Déclaration du COJESKI-RDC sur les perspectives électorales en Rép. Dém. du Congo

DECLARATION SUR LES PERSPECTIVES ELECTORALES
EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Le Collectif des Organisations des jeunes Solidaires du Congo-Kinshasa (COJESKI-RDC) réitère son engagement à lutter pour un changement crédible dans l’exercice du pouvoir en République Démocratique du Congo par l’organisation des élections démocratiques, libres et transparentes dans le délai constitutionnel.

Le COJESKI-RDC est, de ce fait, profondément préoccupé par la nature et le laxisme de la classe politique Congolaise qui reste toujours incapable d’offrir à la République Démocratique du Congo, à six mois des échéances électorales, des conditions favorables pour mener à bout le processus référendaire et les échéances électorales. Cet état dénote le manque de dirigeants disposant de l’envergure d’hommes d’Etat, porteurs d’un grand dessein pour le pays et l’Afrique, dotés d’une moralité irréprochable, et non impliqués dans les crimes économiques et autres crimes imprescriptibles qui continuent à noyauter les attributs fondamentaux de la République.

Le COJESKI-RDC déplore que certaines formations politiques exploitent subjectivement la déclaration faite sur la RFI le jeudi 06 janvier 2005 par le Président de la Commission Electorale Indépendante, Monsieur l’Abbé Apollinaire MALU MALU.

Le COJESKI-RDC note avec regret le fait que les formations politiques en mal de discipline électorale s’évertuent à inculquer et à nourrir des comportements de violence et de trouble public aux masses populaires au lieu d’amorcer de vastes campagnes d’éducation civique et d’éducation au processus électoral en prévision des échéances électorales. Il regrette que les mêmes formations soient à la base des manifestations violentes de ce lundi 10 janvier 2005 qui ont provoquées la mort de 4 personnes, de nombreux blessés ainsi que l’arrestation de 74 manifestants selon un bilan officiel rendu public par le Gouverneur de la province-ville de Kinshasa le même lundi dans la soirée à la chaîne nationale de radiodiffusion et de télévision (RTNC). Le COJESKI-RDC déplore en outre que les mêmes formations politiques soient à la base de la quasiment ville-morte de ce vendredi 14 janvier 2005 pour des raisons inavouées ; et ce, en dépit des assurances faites par la Commission Electorale Indépendante (CEI) ainsi que le Comité International d’Accompagnement de la Transition politique en RD Congo (CIAT).

Le COJESKI-RDC condamne l’usage de la violence qui a caractérisé les forces de l’ordre lors des manifestations du 10 janvier 2005 au point de donner la mort à 4 personnes. Il exhorte l’Autorité en charge de la Police d’Intervention Rapide de prendre des mesures importantes pour prémunir les policiers des effets logistiques nécessaires, et non mortels pour pouvoir accompagner les populations dans toutes les formes d’expression pacifique garanties par la constitution. Le COJESKI rappelle que les tueries des personnes civiles constituent une atteinte au droit à la vie.

Le COJESKI-RDC rappelle à tous les partis politiques Congolais que le contexte du pays est tel que le peuple veut véritablement expérimenter pour la première fois le processus électoral jusqu’aux échéances électorales, et qu’il conviendrait en conséquence de l’aider et de l’accompagner à mener à bout les obligations et devoirs civiques auxquels il aspire. Il Condamne les actes de vandalisme et de pillage posés lors des manifestations par certains jeunes congolais et rappelle ces derniers que de tels actes sur les biens publics ou privés constituent une transgression manifeste de la loi et une menace grave au développement de la nation.

Le COJESKI-RDC déplore également la multiplicité des rencontres à caractère régional et tribal qui, en cette période pré-électorale, constituent malheureusement des fraudes électorales avec finalité de régionaliser et/ou de tribaliser les choix des candidats au mépris de la méritocratie et de l’excellence. Il lance ainsi un appel pathétique à toute la population Congolaise en général, les jeunes en particulier, face à l’attitude infâme de nombreux politiciens congolais qui n’hésitent pas à créer des structures tribales à des fins tribalistes et essentiellement exclusivistes. Rappelle que les idéologies de tribalisme dans la gestion de l’Etat n’ont pas aidé à l’épanouissement économique et civique d’une seule des communautés des provinces de la République Démocratique du Congo depuis 1960, mais ont nettement bénéficié aux intérêts égoïstes des hommes politiques à la merci du peuple.

Compte tenu de l’espoir vainement nourri au peuple depuis plusieurs décennies, le peuple congolais n’a plus droit à l’erreur, et surtout la jeunesse qui compose sa plus grande majorité des électeurs. Longtemps meurtries et clochardisées, les populations Congolaises ont été privées d’expérience électorale depuis 40 ans. Le COJESKI-RDC invite les jeunes Congolais à affronter les échéances référendaires et électorales avec beaucoup de sens de responsabilité, d’abnégation, de civilité et de civisme patriotique dans le but d’élire pour des dirigeants crédibles et de lever ainsi le défi de l’hypothèque de leur avenir.

Le COJESKI-RDC condamne le foisonnement et le caractère propagandiste que logent les organes de presse croissant en nombre dans la capitale de la RDC. Il rappelle aux organes de media que cette situation défie la déontologie journalistique en ce sens que l’accès au media à tous les partis politiques n’est pas équitablement garanti en cette période pré-électorale.

Le COJESKI-RDC déplore enfin le retard savamment entretenu par le parlement Congolais dans l’adoption du projet de Constitution de la troisième République, de la loi référendaire ainsi que de la loi électorale. Il dénonce les manœuvres dilatoires de certaines puissances étrangères et autres forces centrifuges tendant à imposer à la RD Congo le système électoral de représentation proportionnelle. Un tel système électoral ne garanti pas la stabilité post électoral du pays et expose les électeurs congolais aux listes électorales piégées, aux coalitions inter changeantes et aux alliances contre nature des partis politiques.

Au regard de tout ce qui précède, le COJESKI-RDC recommande instamment :

1. Au Gouvernement de la RD Congo, de procéder urgemment à l’intégration des forces armées congolaises et de la police nationale ainsi qu’au démantèlement des groupes armés étrangers et forces régulières de l’armée rwandaise qui demeurent cantonnés en RDC ;

2. Au SENAT Congolais, d’adopter rapidement le projet de constitution de la troisième République à soumettre au référendum populaire ;

3. A l’Assemblée Nationale, d’adopter rapidement la loi référendaire ainsi que la loi électorale, en vue de permettre à la commission électorale indépendante d’accomplir sa mission constitutionnelle ;

4. A la Haute Autorité des Médias, de prendre urgemment des dispositions salutaires qui s’imposent pour réguler convenablement l’espace médiatique congolais en cette période pré-électorale, tout en garantissant les libertés fondamentales ;

5. A la Commission Electorale Indépendante, d’adopter urgemment un calendrier opérationnel de mise en œuvre de différents scrutins ainsi qu’une planification Nationale des opérations pré-électorales, électorales et post-électorales ;

6. Aux partis politiques, de saisir l’opportunité que l’histoire que leur offre pour élaborer et mettre en œuvre des programmes nationaux de formation civique de leurs électeurs potentiels en vue de faciliter l’aboutissement des échéances électorales dans le délai constitutionnel ;

7. A la jeunesse congolaise, de prendre désormais conscience qu’elle constitue la majorité de la population électrice de la RD Congo, et qu’à ce titre, elle doit s’engager pour ne pas être instrumentaliser par les formations politiques qui craignent les élections. Nous devons tout mettre en œuvre pour soutenir des projets de société garantissant la stabilité post électoral de la RDC ainsi que des dirigeants de haute moralité et surtout ceux-là non impliqués dans les crimes économiques, crimes imprescriptibles et autres graves violations massives des droits de l’homme et du droit international humanitaire en RD Congo ;

8. A toute la population congolaise, de militer sans réserve pour que la prochaine loi électorale soit basée sur le système électoral de pluralité à membres uniques (système par lequel un candidat est élu à la majorité simple, « Winner takes-all / first-past-the-post » ou encore système de majorité simple (relative). Ce système est le plus simple à utiliser surtout en RDC où la moitié des électeurs sont analphabètes. Ce système est le plus indiqué car il favorise la stabilité parlementaire, la stabilité politique, un gouvernement stable. Ce système encourage de grands partis et maintien un lien entre un représentant élu et sa circonscription électorale ;

9. A la Communauté Internationale et à tous les Partenaires bilatéraux et multilatéraux de la République Démocratique du Congo, de soutenir sans réserve le processus électoral en RDC en vue de l’organisation des élections libres, démocratiques et transparentes dans le délai constitutionnel.

Fait à Kinshasa, le 15 janvier 2005

Pour le COJESKI–RDC,

Henry LUKULA Secrétaire Général

Fernandez MURHOLA M. Coordonnateur National a.i.


Lien Internet suggéré

Brève description du lien

Site Internet des organisations et Mouvements des Jeunes de la République Démocratique du Congo