Mission parlementaire en Ituri, du 11 au 12 octobre 2003

ConforméLe drame de l’Ituri est un phénomène qui étonne tout le monde et le laisse perplexe, quand on se rend compte de l’ampleur des dégâts humains et matériels causés par les propres fils et filles de cette région, jadis terre de paix et d’accueil.
Est-ce une catastrophe naturelle, ou l’ignorance de la valeur des vies humaines, ou même une vengeance ancestrale innée et héréditaire. Aucun mot ne peut définir correctement ce qui se passe en Ituri, tellement que l’horrible a atteint son paroxysme : des problèmes ethniques aboutissant à la création des partis politiques pour défendre des concessions agricoles et pastorales, en passant par la mise sur pied des milices ethniques commandées par des
« Généraux « tribalo-ethniques. De l’anthropophagie par-ci, du cannibalisme par-là. Des Ougandais et des Rwandais alliés et associés comme formateurs de toutes les milices tribales. Des Mouvements rebelles : RCD, MLC, RCD-K/ML, RCD/N impliqués, sans oublier le Gouvernement. Les Catholiques à l’attaque rangée, les Protestants à la défensive à outrance, les Réveillés dans des ateliers de forge et aux Centres d’Entraînements. En bref, personne n’est resté inactif dans le drame de l’Ituri, si non ça prendrait déjà fin il y a longtemps.
Angoissé par ces événements malheureux, le Président de l’Assemblée Nationale, Honorable Olivier Kamitatu, a voulu rendre visite à la population meurtrie de l’Ituri à la demande des Députés de ce District, afin de passer le message de la paix et compatir avec les victimes.
Le DECIDI, Réseau « Démocratie et Civisme pour le Développement Intégral », étant représenté dans la Délégation par son Coordinateur et Député Bha-Avira, vous donne ici le Rapport de Mission rendu public par le Rapporteur de l’Assemblée Nationale, Honorable Raphaêl Luhulu Lunghe. En voici le texte :ment à l’ordre de mission n° 012/03 du 30 septembre 2003 et sous la conduite de l’Honorable Olivier Kamitatu Etsu, Président de l’Assemblée Nationale, une délégation parlementaire a effectué du 11 au 12 octobre 2003 une mission officielle en Ituri.
Cette délégation était composée de :
1) M. Olivier Kamitatu Etsu, Président de l’Assemblée Nationale
2) M. Raphaël Luhulu, Rapporteur
3) Mme Katumwa Mukalay Vichy, 1er Rapporteur Adjoint
4) M. Adyoku Edjidra Robert, Député
5) M. Adirodu Mawazo, Député
6) M. Bahemuka Kodjo, Député
7) M. Bha-Avira Mbiya Michel, Député
8) M. Lobho-Lwa Djugudjugu, Député
9) M. Pene Mbaka Abdallah, Député
10) M. Mbuba Labu, Député
11) M. Ringo Baraka, Député
12) M. Rwaheru Joseph, Député
13) Mme Vaweka Pétronie, Député
14) Mme Agoyo Wayiko Eugénie, Conseiller.
L’objet de la mission portait sur l’évaluation du processus de pacification de l’Ituri.
Arrivée à Bunia samedi 11 octobre 2003 à 15 heures locales, la délégation parlementaire a déployé plusieurs activités, notamment à Bunia et à Katchele (localité située environ à 100 Km de Bunia).
Le 11 octobre 2003. Aussitôt arrivée à Bunia, la délégation parlementaire a assisté à la cérémonie de clôture de la troisième session ordinaire de l’Assemblée Spéciale Intérimaire de l’Ituri. Elle s’est ensuite entretenue tour à tour avec :
- l’Organe Exécutif de l’Ituri -L’Observatoire des droits humains
- La Commission de prévention et vérification - Le conseil des leaders religieux en Ituri
-Le conseil consultatif des Chefs coutumiers.
Le 12 octobre 2003, à l’aube, la délégation parlementaire a visité la localité de Katchele, théâtre des derniers massacres ayant fait 65 victimes dans la nuit du 05 au 06 octobre 2003, sans compter de nombreux blessés.
De retour à Bunia vers 9H45 locales, la délégation parlementaire a assisté au culte œcuménique avant de rencontrer les Agences humanitaires opérant sur terrain (OCHA, MEMISA, OMS, MEDAIR, OXFAM et FAO). Le séjour de la délégation a été clôturé par le point de presse tenue par le Président de l’Assemblée Nationale.
Préoccupations recueillies et Messages transmis.
L’ensemble des interlocuteurs de la délégation parlementaire a exprimé les préoccupations ci-après :
1)l’urgence à tout mettre en œuvre pour arrêter les tueries et l’inquiétude de la population face à l’opération de financement déclenchée par le Gouvernement pour le cantonnement des milices sans leur identification et recensement préalables ;
2)la nécessité d’opérer un déploiement fort, massif et rapide de la Brigade de l’Ituri (MONUC), ainsi que son interposition entre les deux principales tribus belligérantes (Hema et Lendu) ;
3)l’application effective et intégrale de l’Accord issu des travaux de la Commission de pacification de l’Ituri ;
4)le déploiement rapide et efficient de la Police Nationale Congolaise et de la Territoriale ;
5)le rétablissement de l’appareil judiciaire (pour enrayer l’impunité) et le soutien accru du Gouvernement de Transition à l’Administration Intérimaire de l’Ituri ;
6)la réduction par le Gouvernement des formalités administratives et des taxes à l’encontre des ONG opérant sur terrain et le renforcement de la complémentarité entre lesdites ONG et la MONUC, en ce qui concerne particulièrement le déplacement ;
7)la neutralisation des commanditaires des massacres ou violences ainsi que leurs jugement exemplaire et détention loin de l’Ituri ;
8)la création d’un Tribunal Pénal pour l’Ituri ;
9)l’intégration à l’Assemblée Nationale des Chefs traditionnels de l’Ituri et le rappel de leur demande à rencontrer le Chef de l’Etat ;
10)la reconnaissance de l’Ituri comme Province ;
11)les menaces d’une nouvelle invasion ougandaise avec l’amas des troupes de l’UPDF aux frontières avec notre pays ;
12)la réhabilitation des édifices publics et des routes pour le désenclavement de l’Iturei ;
13)la gratuité de l’enseignement primaire et l’octroi des bourses d’études aux élèves les plus méritants ;
14)la récupération par le District de l’Ituri de ses Territoires qui échappent toujours à l’autorité intérimaire et qui sont encore sous le contrôle du RCD/K-MKL du Commandant Jérôme et du MLC ;
15)la promotion de la jeunesse, cible privilégiée dans le recrutement des Chefs des milices.
Le message d’espoir, de réconciliation des cœurs et d’esprits transmis par la délégation parlementaire à la population locale se résume en six points ci-dessous :
1)le cœur de la République Démocratique du Congo bat au rythme de l’Ituri . Ainsi, les enfants de l’Ituri doivent savoir que la guerre a pris fin dans notre pays et celui-ci ne peut recouvrer la paix sans l’Ituri. Par conséquent, chaque compatriote de l’Ituri doit désormais œuvrer pour que la paix règne dans notre pays en général, et en Ituri en particulier ;
2)la composition même de la délégation parlementaire traduisait mieux cette dynamique de réconciliation prêchée par elle. En effet, hormis les trois membres du Bureau de l’Assemblée Nationale, tous les dix autres Députés ayant fait partie de cette délégation sont originaires de l’Ituri et issus des différentes tribus locales . Ce qui confirme que l’Ituri a des interlocuteurs valables au sein de toutes les Institutions de la Transition, même dans l’Armée où il compte des Officiers supérieurs ;
3)les extrémistes doivent savoir que l’impunité doit prendre fin et tout auteur ou instigateur du drame qui frappe l’Ituri sera traduit en justice et sévèrement sanctionné conformément à la loi ;
4)l’engagement de l’Assemblée Nationale à transmettre les réalités de l’Ituri aux instances compétentes de notre pays, et à veiller à ce que le cas de l’Ituri soit traité avec beaucoup d’attention. Néanmoins, il appartient d’abord aux fils et filles de l’Ituri de semer la paix et promouvoir la réconciliation, au risque de rendre tous les efforts vains et de relancer inutilement le cycle de la violence ;
5)il est temps d’abandonner la violence et de s’engager dans la reconstruction de l’Ituri, en comptant dorénavant sur les différents groupes qui soutiennent les institutions de la Transition ;
6)le déploiement de la diplomatie parlementaire entre l’Assemblée Nationale et les parlementaires des pays voisins en vue de convaincre ces derniers à faire pression sur leurs gouvernements respectifs pour la restauration de la paix dans la région des Grands-Lacs. ?
De retour à Kinshasa, le Bureau de l’Assemblée Nationale va s’employer à sensibiliser tous les responsables nationaux et les partenaires étrangers afin que la situation en Ituri constitue désormais une priorité des priorités de leurs actions.
L’Assemblée Nationale interpelle aussi la conscience de chaque Congolais pour qu’il contribue au rétablissement de la paix et de la stabilité en Ituri, en évitant notamment de distiller le discours divisionniste et de haine, de même qu’en dénonçant tous les auteurs ou instigateurs des massacres.
Fit à Kinshasa, le 20 octobre 2003
Le Rapporteur de l’Assemblée Nationale
Raphaël Luhulu Lunghe
Membre de la Délégation.

Le DECIDI vous remercie de faire la lecture de ce document et de le mettre à la disposition du public pour que le message de l’Assemblée Nationale passe.

Bha-Avira Mbiya Michel-Casimir.-