivent à éclairer l’opinion publique, chacun en ce qui le concerne ;

IV) Demande la constitution immédiate d’une commission nationale d’enquête composée des députés nationaux et provinciaux du Bas-Congo, des experts cartographes de l’Institut Géographique du Congo, des experts du Ministère de l’intérieur, du Ministère de la défense et du Ministère des affaires étrangères et de la Société Civile de la République Démocratique du Congo, en vue de diligenter sur cette question et faire rapport à l’Assemblée Nationale et au Sénat réunis ;

Nous Exhortons en fin :

1. La jeunesse congolaise en général et particulièrement la jeunesse de Bas-Congo, à organiser contre vents et marrées toutes les formes possibles de résistance en vue de recouvrir l’intégrité territoriale de Mbanza-Ngungu, du Bas-Congo et donc de la République Démocratique du Congo ;

2. La Société Civile Congolaise à demeurer très vigilante et à organiser plusieurs actions de solidarité avec la population occupée de Kuzi et Sava Ina, pour que cesse à jamais toutes les ambitions expansionnistes des pays voisins qui continuent à convoiter les richesses naturelles et multiformes de la République Démocratique du Congo ;

3. Le Gouvernement Congolais :

- De saisir immédiatement la Cour Internationale de Justice sur base du Rapport et conclusions qu’apportera la Commission Nationale d’enquête citée ci-haut ;

- De contrôler périodiquement les bornes frontalières ainsi que la surveillance régulière de tous les 10.522 km des frontières congolaises avec les pays voisins, et notamment les 2.469 km avec l’Angola, les 2.140 km avec la Zambie, les 1.577 km la République Centre Africaine, les 1.544 km avec la République du Congo, les 817 km avec l’Ouganda, les 787 km avec le Soudan, les 498 km avec la Tanzanie, les 213 km avec le Rwanda, les 205 km avec le Burundi et le 42 km avec le Cote Atlantique ;

- De mettre tout en œuvre pour terminer tous les contentieux frontaliers avec les pays voisins, notamment en recouvrant par tous les moyens usuels tous les territoires congolais actuellement occupés par les pays voisins, il s’agit de :

 Iles de Mbamu (Sur le fleuve Congo), zone neutre occupée illégalement par le Congo-Brazzaville ;

 Bande frontalière entre les lacs TANGANYIKA ET MOERO, opposant la République Démocratique du Congo à la Zambie ;

 Delta de la Ruzizi (Katumba / Sud-Kivu), occupé illégalement par le Burundi depuis plus de 20 ans ;

 Zone neutre entre la ville congolaise de Goma et la Ville Rwandaise de Gisenyi, occupée illégalement par le Rwanda avec par des constructions anarchiques et la démolition des bornes frontaliers ;

 Destruction des bornes frontalières par l’Angola et déplacement de sa frontière à l’intérieur de la RDC dans le Mayombe en province du Bas – Congo.

4. Le Gouvernement Angolais, de se conformer aux dispositions de la Charte des Nations Unies et à celle de l’Union Africaine, et de se retirer rapidement du territoire occupé en vue de préserver les relations d’amitié qui ont toujours existé avec la République Démocratique du Congo. Il est inconcevable qu’un allié sûr d’hier soit l’agresseur d’aujourd’hui.

Nous restons saisis de la question.

Pour le COJESKI-RDC,

Fernandez MURHOLA
Coordonnateur National

Davin NZWANGA ZIKA
Président du Conseil
d'Administration


Lien Internet suggéré

Brève description du lien

==================================================== Collectif des Organisations des Jeunes Solidaires du Congo-Kinshasa(COJESKI-RDC)= Réseau National de 340 Associations des Jeunes oeuvrant en RDCongo depuis 1995 dans les domaines de la démocratie, des droits de l'homme, de la bonne gouvernance, du développement durable et du Plaidoyer national, régional et international. ********************************************* Doté de la personnalité juridique, du statut d'observateur auprès de la Commission Africaine des droits de l'homme et des peuples / Union Africaine et Jouissant du Statut Consultatif Spécial auprès du Conseil Economique et Social des Nations Unies(ECOSOC). ********************************************** Plate-forme Jeunesse affiliée et membre de/du : -Conseil National de la Jeunesse de la RDCongo ; -Réseau National des ONGs des droits de l'homme de la Rép.Démocratique du Congo(RENADHOC); -Société Civile de la RDCongo ; -Bureau International de Paix (IPB); -Global Youth Action Network (GYAN) ; -Forum Mondial de la Société Civile (WCSF); -Campagne Mondiale pour la réforme des Institutions Internationales ; -Mouvement Mondial pour la Démocratie(WMD); -Youth Employment Summit (YES Network); -Coalition Mondiale Contre la Peine de Mort/ World Coalition against the Death Penalty ; -Coalition pour la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples / Coalition for an Effective African Court on Human Rights and peoples' Rights ; -SALAAMNET (African Civil Society early warning system to the African Union ). ********************************** Bureaux de Répresentation en RDCongo : Bukavu,Uvira,Goma,Beni,Butembo,Kindu,kasongo, Kibombo,Matadi,Boma,Kisangani,Isiro,Buta,Bunia, Isangi,Mbujimayi,Lodja,Kananga,Tshikapa, Lubumbashi,Kolwezi,Dilolo,Likasi,Kambove, Sakania,Kamina,Mbandaka,Bumba,Gbadolite,Kikwit, Bandundu, Masimanimba et Idiofa. Représentations à l'Extérieur du Pays : Johannesburg,Nairobi,Kampala,Kigoma,Cotonou, Bruxelles,Paris,Limoges,Rome,Palerme,New-York, Chicago,Berne,Genève,Londres,Ottawa, Montréal,Leipzig et Washington. ********************************************** Siège Administratif : N° 22, Avenue Cimbushi, Quartier Motel FIKIN, 16ème Rue Résidentielle, Commune de Limeté,Ville de Kinshasa, B.P : 448 Kinshasa I / République Démocratique du Congo Tél. :+(243)998.121.369/816.601.290 E-Fax : + 33.821.188.448 E-mail : cojeski_rdcongo@yahoo.com / cojeski.rdc@societecivile.cd/cojeski.rdc@ic.cd Sites Web : www.cojeski.org/www.societecivile.cd