Réflexion autour de la Commission Vérité et Réconciliation

Quatre-vingt-dix délégués des confessions religieuses et des organisations non gouvernementales sont réunis en atelier depuis mardi à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Occidental (centre) pour réfléchir sur ce que sera la Commission Vérité et Réconciliation, l’une des institutions citoyennes prévues dans l’Accord global et sans exclusive ayant sanctionné le Dialogue intercongolais, a rapporté jeudi la Radio onusienne Okapi.
Les participants qui représentent toutes les provinces de la République démocratique du Congo (RDC) préparent un projet de loi relatif à l’organisation et au fonctionnement de cette commission, indique la source.
La Commission Vérité et Réconciliation est perçue dans l’imaginaire populaire comme un forum où les diverses victimes de violations des droits de l’homme pendant la guerre pourront s'exprimer et les auteurs de violation auront l’opportunité de s’amender et de se repentir, a défini un participant dont l’identité n’est pas reprise par la radio de la Monuc.

Envoyé par l'Agence Presse Associée, APA le 16/05/2003.