LA SOCIETE CIVILE DU KASAI-OCCIDENTAL EST A L’ECOLE DES NTIC

Pour permettre aux animateurs de la société civile du Kasaï-Occidental de faire face à l’incontournable défi que représente aujourd’hui la communication, l’ONG « Alternatives » et la section Droits de l’homme de la MONUC animent à leur intention une session de formation afin de les initier à l’utilisation de l’Internet . Seize activistes des droits de l’homme, seize responsables des ONGD et autres organisations de la société civile ainsi que huit journalistes étaient attendus à cette formation dont l’objectif final est de mettre l’Internet au service » de la société civile.

A l’issue de cette formation, les participants devront s’approprier les principaux outils de l’Internet que sont le courrier électronique et la recherche d’informations sur WEB, utiliser ces outils pour renforcer leur activité de plaidoyer, dénonciation et médiatisation des violations des droits humains. La formation vise également à faciliter les activités de mise en réseau et de partenariat entre les ONG congolaises et à fournir aux participants la capacité de consulter ou d’alimenter les sites WEB existant, comme le
portail de la société civile congolaise
.

Le programme de formation prévoit un module de base d’apprentissage du mode d’emploi de l’Internet et des principaux services qu’il peut offrir, notamment le courrier électronique et la navigation sur le WEB. Les formateurs, Mme SONIA de l’ONG « Alternatives » et Mr Luc HENKINBRANT de la MONUC, ont entretenu les participants sur ces principes de base le lundi 15 décembre 2003 de 9H à 16 H, avec une pause d’une heure entre midi et 13H. A la mi-janvier, il est prévu le deuxième module sur la diffusion de l’information sur les violations des droits de l’homme via Internet. Ce module comprend les notions sur la collecte, la crédibilité, etc. Il portera sur l’utilisation de l’information et de la documentation disponibles sur les sites spécialisés dans le domaine des droits humains et sur le WEB en général. Il y aura un module spécialisé pour les journalistes et les animateurs d’émissions radiophoniques éducatives présentant les potentiels d’utilisation de l’information et de la documentation disponibles sur les sites spécialisés et sur le WEB, tandis que les organisations de la société civile suivront un module qui renforcera leur capacité de consulter et d’alimenter les sites de grand intérêt pour leur activité.

En attendant de commencer le deuxième module, les participants à cette session ont été invités à faire un auto apprentissage au Centre de Ressources des Droits de l'Homme dans le cadre d’une série d’exercices de mise en pratique comprenant : l’ouverture d’une adresse e-mail pour les structures respectives ou en leur propre nom, l’envoi des messages et la consultation de leurs boîtes électroniques, la navigation sur un certain nombre de sites, dont le site de la Monuc et celui de la société civile. Force est de constater que l’accès gratuit aux machines du Centre de Ressources de Droit de l'Homme ne motive pas ceux des participants qui ne réalisent pas encore qu’à cet ère de l’Internet seul l’apprentissage permet de se mettre à la page et de jouir du bénéfice offert par les autoroutes de l’information. Si la première séance avait été suivie par les trois cinquièmes du nombre de participants invités, la fréquentation du Centre de Ressources de Droit de l'Homme pour les séances pratiques augure la faible participation au deuxième module. Les animateurs des structures de la société civile de Kananga ont encore besoin d’apprendre à apprendre.