Eglises et société civile contre le vih /sida

La jeunesse constitue la vraie richesse de toute une nation. D'où la nécessité de bien l'encadrer en vue de son épanouissement intégral. C'est au regard de cette réalité que le centre de développement pour la femme (Cdf/fondation) a initié en collaboration avec le centre de santé sexuelle de la reproduction Bomoto, une journée de sensibilisation à l'intention des jeunes gens afin d'éclairer leur lanterne sur le danger que représente ce fléau du siècle. Cette activité s'est déroulée le 4 février dernier dans l'enceinte de l'église " Sang précieux " dans la commune de Kalamu.

En effet, la propagation du Vih/sida peut être interrompue si les efforts sont axés sur les jeunes. Selon les statistiques de l'onusida, plus de la moitié des nouvelles infections au Vih/sida se produisent chez des jeunes de 15 à 24 ans. Et pourtant, note la même source, la majorité des jeunes manquent encore d'information sur les questions sexuelles et les infections sexuellement transmissibles (Ist). Même si la plupart d'entre eux ont entendu parler de la pandémie, ils sont nombreux à ne pas savoir comment le Vih se transmet et ils ne se sentent pas concernés. " Ceux qui voient les choses de cette façon ressemblent à des personnes qui avancent les yeux fermés dans un environnement qu'ils ne connaissent pas " a noté la coordinatrice du Cdf/ fondation, Mme Dominique Munongo Inamizi. Et d'ajouter qu'aucune personne raisonnable ne peut se permettre de marcher les yeux fermés dans une rue qu'elle ne connaît pas.

En outre, elle a expliqué à l'assistance le danger qu'il y a d'attraper cette maladie aux conséquences irréversibles. " Les regrets, les pleurs, les demandes de pardon n'effacent pas certaines conséquences des actes que nous commettons " a-t-elle renchéri. Aussi, elle s'est référée au verset d'apocalypse 22 :11 qui renseigne que celui qui est souillé se souille encore, et que le juste pratique encore la justice.

Et que celui qui est sain se sanctifie encore. Si vous avez la chance d'être en bonne santé, souligne l'apocalypse, efforcez-vous de le rester. Pour prévenir cette maladie, Mme Munongo a rappelé les trois moyens à savoir : l'abstinence pour les célibataires et la fidélité pour les mariés et le préservatif pour les autres. Abordant dans le même sens, M.Justin du centre Bomoto s'est appesanti sur le dépistage volontaire comme l'un des moyens de prévention dans la lutte contre le sida. Mais auparavant, il a épinglé quelques signes ou symptômes inhérents aux infections sexuellement transmissibles (Ist). Il s'agit de la douleur, la chaleur ou le picotement en urinant, la plaie sur l'organe génital, l'écoulement purulent, la douleur aux testicules et les pertes blanches anormales.

Il y a également le bubon ou gonflement à la racine de cuisse, la démangeaison sur l'organe génital, la douleur pendant les rapports sexuels, la stérilité et le trouble de libido. Pour ce faire, il a appelé les jeunes à contacter un centre de santé le plus proche à l'apparition de ces symptômes.

Par Doudou Esungi
in L'Avenir du 8 février 2005