MESSAGE DU MIEC-RDCongo pour la JMS 2004.

Le bureau fédéral du MIEC-RDCongo saisit l’opportunité de la célébration de la journée mondiale du SIDA pour vous adresser son message sur le VIH/SIDA et la jeunesse des milieux universitaires en RDC. Au nom des jeunes filles et garçons qui oeuvrent quotidiennement dans les instituts supérieurs et universités pour défendre la vie humaine et le développement durable et intégral de notre société, en union de prière et de travail avec tous les étudiants catholiques du continent africain et au nom de notre seigneur Jésus- Christ qui prend sur lui les fardeaux de ceux qui sont affligés, nous nous exprimons en vue du renforcement les stratégies d’actions préventives de lutte contre le VIH/SIDA dans le milieu estudiantin en RDC.

Le SIDA, une calamité.

Depuis plus de cinq années, le MIEC-RDCongo a inscrit le VIH/SIDA comme un des axes d’actions prioritaires pour la transformation de notre société. En effet, toutes les études le prouvent : l’épidémie du VIH/SIDA a un impact énorme sur un grand nombre d’activités humaines ; à elle seule, elle compromet le développement social, économique ; elle soulève des questions jamais soupçonnées sur la santé et l’éducation. Elle fragilise le secteur du travail en décimant la main d’œuvre qualifiée, décuple le nombre des veuves et des orphelins que notre nation pauvre et pillée de tous côtés ne saurait prendre raisonnablement et humainement en charge, remettant toujours aux calendes grecques ses obligations de respecter et de défendre les droits de la personne humaine.

Réalité du VIH/SIDA dans le milieu universitaire en RDC.

Les étudiants et les étudiantes se retrouvent dans la tranche de la population la plus affectée par cette pandémie. Pour beaucoup, l’entrée à l’université constitue une voie d’accès à un monde sans barrières, sans garde-fous où aventures sexuelles et vagabondage sexuel riment avec liberté, ou plutôt libertinage. Nous ne serions pas complets, si nous ne faisons pas remarquer que ce jeu de prostitution larvée touche surtout les étudiantes, la plus part des fois à cause des conditions économiques précaires. Or, nous savons que c’est à cet âge que la jeunesse constitue une ressource humaine très productive aussi bien socialement qu’économiquement. Il faut donc agir pour ne pas compromettre l’avenir de notre pays et de la jeunesse tout entière. L’absence des statistiques fiables et parlant sur la réalité du VIH/SIDA dans les milieux universitaires reste tout de même une préoccupation des étudiants et étudiantes.

Engagement du MIEC pour un dépistage volontaire du VIH/SIDA dans les campus.

Le Mouvement International des Étudiants Catholiques, conscient que la situation de crise et de précarité dans laquelle nous vivons au Congo a augmenté les risques de contamination du VIH/SIDA et de propagation dans les universités et instituts supérieurs, a pris l’engagement de sensibiliser les étudiants et étudiantes pour un dépistage volontaire du VIH comme moyens de prévention du SIDA en tenant compte des multiples comportements à risque qui se manifestent dans les campus.
Malheureusement, la collaboration avec le Programme National de Lutte contre le SIDA (PNLS) a souvent été difficile si pas impossible pour le MIEC. C’est ici l’occasion de remercier encore une fois, les médecins qui ont accepté de nous apporter les informations sur les IST, le VIH/SIDA et la santé de la reproduction de manière bénévole. Ils nous permettent aujourd’hui de nous rendre compte du danger qui guette le milieu estudiantin si des nouvelles stratégies de proximité ne sont pas développés pour assurer la permanence de la sensibilisation sur le VIH/SIDA dans un milieu où des populations jeunes se succèdent à un rythme rapide année après année.
Le MIEC-RDCongo renouvelle son engagement à sensibiliser les étudiants et sa volonté de collaborer à toute initiative qui visera la sensibilisation des étudiants et étudiantes à un dépistage volontaire du VIH/SIDA non seulement pour permettre la permanence de la sensibilisation sur le VIH/SIDA mais également pour améliorer la culture clinique des étudiants. Le MIEC-RDCongo a organisé 5 séminaires de formation sur le SIDA et une sexualité responsable en milieu estudiantin à Kinshasa en juin et juillet 2004. Ils ont préparé près de 300 étudiants et étudiantes pour sensibiliser leurs pairs pour un dépistage volontaire du VIH/SIDA. Nous avons nécessairement besoin de l’appui des partenaires nationaux et internationaux, des autorités tant ecclésiales que gouvernementales afin que ceux et celles des étudiantes et étudiants qui se révéleraient séropositifs après le test, puissent bénéficier d’une prise en charge psychosociale, médicale et économique.

Renforcement des stratégies d’actions préventives de lutte contre le VIH/SIDA dans le milieu estudiantin en RDC.

Nous proposons d’ailleurs pour ce faire que le ministère de la santé organise des centres de dépistage ambulatoires périodiquement sur les campus universitaires en collaboration avec les services de santé universitaire afin de stimuler les étudiants et autres populations environnantes à se familiariser avec la réalité du VIH et à surpasser les fausses imaginations que l’on se fait de ce fléau ainsi que la discrimination et la stigmatisation qui lui sont associés.

Pour terminer le MIEC-RDCongo partage la préoccupation du Pape Jean Paul II et de la communauté internationale en face du tableau dramatique des conséquences de l’épidémie sur la santé, les conditions de vie, les perspectives, le statut et la dignité des femmes et des jeunes filles dans de nombreuses régions du monde. Nous restons pour notre part également convaincu que la lutte efficace contre le VIH/SIDA passe par les milieux scolaires et universitaires. Nous serons donc ravis de vous voir initier des actions en direction de ces milieux pour éradiquer la pandémie du SIDA dans notre pays.

Que Dieu nous assiste pour l’avènement d’un pays prospère et d’un monde plus juste!

Le Bureau fédéral du MIEC-RDCongo