L’ACVDP PLAIDE POUR LE RESPECT DE DROIT A L’EDUCATION DES ENFANTS CONGOLAIS DE LA RDC REFOULES DU CONGO BRAZZAVILLE

COMMUNIQUE DE PRESSE N°005/ACVDP/2014
L’ACVDP PLAIDE POUR LE RESPECT DE DROIT A L’EDUCATION DES ENFANTS CONGOLAIS DE LA RDC REFOULES DU CONGO BRAZZAVILLE
C’est depuis le début du mois d’avril 2014 que les ressortissants de la République Démocratique du Congo notamment les hommes, les femmes, les femmes enceintes, les personnes de troisième âge, les handicapés ainsi que les enfants et les nouveaux nés ains que les enfants scolarisés sont en train d’être refoulés du Congo Brazzaville par les autorités de ce pays à travers l’opération dénommée « Mbata ya Bakolo » (la gifle des ainés) lancée par la police congolaise dirigée par son Directeur le général Jean François Ndengue.

Selon les informations recueillies lors de notre passage aux premiers sites de transites de la maison communale de Kinshasa et du stade Cardinal Malula ex 24 novembre en date du 03 mai 2014 lors de la visite de monitoring de l’Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables ACVDP, cette opération viole Malheureusement la Convention tripartite Angola – République du Congo – République Démocratique du Congo du 3 décembre 1999 stipule en son article 16 que « lorsque l’un des Etats parties se propose de procéder à l’expulsion d’un ou de plusieurs ressortissants d’un Etat dont l’activité menace l’ordre ou la sécurité publique, elle en avise préalablement l’autre partie par voie diplomatique ; La partie qui procède à l’expulsion doit prendre toutes les dispositions appropriées pour sauvegarder les biens, les intérêts et l’intégrité physique des personnes expulsées » ainsi que les instruments juridiques tant sous régionaux et internationaux (la déclaration universelle des droits de l’homme, la charte africaine des droits de l’homme et des peuples, la convention contre la torture, la convention relative aux droits de l’enfants, la charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant, etc…) de protection des droits humains en général, les droits économiques, sociaux et culturels et des personnes vulnérables en particulier, cette dernière est caractérisée par de décès en raison des mauvaises conditions (suffocation), de deux cas d’accouchements précoces dans des conditions difficiles et d’un cas de fausse couche, les blessures, l’expropriation des biens, les rackets, l’usage récurrent de la chicote, des exactions, des extorsions, des tortures et des lynchages de la part de certains éléments de la Police et des bandes de jeunes xénophobes de la République du Congo/ Brazzaville. et pure encore l’arrêt de scolarisation des enfants congolais qui aujourd’hui ne savent plus comment finir l’année scolaire 2013 -2014 en beauté.
Selon les données à notre possession A la date du lundi 05 mai 2014, 71.407 compatriotes ont été expulsés du Congo/Brazzaville par le Beach Ngobila à Kinshasa dont : :

o 23.989hommes,

o17.965femmes,

o29.453enfants.

- Certains compatriotes ont été expulsés par les postes-frontières de la Province du Bandundu (37) et de la Province du Bas-Congo (231).

Cela fait un total de 72.731 hommes, femmes et enfants refoulés.
Au jour d’aujourd’hui, il Ya plus de 150000 ressortissants congolais qui vivaient au Congo Brazzaville qui sont expulsés, les uns ont rejoint leur famille et les autres sont pour le moment au site de transit de Maluku à la recherche des voies en moyens pour rentrer dans leur province d’origines.

Dans l’ensemble de refoulés, les enfants occupe une part importante des expulsés soit plus de 50% et nécessite une attention particulière des autorités de la RD Congo surtout en ce qui concerne leur éducation en marge de la marge de la journée de l’enfant africain qui est célébrée chaque le 16 juin dont le thème pour cette année est "Une éducation de qualité, gratuite, obligatoire et adaptée pour tous les enfants en Afrique"

Face à ce climat délétère, l’Action Contre les Violations des Droits des Personnes ACVDP recommande :
au Gouvernement congolais de la RDC :

- Prendre toutes mesures nécessaires pour assurer la scolarisation des enfants congolais de la RDC conforment à la loi portant protection de l’enfant congolais ;

- Mettre rapidement en place dans le nouveau site des écoles de récupérations des enfants ;
- Mettre en place une commission chargée de répertorier les écoles dans lesquelles les enfants congolais de la RDC fréquentaient pour récupérer les documents scolaires de ces derniers restés à Brazzaville ;
Au Gouvernement de la République du Congo :
- De respecter la Convention tripartite Angola – République du Congo – République Démocratique du Congo du 3 décembre 1999 ainsi que les instruments juridiques tant sous régionaux et internationaux (la déclaration universelle des droits de l’homme, la charte africaine des droits de l’homme et des peuples, la convention contre la torture, la convention relative aux droits de l’enfants, la charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant, etc…) de protection des droits humains en général, les droits économiques, sociaux et culturels et des personnes vulnérables en particulier
- De faciliter le gouvernement de la RD Congo dans la mission de répertorier les écoles dans lesquelles les enfants congolais de la RDC fréquentaient pour récupérer les documents scolaires de ces derniers restés à Brazzaville.

Faite à Kinshasa, le 23 Mai 2014

KOBOLONGO KONGUNDE Crispin

Président National de l’ACVDP

Contacts: (+243) 0822825663 0998327625