Inauguration du Centre de documentation du CDF

En date du 27 avril, le Centre de développement pour la femme (Cdf/Fondation) a procédé à l'inauguration de son centre de documentation, situé dans un quartier résidentiel à Kinshasa. La cérémonie a eu lieu en présence de la ministre de la Culture et des Arts, Pierrette Gene, du président de l'Association nationale des autorités traditionnelles du Congo (Anatc), le Mwami Mwenda Msiri, du conseiller du vice-président Z'Ahidi Ngoma, de la directrice du Centre culturel américain, de la première secrétaire de l'Ambassade d'Allemagne et de plusieurs autres invités.
Le message ci-dessous, prononcé par la présidente de CDF/Fondation, Mme Dominique Munongo Inamizi, renferme les grandes idées qui ont concouru à la création de ce centre de documentation dont l'ambition est de donner aux Congolais le pouvoir en acroissant leur savoir.

Discours de Madame Dominique MUNONGO, Directrice du Centre de documentation à l’occasion de la cérémonie d’inauguration

Mesdames,
Mesdemoiselles,
Messieurs,
Distingués invités

L’inauguration en ce jour de ce centre de documentation est l’aboutissement d’un long cheminement et le commencement d’un rêve. Il s’agit d’un projet vieux de cinq ans qui, enfin, se réalise.

Pour la petite histoire, tout a commencé en 1999 lorsque des partenaires du Centre de Développement pour la Femme, réunis au sein de l’organisation Soroptimist International basée en Belgique, ont décidé d’organiser en faveur du CDF une collecte de livres auprès de leurs membres à travers le Royaume de Belgique, spécialement la ville de Liège.

Lorsque Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de l’Ordre Souverain de Malte nous annonça en 2001 l’arrivée d’une tonne de livres qui nous étaient destinés, vous pouvez imaginer notre surprise. Nous nous sommes demandé pendant un moment ce que nous en ferions. Puis nous est venue l’inspiration créatrice, fruit de nos heures de dur labeur auprès des femmes les plus défavorisées.

Ceux d’entre vous qui s’intéressent aux questions de développement le savent. L’ignorance est l’une des principales causes de la pauvreté et des conflits. Et ce sont les femmes qui en souffrent le plus. Ainsi, notre action au sein du CDF a toujours consisté au renforcement des capacités de nos membres pour leur permettre de briser les chaînes de la misère et du sous-développement.

Mais, au bout de longues années de combat, nous nous sommes rendus compte de nos limites, du fait de l’océan d’ignorance qui menace de submerger la majorité de nos populations. C’est pourquoi l’arrivée de nos livres avait provoqué en nous un déclic.

Pour nous les chrétiens, les Saintes Ecritures disent : « mon peuple périt par manque de connaissance » et encore : « vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira ». Il apparaît ainsi que le fait de savoir donne la capacité d’agir, d’influer sur le cours des choses.

Tout à l’heure, le Professeur Philippe BIYOYA vous démontrera – avec le brio qu’on lui connaît - que le savoir, c’est la source de tout pouvoir. C’est donc dans cette logique que s’inscrit le centre de documentation du CDF : mettre à la disposition de notre population des instruments qui lui permettent de briser les liens de l’ignorance et lui offrir des clés qui contribueront à lui ouvrir les portes du développement.

Il est vrai que beaucoup d’autres, avant nous, se sont engagés sur cette voie. Mais nous savons que notre apport ne sera pas de trop. La disproportion entre la population de Kinshasa et le nombre de bibliothèques disponibles est encore criant. Nous offrons donc ici une goutte de savoir dans un océan d’ignorance. Malgré l’immensité de la tâche, nous sommes convaincus que la moindre pierre apportée par chacun d’entre nous contribuera à l’édifice que nous voulons tous ériger, un Congo unifié, pacifié et engagé sur la voie d’un développement durable.

Mesdames,
Mesdemoiselles,
Messieurs,
Distingués invités

Nous vous avons dit tout à l’heure que l’inauguration de ce centre de documentation est le commencement d’un rêve. Nous envisageons, en effet, de nous spécialiser dans la documentation relative à la femme. Et, en tant que Centre de Développement pour la Femme, notre rêve est de devenir un centre de référence dans le combat pour l’émancipation de la femme, important facteur déclencheur pour le développement de notre pays.

Vous serez tous d’accord avec nous qu’à ce jour, l’accès de la femme congolaise au savoir pose problème. Ce n’est pas en vain que les organisations internationales ont lancé une importante campagne à l’échelle nationale pour la scolarisation des filles. A notre niveau, nous nous efforcerons, avec les moyens disponibles, de contribuer à cet effort.

Nous profitons de cette occasion pour exprimer nos vifs remerciements à tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à l’aboutissement de ce processus grâce auquel ce centre de documentation voit le jour. Nous citerons ici particulièrement l’Ambassade de l’Ordre souverain de Malte, la Coopération technique allemande et le Centre culturel américain dont les conseils judicieux nous ont conforté dans notre détermination à faire aboutir l’idée d’un centre de documentation. Mais nous avons encore bien d’autres défis à relever. Et nous espérons pouvoir bénéficier du soutien actif de vous tous qui êtes réunis en ce jour dans notre modeste salle.
Outre le centre de documentation proprement dit, nous comptons organiser, principalement en faveur des jeunes filles défavorisées, des sessions de formation à l’informatique et aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. C’est notre contribution à la réduction du fossé numérique qui se creuse non pas seulement entre le nord et le sud, mais aussi entre un petit groupe de privilégiés et la majorité de la population dans notre propre société.

Mesdames,
Mesdemoiselles,
Messieurs,
Distingués invités

Ce centre de documentation, nous le considérons quelque peu comme un bébé. Regard de femme oblige. Il vient de naître aujourd’hui. Mais il faudra qu’il apprenne à se tenir debout et à marcher pour cheminer sur cette tortueuse et exigeante voie du développement. La société congolaise d’aujourd’hui, qui se trouve à la croisée des chemins, en a grandement besoin. Et la nécessité de l’organisation des élections, de l’implication du peuple dans la prise des décisions nous renforce dans notre conviction que le savoir est la source du pouvoir.

Nous vous remercions.