L'ONG UDL fait un bilan sombre des droits de l'homme en Rdc

Selon un communiqué de l'Ong de défense des droits de l'homme dénommée Union pour le développement et la liberté daté du 15 novembre dernier, un seminaire de sensibilisation s'est tenu du 11 au 13 novembre 2002 dans la commune urbano-rurale de la Nsele. Avec comme thème : " La Rdc et la liberté de la personne humaine", le seminaire-atelier, lit-on dans le communiqué, a essentiellement porté sur la situation des droits de l'homme observée tant à Goma, à Gbadolite qu'à Kinshasa.

Après avoir plaidé pour que les droits de l'homme soient respectés, écrit le président de l'Udl, M. Bitika, d'autres activistes des droits de l'homme l'ont relayé à la tribune. Il s'agit par exemple de madame Bilonda de l'Ong "Femme et Droit". Celle-ci, après avoir dressé un bilan sommaire jugé sombré de l'association qu'elle dirige,, est arrivée à un constat: Le respect de la personne humaine constitue la dernière des priorités en Rdc. Comme illustration, Mme Bilonda a cité l'exemple de monsieur Ngalukanu Mosete donné pour porté disparu. Selon elle, l'infortuné, qui ne fait plus signe de vie, était gérant d'une chambre froide dans la commune de Kinshasa. Elle se souvient que ce qui est considéré comme une disparition est intervenu le 15 novembre 2001 après que Ngalukanu eut une altercation avec des hommes en uniforme en arme non autrement identifiés. Conclusion du communiqué : Les participants demandent aux autorités de tout mettre en oeuvre pour améliorer le respect des drioits de l'homme en Rdc. Une exigence d'autant plus impérieuse que l'Accord global et inclusif impose une nouvelle vision de la gestion de la personne humaine.

Dik
Kinshasa
Le Phare (Kinshasa)
Publié sur le web le 15 Novembre 2002