IL EST TEMPS DE PASSER D’UN COMBAT-SPECTACLE SUR YOUTUBE A UN COMBAT PLUS INTELLIGENT.

En octobre 2006, des patriotes de la diaspora zaïroise du pays du Prince William se distinguent par un acte assez répréhensible sur le plan de la morale mais certainement patriotique et plein de symbolismes que fut le lynchage à Londres, le 11 octobre 2006, de Mr She Okitundu, un des caciques du pseudo-kabilisme et proche collaborateur de Joseph Kabila. Comme conséquence logique, la nouvelle de cette agression d’un officiel pseudo-kabiliste plein de signification avait investi en son temps comme une trainée de poudre plusieurs salles de rédactions de grands médias à travers le monde et charria un message clair d’un peuple qui désavoue un pouvoir de colonisation de leur grand pays par ses trois petits voisins assorti d’un pillage systématique de ses richesses nationales.

En tant qu’analyste, nous considérions plutôt assez crédible une hypothèse qui soutiendrait que cette agression de She Okitundu constitua l’amorce de toute une dynamique de remise en question par la communauté internationale de son appui au pouvoir en place à Kinshasa dont son actuel refus catégorique de le voir empiler pour un troisième mandat ne serait qu’une conséquence logique. S’agissant de cette attaque de She Okitundu et de Kengo wa Dongo plus tard, coup de chapeau aux patriotes combattants de la diaspora. Maintenant que des patriotes de France aient réussi à empêcher à JB de se produire au Zénith de Paris, que des combattants aient contraint la fille de mon ami et vrai patriote Michel Kabeya d’annuler un concert qu’elle devait organiser en Australie ou que ceux du Canada se réjouissent d’avoir contribué au refus à la décision des autorités d’Ottawa d’accorder un visa à Fally Ipupa, une question fondamentale serait de savoir en quoi tous ces trois laborieuses actions fragilisent-elles le pouvoir de Joseph Kabila ?

En effet, le questionnement qui précède nous amène à la problématique de l’efficacité de ce combat que nous menons depuis bientôt une décennie en nous basant essentiellement sur ces modes opératoires que sont l’agression des proches du pouvoir et l’interdiction des concerts de nos artistes-musiciens à l’étranger. En quoi le fait que JB Mpiana annule son concert au Zénith de Paris ou que Fally Ipupa se voit refuser son visa d’entrée au Canada dérangerait-il Joseph Kabila? Serait-il logique d’interdire des concerts de nos artistes musiciens à l’étranger au motif que nous ne devons pas danser par solidarité à nos frères et sœurs du Kivu alors que nous mêmes à la diaspora ne ratons pas une seule occasion de mariage ou d’anniversaire pour nous trémousser aux sons de la même musique?

Nous vous remercions de bien vouloir lire l'intégralité du texte dans notre page Facebook FNRC au lien :https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1583511778576296&id=14789820756959

Faustin BOSENGE
Coordonnateur des FNRC