L’UNAGRICO envisage son implatation dans toutes les provinces de la RDC

Le Président national de l’Union des agriculteurs et des éleveurs du Congo (Unagrico), Bukasa Katambay, annoncé l’implantation prochaine de cette association dans toutes les provinces du pays, au cours de l’assemblée générale organisée samedi à la salle paroissiale Notre Dame de Fatima à Kinshasa, a constaté l’APA.
En deux ans d’existence, cette association déjà implantée au Katanga et au Kasai Oriental envisage de s'installer en plus de Kinshasa , au Bas-Congo, à l’Equateur et dans le Bandundu, en perspective de la paix qui pointe à l’horizon en RDC afin de contribuer à l’amélioration de la production agricole, a-dit M Bukasa.
Le Président de l’Unagrico a noté que le manque d’un financement à la hauteur de besoins exprimés par les membres de l'Unagrico du fait de la guerre, n’a pas permis à ces derniers d’atteindre certains objectifs fixés au cours du «programme 2002-2003 ».
Il a estimé qu’avec la fin de la guerre, les projets prévus pour l’exercice en cours, pourront être exécutés sans faille. Il s’agit notamment de l’implantation d’un site Internet à l’Unagrico (où toutes les informations sur ses membres seront disponibles, de la participation de ses membres aux différentes rencontres internationales sur l’agriculture et l'élevage et de recherche des subventions en leur faveur, a-t-il précisé.
Par ailleurs, la situation de l’Unagrico au Bas-Congo et à Kinshasa ainsi que les difficultés de ses membres ont été évoquées au cours de l’assemblée qui a également débattu du problème de semences et de celui de transport qui rend difficile l’évacuation des produits vers le centre-ville.
Les participants à l’assemblée ont aussi épinglé de cas de vol nocturne et celui de l’inexistence d’un marché où les maraîchers devraient vendre leurs produits en pratiquant un tarif uniformisé.
L’Union des agriculteurs et éleveurs du Congo est une association qui vise notamment à assurer une politique agro-pastorale commune à tous ses membres, à les aider à acquérir une technologie de pointe et à aider la population à éviter la consommation des organismes génétiquement modifiés (Ogms).

Envoyé par :Agence Presse Associée, "APA"