La tension au sud - Kivu

Communiqués de presse Hier, jeudi 02 octobre 2003, le gouverneur de la province du Sud-Kivu, Monsieur Xavier Chiribanya Chirimwami, a tenu une causerie morale à l’intention des « Kadogos » (enfants-soldats) actifs au sein de l’armée de l’ex-mouvement rebelle du RCD. Au cours de celle-ci, l’autorité provinciale a invité ses interlocuteurs à se préparer à toute éventualité.
En effet, depuis près d’une semaine, une rumeur faisant état d’une éventualle mutinerie des militaires circule dans la ville de Bukavu. Entre les kadogos et les anciens militaires de l’armée de Mobutu connus sous le sobriquet de « Katanyama » le courant ne passe pas. Les premiers recevraient des avantages (argent, transport, …) émanant de leur ancien compagnon de guerre, Mr Xavier Chiribanya, alors que les seconds, toujours en attente de la réunification effective de l’armée, n’ont jamais bénéficié de leurs soldes. Tout observateur averti comprendrait pourquoi les kadagos semblent être privilégiés par le gouverneur de province tandis que les autres, opposés à toute reprise de la guerre, seraient traités de la sorte.
Depuis ce jeudi, il est observé dans la ville de Bukavu un fort déploiement des militaires de l’ex-rébellion du RCD et pendant ce temps les contingents Sud-Africains de la MONUC multiplient les patrouilles dans les rues de la ville. Il est également signalé une très forte présence dans la ville des agents de service de renseignement du Rwanda.
Des sources militaires fiables renseignent que le commandant de la 6ème brigade-infanterie basé à Bukavu a reçu, du chef d’Etat Major des Forces Armées de la R.D.Congo (FARDC), l’ordre de veiller sur tout déplacement vers Kigali des autorités civiles et militaires du Sud-Kivu, en renforçant notamment la sécurité des frontières.
La situation qui prévaut actuellement dans la province du Sud-Kivu en général, et, spécialement dans la ville de Bukavu et la cité d’Uvira est préoccupante.
L’opinion se rappellera qu’en date du 23 septembre 2003, lors d’un échange dans son cabinet avec les acteurs de la Société Civile du Sud-Kivu, le Gouverneur de province, répondant à une question, avait déclaré : « Nous ne pouvons pas arrêter le recrutement car il y a encore des problèmes. »
La population ne cesse de s’interroger sur ces problèmes et sur « les éventualités » dont parle d’une éventuelle groupe des agents de cet organe provincial dont, depuis deux mois les salaires auraient connu une coupe sombre évaluée à 10% au profit du RCD, sans doute pour alimenter une caisse semblable à celle de l’effort de guerre. C’est la tension qui monte au Sud-Kivu.
A suivre………..

Héritiers de la Justice
Le 03 Oct. 2003
Nota bene n°227.


Lien Internet suggéré

Brève description du lien

Le site de Héritiers de la justice