Accompagner les communes de Kinshasa à s’investir dans le processus de développement participatif

Semaine du 25 au 30 Novembre 2002
Bulletin hebdomadaire sur les activités des ONG en RDC N° :00/2002

Accompagner les communes de Kinshasa à s’investir dans le processus de développement participatif

Après les communes de N’Djili et de Ngiri-Ngiri, c’est au tour, ce lundi 25 novembre 2002, de la commune de Kinsenso d’organiser sa conférence communale sur le développement. Mise en oeuvre depuis fin octobre 2002 avec l’appui du CNONGD, le projet « Participation citoyenne à la gouvernance locale dans les communes de la Ville de Kinshasa » a comme but d’ « accompagner le Conseil Régional des ONG de développement de Kinshasa (CRONGD-KIN) dans sa démarche de partenariat avec les communes de la ville-capitale dans la mise en place des plans de développement dans une approche participative ».
Afin de bien circonscrire le type d’aspirations de différentes strates de la population de Kinshasa, aspirations qui seront débattues au cours d’une Conférence de développement de la ville, le gouvernorat, le CNONGD et le CRONGD/KIN ont estimé judicieux de commencer des consultations appropriées au niveau de la base. Ces réflexions de la base permettront d’organiser une grande rencontre au cours de laquelle le peuple s’exprimera en profondeur sur les problèmes de la base et jettera les perspectives des solutions. Il s’agit d’un processus d’empowerment basé et débouchant sur une citoyenneté réfléchie, solidaire et responsable.
L’activité s’est dotées des objectifs globaux suivants :
- « assister les communes en synergie avec les autres acteurs ONGD, opérateurs économiques dans les préparatifs de leur conférence de développement ;
- assister les communes dans la réalisation de leur conférence de développement ;
- appuyer le CRONGD à produire son plan d’action réactualisé à partir des données des conférences communales. »
- Quant aux objectifs spécifiques, ils s’expriment en termes de :
- « impliquer toutes les couches de la population dans les différentes étapes de la planification des actions de développement de la commune :
- initier et exercer les acteurs de la Société civile à la planification participative des actions de développement dans une région circonscrite qui est la commune ;
- tester l’approche de travail des ONGD par zone de développement en milieu urbain ;
- mobiliser la population dans la gestion de la période de transition politique vers un nouvel ordre politique ;
- doter la population des mécanismes de défendre leurs droits et d’assumer de manière responsable leurs devoirs ;exercer les partenaires travaillant dans les autres communes à la méthodologie des conférences de développement communal. »
Renforcer la toile communicationnelle du CNONGD

Mardi 26 novembre 2002 débute au secrétariat exécutif national du CNONGD une mission d’évaluation du Service d’Information, communication et documentation. Compte tenu des différents objectifs assignés à cette plate-forme implantée dans toutes les onze provinces de la RDC et aux exigences de l’environnement, il s’est avéré nécessaire de s’accorder ce temps de réflexions pour apprécier l’apport de ce Service à l’épanouissement du mouvement ONG dans le pays et à l’extérieur des frontières nationales. Pour mener à bon port ce travail, le CNONGD bénéficie de l’appui d’une personne-ressource de l’association belge ATOL.
Dans le cadre de son plan d’action réajusté 2002 à 2003, le CNONGD voudrait mettre en oeuvre un système national d’information au développement participatif. La mise en place d’une telle activité exige que l’on puisse examiner l’existant du Service approprié, ses limites, ses points faibles et ses points forts, en vue de voir quelles sont les nouvelles pistes à proposer. Il est envisagé, au premier trimestre de l’année prochaine, un atelier de mise en place de ce système, atelier auquel les délégués des provinces (Conseils Régionaux des ONG de développement – CRONGD) prendront part.
Le CNONGD veut notamment :
- Evaluer la fonction et les besoins du service d’information ;
- mettre en place un système national d’information sur le développement participatif ;
- mettre en place une Banque de données interactive et décentralisée pour le développement participatif ;
- Préparer la matière pour l’animation de l’atelier de l’année prochaine.

Un site interactif du mouvement associatif national en développement

Au terme de plus de huit mois de réflexions et d’actions diverses, le site de la Société civile de la RDC est maintenant en ligne à l’adresse suivante http://societecivile.cd. Cette confirmation a été faite vendredi 22 novembre 2002, au membres du Collectif de suivi de ce projet dont le CNONGD, par les techniciens et le responsable de la représentation de l’ONG canadienne Alternatives. Il est vrai, il y a encore un certain nombre d’éléments à ajouter sur ce Portail pour qu’il soit bien exploitable. En attendant, les réseaux et organisations qui réfléchissent sur cette initiative et y ont adhéré librement, peuvent enrichir régulièrement leurs « pages ».
Ce site, ouvert à tous les réseaux nationaux aussi bien de Kinshasa que (et surtout) des provinces, est inclusif, moyennant seulement la formulation nette et explicite de l’organisation qui sollicite une adhésion. Des efforts ont été fournis pour que l’information circule totalement et que les organisations aient des données suffisantes sur le projet. Pour illustration, mercredi 19 septembre 2002 à Kinshasa, le Comité de suivi de cette initiative a organisé une « journée ouverte » à laquelle ont participé une cinquantaine de délégués des réseaux et des organisations.
C’est dans ce cadre que le secrétariat exécutif du CNONGD a demandé à tous les CRONGD et autres réseaux géographiques et thématiques des provinces de lui faire parvenir sans délai les éléments essentiels concernant leurs membres afin qu’il renforce l’espace réservé à la plate-forme. Des données sont envoyées graduellement ; dans un deuxième temps, le même travail sera fait avec les partenaires.

Une délégation de CORDAID au siège du CNONGD

Jeudi 21 novembre 2002, une délégation de l’association néerlandaise CORDAID en séjour en RDC, composée de Mme Anneke Mulder (chargée du programme RDC) et de M. René Reusen (chargé des finances) auxquels s’est joint l’assistant administratif et financier à la représentation de Kinshasa, a accepté d’échanger rapidement avec les responsables du secrétariat exécutif du CNONGD. Cette séance de travail, dominée par un échange sur plusieurs points, a essentiellement permis au CNONGD de confirmer sa participation à deux sessions d’évaluation qui devront avoir lieu au cours du premier trimestre de l’année prochaine, d’abord concernant les projets développés dans les deux Kasaï et ensuite sur tout l’appui-accompagnement de CORDAID en RDC.

Un diplôme d’excellence remis au CNONGD

Une cérémonie de remise des diplômes d’excellence du monde du travail a été organisée à Kinshasa, jeudi 21 novembre 2002, par l’organisation « Partenariat pour la négociation et la paix de la Société civile Monde du travail ». Pour l’édition 2002, le Centre PANEP/SCIMOTRA a retenu six personnalités : M. Koffi Anan (secrétaire général des Nations Unies), M. Matungulu (ministre des Finances, économie et budget), M. Félicien Malanda (secrétaire exécutif du CNONGD), Pasteur Ngoy Mulunda (responsable de la paroisse de l’Eglise méthodiste unie Mapomboli), M. Mputea Mputu (directeur du siège de la SONAS, Kinshasa/limete) et M. Kibambi Shintua (P-DG de la chaîne TROPICANA TV).

Condamnation ferme des exactions commises contre les animatrices et animateurs de développement

Dans une déclaration datée de Kinshasa mardi 19 octobre 2002 et signée par le secrétaire exécutif national, soit une semaine après l’assassinat à Goma (Province du Nord-Kivu) de M. Ephrem Lobari (animateur de développement dans la Province Orientale), le CNONGD exprime « avec la dernière énergie, sa désapprobation face à de tels actes de barbarie, qui n’honorent nullement des factions armées qui prétendent avoir entrepris leur action pour permettre au citoyen congolais de recouvrer tous ses droits fondamentaux ». Il saisit par ailleurs cette opportunité pour « rappeler à tous les groupes armés qui foisonnent en RDC que les animatrices et animateurs de développement ne consacrent leur vie qu’à accompagner le citoyen, abandonné à sont triste sort, pour qu’il s’approprie les valeurs d’autopromotion, de participation et d’empowermement ». Afin, face aux différentes exactions commises en l’endroit des animateurs de développement, il « tient comme responsables les autorités des entités où ces violations flagrantes sont commises ». Il signifie « aux uns et aux autres qu’il ne restera nullement indifférent à de tels crimes et qu’à temps opportun, il ne manquera de le traduire de vive voix ».

Formulation d’un programme-cadre de la réforme de l’administration publique

Des organisations de la Société civile dont le CNONGD, le SERACOB et des syndicats des fonctionnaires de l’administration publique de la RDC ont pris pas, du jeudi 14 au vendredi 15 novembre 2002 au Centre catholique Nganda de Kinshasa, à l’ « Atelier pour la formulation des grandes orientations et des options fondamentales d’un programme-cadre de la réforme de l’administration publique ». Ces travaux avaient comme objectifs :
- élaborer une synthèse des études menées sur la réforme de l’Administration publique par la Coopération Technique Belge, le PNUD, la Banque Mondiale et le ministère de la Fonction publique ;
- harmoniser des propositions et recommandations issues de ces études ;
- élaborer une matrice reprenant les grandes orientations et les options fondamentales retenues pour la réforme de l’administration publique et une proposition des mesures d’application ;
- formuler des propositions sur le mise en place d’une stratégie transitoire pouvant permettre d’accélérer le processus de réforme.
Afin de parvenir aux résultats attendus, les participants ont travaillé dans deux commissions. La première a été chargée des fournir les orientations et options fondamentales de la réforme de l’administration publique et la seconde de la mise en place de la stratégie transitoire. Les différentes conclusions de ces réflexions ont été remises au ministre de la Fonction publique pour dernière harmonisation avec ses collègues du gouvernement. En principe, tout ce travail sera défendu début décembre 2002 à Paris dans une rencontre avec tous les bailleurs de fonds concernés par cette réforme. Toutes autres choses restant égales par ailleurs, le processus devrait commencer en janvier 2003 en formant des « embryons » dans trois ministères : Fonction publique, Finances et Plan.

Activités de mobilisation contre le SIDA menées par le CONAFED

Mercredi 20 novembre 2002, le Comité National Femme et Développement (CONAFED) a clos à Kinshasa une session de formation sur le thème « Violence et SIDA ». Pendant trois jours, une soixantaine de femmes et d’hommes ont été instruits sur les méfaits des violences faites aux femmes et aux jeunes filles en milieux scolaires ainsi que dans les églises, en ces temps où la prévalence du SIDA est virulente en RDC. Les participants ont ainsi reçu les notions élémentaires non seulement sur cette pandémie mais également sur les infections sexuellement transmissibles (IST). Des documentaires ont projeté pour étayer les propos des animateurs.
Il faut rappeler que, dans le cadre de cette grande activité, qui a connu la participation de deux délégations venues de Nairobi (Kenya) et de Lubumbashi (province du Katanga), une campagne de sensibilisation a été conduite du lundi 11 au jeudi 14 novembre à Kinshasa avec comme groupes-cibles les fidèles des paroisses ainsi que les élèves des écoles secondaires de l’Eglise Méthodiste Unie, sans oublier les policiers du Camp Lufungula. Plusieurs centaines de personnes ont été ainsi atteintes par cette activité, qui a également été marquée par des séances de partage (témoignages) sur le VIH/SIDA.

Editeur Responsable
Félicien MALANDA NSUMBU
malandafelicien@hotmail.com
Coordination de la Rédaction
Joseph KAKINDA MBWENDE
jkakinda@yahoo.fr
Service Technique
Antoine MASSAMBA K.
keveam@yahoo.fr