LES TERRITOIRES DE WALUNGU ET KABARE AU FEU

Les paysans ,aujourd'hui croient que la promulgation de la constitution de transition en RDC et la prestation de serment par le président JOSEPH KABILA ont réglé les problèmes. Pour eux quand même elles constituent un développement dans la voie de réconciliation nationale et de la réunification du pays. Dans les territoires de Kabare et Walungu(Sud-Kivu), toutes les forces en présence, à savoir le RCD-GOMA, les Interahamwe, les MUDUNDU40 se sont portées responsables de graves et impitoyables violations et abus des droits de l'homme.
De manière sommaire, dans leur logique de la persistance de la guerre, elles ont semé une insécurité généralisée caractérisée notamment par le renforcement des positions militaires à l'Est de la RDC par le déploiement intense des troupes de l'APR dans les territoires précités ; les déplacements massifs et continus des populations villageoises vers la ville de Bukavu ou des campagnes lointaines ; les séparations des familles, les épidémies et autres maladies chroniques ; des attaques et destructions méchantes des villages entiers (brûlés) et des infrastructures sociales(dispensaires, hôpitaux, écoles.) ;les pillages des biens des populations. Les affrontements (depuis le 6 avril 2003) entre les différentes forces ont été monnaie courante en plusieurs villages et se soldent par des tueries, des pillages, viols des femmes et des filles sans distinction d'âge.
En usant de la violence comme arme de répression contre les personnes ou des groupes de gens aux idées contraires ou supposées hostiles au Mouvement, le RCD-GOMA n'a pas su faire valoir les droits de l'homme au Sud-Kivu ces derniers jours.
En date du 6 avril 2003 au quartier D à Bagira/Bukavu, trois filles ont été enlevées, treize femmes enlevées à MUHUNGU et autres quartiers de la ville de Bukavu par les MUDUNDU40. Mademoiselle ZAWADI MATABARO âgée de 12 ans était blessée par balle à 16 heures par les militaires du RCD-GOMA. Le 12 avril 2003 monsieur MWILARHE a été fusillé ; quatre hommes brûlés vifs dans une maison à MWEGERERA/BURHALE par le RCD-GOMA. Les autorités du RCD-GOMA ont refusé à l'ong d'aide Humanitaire MALTESER d'améner les médicaments et les vivres à Walungu alors que l'hôpital de WALUNGU restait avec 100 malades sur 317 internés avant les événements. Trois femmes violées à NYAKALONGE/MUGOGO dont M'NSHOMBO et M'CISHUGI.
Le RCD-GOMA a interdit à la MONUC-BUKAVU d'accéder aux lieux des désastres en date du 11 et 14 avril 2003 pour une simple observation dont elle est mandat.
Les religieuses « Sours FILLES DE MARIE » ont échappé aux viols et tueries le 13 avril 2003 à Burhale pendant qu'elles se cachaient dans leur armoire au couvent. La paroisse de BURHALE/WALUNGU, les écoles, les maisons des paysans sont devenues camps militaires du RCD-GOMA.
Les villages brûlés :
a) WALUNGU :
MWEGERERA, BURHALE, MUSHINGA,LUBONA, MAKWALE, CIRUKO,MUGOGO, MADAKA, KARHUNDU,IZIRANGABO.
b) KABARE :
CAZI,BUGOBE,NTUNDU, KALENGERA...
A BIYENGA, MUSHWESHE,LUGANDA,NYENGO dans le groupement de MUDUSA/KABARE les militaires du RCD-GOMA volent les cobayes, volaille, petits bétails.
Au fond, cette dangereuse situation où les paysans sont plongés témoigne aussi de la mauvaise foi du RCD(les autres) d'empêcher les violences, de poser des bases sociales en vue du respect et de la protection des droits de la femme et des peuples dans l'avenir.
Dans cette enquête qui couvre la période allant du 6 avril au 17 avril 2003, l'ACTION POUR LE DEVELOPPEMENT ET LA PROMOTION DE LA SANTE(ADEPROSA,asbl) dénonce quelques cas d'abus et de violations des droits de l'homme imputés au RCD-GOMA,l'APR, aux MUDUNDU40 et aux INTERAHAMWE.
Les ongs de sections humanitaires(OCHA, ECHO, MONUC, FHI .)doivent faire d'urgence pour aider les paisibles citoyens sinon elles sont en complicités avec les pro-rwandais. Ces criminels doivent être jugés et cela dans un délai bref..

Par ADEPROSA asbl