LE CONAFED DÉNONCE LA PERSISTANCE DE LA VIOLENCE À L'ÉGARD DE LA FEMME

Avec beaucoup d’honneur, nous avons appris la libération par la Monuc de trente-quatre (34) femmes retenues comme esclaves sexuelles par les miliciens de FNI/FRPI dans le territoire de Djugu, district de l’Ituri, dans la Province Orientale.
Nous dénonçons énergiquement la persistance de la violence à l’égard de la femme en République Démocratique du Congo, après une grande campagne menée dans le pays contre les violences faites à la femme et, surtout, après la mise en place du Gouvernement d’Union National issu de l’Accord global et inclusif.
De ce qui précède, le CONAFED recommande :
- au Gouvernement d’Union nationale de prendre toutes ses responsabilités afin de sécuriser la femme congolaise partout où elle se trouve ;
- à la Monuc, conformément à la résolution 1493 du 29 juillet 2003, d’accélérer le déploiement de ses forces non seulement dans le district de l’Ituri, mais également dans toute la partie est du pays afin de libérer toutes les femmes encore soumises à ce joug houleux de la part de hors-la-loi, et de traduire en justice les responsables des mouvements dont les membres ont été reconnus comme auteurs des sévices sexuels à l’égard de la femme.

Madame Elise MUHIMUZI
Secrétaire Permanente