Ils ont des preuves qui nous meneront où?

Nous avons vu des preuves que la raison du plus fort est toujours la meilleure.
Nous venons de voir des preuves que outre l’AG de l’ONU, la décision du G20 est de loin «la meilleur».
Nous avons vu des preuves que la crise financière internationale a mis toute la planète dans les désarrois.
Nous venons de voir la preuve que les auteurs de cette crise et maîtres du monde sont dépourvus des solutions pertinentes de sortie de crise.
Nous avons vu des preuves, devant l’ONU, que l’Irak de Saddam avait des usines de fabrication d’armes chimiques.
Nous avons des preuves que c’était un mensonge d’État.
Nous avons vu des preuves d’une volonté de condamnation sans équivoque, sur un certain soupçon de la tricherie, lors des dernières élections en Iran.
Nous avons des preuves de la compréhension, après les déclarations sans équivoques des preuves des fraudes á vaste échelle aux élections présidentielles en Afghanistan.
Nous avons vu la preuve d’une volonté des USA d’apporter les solutions au problème de Moyen- Orient (Israël et Palestine).
Nous avons la preuve que personne ne peut faire fléchir Israël soit-il Président Américain chouchou du monde.
Nous avions des preuves que la rencontre de l’ONU ou de G20 allaient déboucher sur des résolutions capables de donner l’espoir d’une sortie des crises.
Nous avons la preuve que ces rencontres, loin de trouver des solutions sur les multiples crises que les grands ont engendrées, nous mènent inexorablement vers une autre crise sans issue.
On nous dit qu’il y a des preuves que l’Iran cherche à fabriquer une bombe nucléaire.

Pauvre que je suis, en quoi ça change si on sait que le monde en possède déjà plus de 10 ? Pour paraphraser le Monarque Français, François 1èr «Où est le testament que l’ONU a donné aux autres comme droit d’avoir la bombe et pas l’Iran ?».

Etonnante est la capacité de la presse au service des grands à accompagner la diversion.
La jeunesse a besoin d’hériter un monde paisible. Et le message du Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki Moon, à l’ouverture de la 64ème session de l’AG de l’ONU « Maintenant ou jamais » doit inspirer la presse internationale pour apaisé les esprit en lieu et place des matraquages médiatiques quand on sait qu’on finira d’avoir les preuves que c’est une façon d’effacer un gênant dans les équilibres des forces.
Invitons les hommes épris de paix à mettre tout en œuvre pour sauver la planète du réchauffement climatique, de la crise financière mondiale et de la psychose de guerre qui règne en ce moment. La jeunesse fonde son espoir dans la capacité de chaque acteur politique, militaire et social à lui apporter des solutions pour sortir de son extrême pauvreté.

Aider nous d’avoir la preuve d’une co-existence pacifique entre les nations et les peuples.