A l'occasion de la Journée mondiale de la paix du 1er janvier 2010, nous exprimons notre adhésion au Message du Pape Benoît XVI

Au début de cette nouvelle année, le pape, dans sa réflexion sur la crise mondiale et environnementale qui touche de nombreuses régions de notre planète, adresse une invitation à : « redécouvrir les valeurs qui constituent le fondement solide sur lequel bâtir un avenir meilleur pour tous. Les situations de crise que [l’humanité] traverse actuellement – de nature économique, alimentaire, environnementale ou sociale – sont, au fond, aussi des crises morales liées les unes aux autres. Elles obligent à repenser le cheminement commun des hommes. Elles contraignent, en particulier, à adopter une manière de vivre basée sur la sobriété et la solidarité, avec de nouvelles règles et des formes d’engagement s’appuyant avec confiance et avec courage sur les expériences positives faites et rejetant avec décision celles qui sont négatives. Ainsi seulement, la crise actuelle devient-elle une occasion de discernement et de nouvelle planification ».

Tandis que nous soutenons le message de paix de Benoît XVI, nousnous sentons interpellés par ses paroles invitant à ne pas fermer les yeux devant les nombreuses blessures des pauvres de ce monde, nous souvenant des paroles d’Andrea Riccardi : « la guerre est la mère de toutes les pauvretés ».
Nous voulons donc, par cet appel, manifester notre solidarité à toutes les victimes de la guerre, du terrorisme et de toute forme de violence. Nous sommes convaincus que la paix est toujours possible si nous partons avant tout de nous-mêmes.
Comme l’écrit le pape « Un changement effectif de mentalité qui pousse chacun à adopter de nouveaux styles de vie, selon lesquels ‘les éléments qui déterminent les choix de consommation, d’épargne et d’investissement soient la recherche du vrai, du beau et du bon, ainsi que la communion avec les autres hommes pour une croissance commune’, devient désormais indispensable. On doit toujours plus éduquer à construire la paix à partir de choix de grande envergure au niveau personnel, familial, communautaire et politique. Nous sommes tous responsables de la protection et du soin de la création. Cette responsabilité ne connaît pas de frontières ».

Nous croyons que chacun de nous peut protéger la création par des choix qui portent l’empreinte de son amour envers les autres et en particulier envers les plus pauvres. Il y a besoin de désarmer les cœurs et de retrouver les raisons qui fondent notre vivre ensemble. Ainsi seulement les conflits en cours dans de nombreuses parties du monde pourront-ils être apaisés. Pour ces raisons, nous de la Communauté de Sant’Egidio, avec les nombreux amis qui nous soutiennent, nous engageons à accomplir chaque jour des gestes de paix et de réconciliation pour abattre les murs de division qui génèrent la violence et nous exprimons notre volonté de vivre une solidarité toujours plus large avec les pauvres de notre temps : les malades du SIDA, les enfants, les personnes âgées, les prisonniers. Nous ne nous résignons pas à la guerre, fruit des injustices, mais nous voulons nous appliquer au travail de recherche « du vrai, du beau et du bon, et de la communion avec les autres hommes ». Nous le faisons avec la foi joyeuse que Jésus est notre paix, disciples de celui qui, le premier, a abattu le mur de l'inimitié qui divisait les hommes.

Le Discours du Responsable de la Communauté de Sant'Egidio : Patrick BALEMBA BATUMIKE

Paix sur toutes les terres
1er janvier 2010

Chers amis,

Cela fait huit ans que la Communauté de Sant’Egidio organise pour le 1er janvier les manifestations « Paix sur toutes les terres », à l’occasion de la Journée mondiale de la paix, qui coïncide cette année avec le 42ème anniversaire du message de paix que le pape Paul VI adressa pour la première fois au monde, le 1er janvier 1968. Aujourd’hui, en entrant dans la première décennie du troisième millénaire, nous voulons nous diriger d’un pas convaincu vers des choix concrets de paix.
Dans son message pour la Journée de la paix, le Saint Père Benoît XVI a écrit : « L’humanité a besoin d’un profond renouvellement culturel ; elle a besoin de redécouvrir les valeurs qui constituent le fondement solide sur lequel bâtir un avenir meilleur pour tous. Les situations de crise qu’elle traverse actuellement – de nature économique, alimentaire, environnementale ou sociale – sont, au fond, aussi des crises morales liées les unes aux autres. Elles obligent à repenser le cheminement commun des hommes ».
Oui, nous aussi, avec les Communautés de Sant’Egidio dans le monde entier, nous voulons repenser le cheminement commun. Nous croyons au fond que le monde globalisé peut être une grande occasion de paix. Nombreux sont ceux qui ont préféré se fier à une mondialisation économique, pensée comme la solution à tous les maux. Mais la crise économique mondiale a montré toutes les limites de ce modèle. Bien plus, la crise économique a apporté un appauvrissement non seulement du point de vue des ressources matérielles, mais aussi du point de vue humain et social. Notre monde a perdu la passion pour l’unité et la solidarité. Et nous voyons que cette situation entraîne souvent un climat de violence et de discrimination plus particulièrement envers les plus pauvres. Un si grand nombre de choix égoïstes et sans perspective est un mal pour tous, aussi pour la terre.
Benoît XVI toujours a souligné dans son message : « On doit toujours plus éduquer à construire la paix à partir de choix de grande envergure au niveau personnel, familial, communautaire et politique. Nous sommes tous responsables de la protection et du soin de la création. Cette responsabilité ne connaît pas de frontières.[…]. On ne peut rester indifférents à ce qui arrive autour de nous, parce que la détérioration de n’importe quelle partie de la planète retomberait sur tous. Les relations entre les personnes, les groupes sociaux et les États, comme entre l’homme et l’environnement, sont appelées à prendre le style du respect et de la «charité dans la vérité».

Ainsi nous, de Sant’Egidio, avons décidé d’organiser, tous les premiers janvier de manière spéciale, des marches, des assemblées et différentes initiatives, comme des temps de prière, dans de nombreuses villes (en Europe, en Afrique, en Asie et en Amérique). A Rome, l’an passé, plus de quinze mille personnes ont formé un cortège jusqu’à la place Saint-Pierre pour écouter les paroles du pape Benoît XVI, qui après l’Angélus a salué les participants à la marche promue par la Communauté de Sant’Egidio « Paix sur toutes les terres ».
Cette année à nouveau, le 1er janvier 2010, nous nous retrouvons en de nombreux lieux pour invoquer la paix. C’est le choix de commencer la nouvelle année par un pas de paix : c’est beau, nous sommes ensemble, unis, malgré les distances géographiques… Nous avons le sentiment de créer une seule et même grande manifestation qui traverse le monde, une seule et même grande invocation de paix, dans des langues diverses mais dans le même esprit. C’est à cette occasion surtout que nous nous souvenons des pays encore martyrisés par la guerre.
La Communauté de Sant’Egidio, qui a convoqué cette rencontre et cette marche qui se termine avec la liturgie (dans la cathédrale Notree dame de la paix.), à laquelle ont adhérer les Scouts, les Soeurs Xavériennes, les Soeurs Picolle figlie, les soeurs missionnaires d’afrique, ........., travaille depuis des années pour la construction de la paix sur de nombreuses terres du monde, souvent justement les terres les plus oubliées. Notre travail pour la paix veut répondre aux attentes et aux espérances de nombreux hommes, femmes, enfants et personnes âgées qui souffrent du drame de la guerre du fait du trop grand nombre de conflits encore ouverts ou qui subissent une très grande, une excessive violence. Les nombreux conflits encore ouverts dans le monde, nous voulons les rappeler à travers les noms inscrits sur les panneaux que nous portons pendant cette marche.

Nous voulons continuer notre lutte pour la paix. Il y a trop de guerres, il y a trop de violences encore dans le monde ! Oui, il faut intervenir avec générosité et avec intelligence, pour que la vie de beaucoup de peuples ne soit pas engloutie par ce monstre qu’est la guerre. La guerre est le visage le plus monstrueux et violent de l’histoire. Nous pensons particulièrement aux ressentes violences vécues dans notre ville de Bukavu, aux attaques des "Finders" aux lynchages populaires, .... qui ne sont pas du coté du respect de la vie.

La guerre est inutile et laisse le monde pire qu’avant. Mais la guerre n’est pas inévitable : il y a un grand travail pour la Communauté internationale, pour les hommes et les femmes de bonne volonté. Les noms des pays et des régions en guerre, aujourd’hui, nous le rappellent.
Nombreux sont ceux qui ne cessent de répéter qu’il faut s’habituer à la guerre et à l’usage de la force guerrière dans un monde qui n’est pas idéal. Oui, nous le savons : ce monde n’est pas un monde idéal. Mais est-ce seulement une illusion de rêver un monde où la guerre soit progressivement éliminée ? Les difficultés de notre époque, les menaces, le terrorisme, les régimes belliqueux, les conflits ouverts ne doivent pas nous amener à nous résigner à la guerre comme si elle était le compagnon habituel de l’histoire humaine.
Nous faisons appel aujourd’hui à tous les chrétiens, aux croyants de chaque religion et à tous les hommes et les femmes de bonne volonté, pour qu’ils s’unissent à nous pour renouveler notre engagement en faveur de la paix !
Aujourd’hui, 1er janvier 2010, au début de cette nouvelle année, nous voulons commencer ensemble avec le pas de la paix. La paix n’est pas impossible. Beaucoup de guerres peuvent être pacifiées. Nous sommes convaincus que la paix dépend en premier lieu de notre cœur. C’est pourquoi, nous nous engageons à accomplir chaque jour les gestes de paix indispensables à la cohabitation, capables de renouer les relations humaines lorsqu’elles sont déchirées, sans céder au pessimisme et au découragement.
Nous sommes tous convaincus, raisonnablement convaincus, qu’il faut poursuivre avec décision une voie de paix : oui, PAIX SUR TOUTES LES TERRES !

© RTVGL - Bukavu


Lien Internet suggéré

Brève description du lien

le site Internet de la Radio Télé Vision Grands Lacs. Une radio qui donne toute l'information surla région de grands lacs africains.