Le CPDH-PHRC demande que Monsieur MAOMBI soit traduit en justice

PENDANT QUE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE CELEBRE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE SOUTIEN AUX VICTIMES DE LA TORTURE; CETTE DERNIERE SE PORTE BIEN DANS LE TERRITOIRE OCCUPE ET ADMINISTRE PAR LE RCD-GOMA
Monsieur Pierre, vieillard de son état, sérieusement fouetté, flagellé et tabassé sur ordre du Chef de Poste d'Encadrement Administratif de Kitshanga, Monsieur MAOMBI
Le CPDH-PHRC demande que ce dernier soit traduit en justice
" Tout Etat partie prend des mesures législatives, administratives, judiciaires et autres mesures efficaces pour empêcher que des actes de torture soient commis dans tout territoire sous sa juridiction " ; alinéa 1, article 2 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.
La date du 26 juin de chaque année a été consacrée par les Nations Unies comme Journée Internationale de Soutien aux Victimes de la Torture. Cette journée est donc commémorée partout au monde aussi bien par la communauté internationale que par les organisations locales, nationales et internationales des droits de l'homme. A cet effet plusieurs activités sont organisées par-ci par-là soit pour se souvenir et rendre hommage aux victimes de la torture soit pour soutenir et appuyer les victimes de la tortue afin qu'elles soient réhabilitées si pas socialement, psychologiquement et médicalement alors dans leurs droits.
Pendant ce temps; au lieu que les autorités ne prennent des mesures efficaces pour prévenir et empêcher les actes de torture, ces dernières en sont les premières et principales auteurs si pas responsables.
Un cas récent est celui enregistre dans la semaine du 16 au 22 juin 2003 à Kitshanga, localité de Muhanga, groupement des Bashali-Mokoto, chef-lieu de la collectivité-chefferie des Bashali, territoire de Masisi en province du Nord-Kivu.
En effet; Monsieur Pierre, vieillard, âgé d'environs 60 ans, domicilié à Kitshanga près du marche et non autrement identifié a été victime des coups et tortures graves lui infligés par des jeunes gens sur ordre du Chef de Poste d'Encadrement Administratif de Kitshanga, Monsieur MAOMBI.
Pendant que se tenait un Salongo Spécial pour l'assainissement et l'aménagement du lieu prévu pour l'installation du grand marché de Kitshanga; une bêche sera dépourvu du support. Le Chef de Poste envoya des jeunes gens pour aller prendre un stick d'arbre chez le vieillard Pierre qui stocker des sticks d'arbre prévus pour la réhabilitation de sa maison.
Face au refus par ce vieillard de céder le stick d'arbre, les jeunes gens rentrant pour en informer à leur chef, qui ordonnant à ces derniers d'aller prendre par force le pauvre Pierre.
Aussitôt arrivé auprès dudit Chef de Poste, sans aucune forme de procès ce dernier donnant ordre à ses gens de fouetter le pauvre vieillard, cela contrairement à l'esprit des alinéas 2 et 3 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants stipulant "Aucune circonstance exceptionnelle, quelle qu'elle soit, qu'il s'agisse de l'état de guerre ou de menace de guerre, d'instabilité politique intérieure ou de tout autre état d'exception, ne peut être invoquée pour justifier la torture. L'ordre d'un supérieur ou d'une autorité publique ne peut être invoqué pour justifier la torture ". Endormi par terre Monsieur Pierre sera fouetté à l'aide des sticks d'arbre au niveau des fesses et des jambes presque à mort jusqu'à uriner et à déféquer dans son pantalon avant de tomber évanoui.
Devant cette situation, le Chef de Poste et ses jeunes gens transportant la pauvre victime au Centre de Santé de la 3ème CEBCA/Kitshanga pour des oins médicaux. Arrivés sur le lieu; le cas étant grave les infirmiers se trouvant incapables de soigner la victime, cette dernière devant d'abord passer à la radiographie, un service non organisé par le Centre de Santé.
Très embarrassé, le Chef de Poste se trouvant dans l'obligation de dépêcher la victime à Goma pour des soins appropriés dans une institution médicale non encore identifiée. Aujourd'hui ce dernier fait des va et viens Kitshanga-Goma pour le suivi de ce malade dont l'état de santé reste critique et préoccupant selon les informations recueillies auprès des proches de la victime.
Au moment où le monde entier célèbre la journée internationale de soutien aux victimes de la torture; le Centre pour la Paix et les Doits de l'Homme - Peace and Human Rights Center, CPDH-PHRC condamne encore une fois de plus cet acte ignoble et ne cesse de recommander aux autorités politico-administratives, militaires et policières de prendre des mesures efficaces pour lutter contre toutes les formes de torture dont sont victimes les paisibles citoyens.
D'une façon particulière et à titre exemplatif les auteurs et responsables de cet actes à savoir les jeunes gens qui ont tabassé et flagellé ce pauvre vieillard et le chef de Poste d'encadrement Administratif de Kitshanga Monsieur MAOMBI doivent être punis conformément à la loi.
C'est pour cela que le CPDH-PHRC demande aux autorités politico-adminisratives de conduire devant la justice leur agent et ses acolytes pour que chacun réponde à ses actes selon la loi en vigueur et conformément à l'article 4 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants stipulant " Tout Etat partie veuille à ce que tous les actes de torture constituer des infractions au regard de son droit pénal. Il en est de même de la tentative de pratiquer la torture ou de tout acte commis par n'importe quelle personne qui constitue une complicité ou une participation à l'acte de torture . Tout Etat partie rend ces infractions passibles de peines appropriées qui prennent en considération leur gravité "
Goma, le 29 Juin 2003
Le CPDH-PHRC