LA RD CONGO ET LA CONTRACEPTION D'URGENCE

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
DEMOCRATIE ET CIVISME
POUR LE DEVELOPPEMENT INTEGRAL
DECIDI

« Réseau des Associations pour la Culture Démocratique et Civique »
Statuts notariés à Kinshasa, le 02 juillet 2004, sous le numéro 149-722, Folio 87-93, Volume DCLX
Autorisation Provisoire de Fonctionnement N° 023/CAB/MDH/KNT/NM008/2004, du 29 novembre 2004

LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
ET
LA CONTRACEPTION D’URGENCE

La contraception d’urgence (Emergency Contraception EC) est un moyen permettant d’éviter une grossesse après relation sexuelle non protégée. Le EC ne protége pas contre les maladies transmissibles sexuellement, mais peut être utilisé lorsqu’un condom se déchire ou glisse suite à une brutalité dans les rapports sexuels ou en toute autre occasion de relation non protégée.
Quelqu’un qui est sexuellement actif ne doit pas se fier à EC comme seul moyen de protection contre la grossesse, car il n’est pas aussi efficace que les méthodes régulières de contraception.

Les femmes victimes de viol courent le risque de tomber enceintes. En tant que composante du traitement clinique des victimes de viol, le EC peut alors jouer un rôle important en réduisant la probabilité de grossesses résultant de cette expérience traumatisante. Au moment où les pays africains s’apprêtent à mettre sur pied leurs programmes politiques et protocoles de soins et de support en faveur des victimes de viol, y compris celui des camps des réfugiés et des zones en conflits, il s’avère important que le EC y soit incorporé et utilisé d’une façon appropriée.

Il est un fait que chaque année, des millions de femmes se tournent vers leurs communautés pour demander de l’aide, en réponse au traumatisme de l’agression sexuelle. Elles se tournent vers la police, les abris, les services de conseils et souvent, mais certainement pas toujours, vers les structures de soins de santé. Les rescapées des agressions sexuelles risquent l’embarras, l’exposition publique, l’éventuelle vengeance d’un assaillant, ou la réponse incertaine de ceux ou celles auprès desquels elles recherchent à obtenir de l’aide. Elles risquent également d’un système de soutien, qui dans beaucoup de temps, les laissent tout simplement tomber ou perplexe.

Pendant des décennies la communauté de la santé a su que le EC, pris dans les jours suivant des rapports non protégés, pouvait considérablement réduire le risque d’une grossesse involontaire.
Le lien entre l’agression et la prévention de la grossesse est, assurément, bien complexe - une fonction des préoccupations personnelles des victimes de la conscience limitée du public, et de perceptions répandues que la violence sexuelle est, dans le cœur du problème, d’essence criminelle plutôt qu’une préoccupation de santé.

Les MDC, Méthodes Dépendant du Coït, tels que le préservatif masculin, le préservatif féminin et le EC, servent à réduire le risque de transmission de VIH/SIDA et celui de grossesses non-désirées. D’où le message : « Le préservatif avant toute chose ».
Aussi, il est à conseiller de suivre la voie que voici :
1. le EC ne devra jamais être pris en remplacement de contraception habituelle ;
2. le EC ne protège en aucun cas contre les infections sexuellement transmissibles, y compris le V I H/SIDA ;
3. le préservatif vient avant toute chose ;
4. la Contraception d’Urgence est un complément et non une substitution de la contraception classique, elle n’est non plus abortive et qu’elle est le moyen le
plus sûr pour prévenir les grossesses non désirées et leurs conséquences.

Jusqu'à maintenant quelques contraceptifs oraux combinés suivants ont été utilisés efficacement dans plusieurs pays du monde, ils s’agit de :
1.Norlevo Duofem ou Vikele : la première pilule du lendemain du rapport non protégé à prendre trois jours après (le rapport non protégé).
2. Postinor 2, grossesse non désirée
Postinor 10 (vieux) : utilisé comme une 2ème ligne de défense en cas de déchirure de préservatif.
3. Levonorgestrel (LNG)
Vikela = EC 0,75 mg levonogestrel de HRA-Pharma
4. PC-4

Il ne faut pas non plus oublier d’y associer le régime Yuzpe EC : En fait, c’est quoi, ce régime ? Il est composé de contraceptifs oraux combinés, et est au moins partiellement efficace, quand c’est entamé dans les 120 heures après le rapport sexuel non protégé.
Cette méthode a préconisé deux doses de contraceptifs oraux combinés: une dose initiale dans les 72 heures après des rapports non protégés, suivi par une seconde 12 heures plus tard (0,75mg). Mais une dose unique de 1,5 mg de levonogestrel est aussi efficace pour réduire le risque de grossesse.

Comment procéder ?

1. Si vous venez d’avoir un acte sexuel et que vous êtes inquiète de tomber enceinte, vous pouvez prendre Norlevo pour ne pas tomber enceinte ;
2. Il y a deux comprimés : prenez le premier comprimé de Norlevo aussi vite que possible, et plus tard que 3 jours après l’acte sexuel, et le deuxième comprimé 12 heures après le premier comprimé.
3. Est-ce un avortement ? Non, si tu es enceinte, Norlevo n’a aucun effet.
4. Norlevo empêche le début d’une grossesse sans provoquer les menstruations. Vos menstruations débuteront au moment où vous les attendez habituellement ;
5. Norlevo ne protège pas contre les maladies comme le V I H /SIDA ou les autres maladies sexuellement transmissibles. Utilisez toujours un préservatif ;
6. Les préservatifs peuvent aussi être utilisés pour une contraception et contre les grossesses non désirées ;
7. Pour une contraception régulière et meilleure contre les grossesses non désirées, utilisez une méthode « contraception régulière » ; vous pouvez choisir la méthode qui vous va le mieux entre le préservatif, la pilule, les injectables ou le stérilet.

Autres conduites à tenir devant le viol et l’agression sexuelle :

Examen physique de périnée, un frottis vaginal pour détecter la présence de spermatozoïdes et les tests de dépistage des infections sexuellement transmissibles.
Quel projet pour la RD CONGO ?

On pourra monter un projet en vue de comprendre et d’étudier les dynamiques communautaires de grossesses non désirées et d’avortements à haut risque, causes de la mortalité et de la morbidité maternelles en relation avec l’introduction de EC dans le pays : A titre d’exemple :

- Projet de soins aux avortements au niveau communautaire se penchant sur les rôles vitaux que jouent la communauté et le secteur privé dans l’expansion de l’accès aux services de santé maternelle et de planification familiale, y compris le EC ;
- Des relais communautaires seront formés pour mener des activités d’information, de sensibilisation et de mobilisation au sein de leurs communautés.

Que font d’autres pays africains ?

Dans quelques pays d’Afrique, le EC ou la Contraception d’Urgence est déjà active et même officielle. Nous citerons entre autres les pays suivants qui l’ont introduit avec succès :

1. Congo Brazzaville : depuis janvier 2003, L’Association Congolaise pour le Bien Etre Familial (ACBEF) développe avec l’appui de la Fondation Compton, les ONGS Equilibres et Populations (E&P) et la Fédération Internationale pour la Planification Familiale (IPPF) un projet relatif à la promotion de EC.
Un des mérites de ce projet est d’avoir rendu accessible financièrement la Contraception d’Urgence vendue en officines au prix de 3.840 FCFA contre 900 FCFA pour le projet.

2. Côte d’Ivoire : le lancement officiel de l’initiative sur la Contraception d’Urgence s’est déroulé en juillet 2003 sous la parrainage du Ministre d’Etat, Ministre de la Santé et de la Population et en présence de la Ministre de la lutte contre le SIDA et des représentants des partenaires au développement tels l’UNFPA, la Coopération belge, etc ;

3. Kenya : en 1996, le Ministre de la Santé du Kenya et le Consortium International sur la contraception d’urgence ont agréé et introduit la pilule EC de marque déposée « POSTINOR 2 ». Une fois mise en circulation dans les secteurs public et privé, la méthode s’est montrée très populaire, si bien qu’au cours de la toute première année, au moins 5000 unités ont été distribuées.

4. Mali : le Mali à l’instar d’autres anciennes colonies françaises a hérité d’un cadre juridique très restrictif en matière de Santé de la Reproduction à travers la loi coloniale du 31 juillet 1920 réprimant la provocation de l’avortement et la propagande anticonceptionnelle. Cette loi était toujours en vigueur malgré la création de l’Association Malienne pour la Protection et la Promotion de la Famille (AMPPF) en 1972 et l’adoption par le gouvernement malien en 1991 de la Déclaration de la Politique Nationale de la Population. La loi du 24 juin 2002 sur la santé de la reproduction au Mali est venue mettre fin à cette situation contradictoire pour permettre aux populations maliennes d’accéder aux gammes de plus en plus variées des services de planification familiale dont le EC.

5. Sénégal : depuis le 05 avril 2004, les choses deviennent beaucoup plus faciles et sérieuses dans ce pays, car à cette date l’Antenne ASBEF(Association Sénégalaise pour le Bien Etre Familial) de Saint Louis a lancé officiellement ses activités d’animation sur EC dans le cadre du projet « Promotion de la Contraception d’Urgence ». Le Norlevo sera désormais disponible dans la région pour faciliter le travail.

6. Afrique du Sud: au mois d’avril 2004 , le Département de la Santé a approuvé ses toutes premières directives nationales sur la conduite à tenir en cas d’agression sexuelle. Ces directives cherchent à améliorer la qualité de soins dont bénéficient les victimes d’agression sexuelle en donnant priorité aux besoins sanitaires. Le EC a été inséré dans les directives comme un complément du paquet entier de prophylaxie, ce qui tient compte également des infections sexuellement transmissibles et le VIH.

7. Ouganda : plus de18 ans de guerre civile ont entraîné un déplacement massif des dizaines de milliers des femmes et enfants à travers la région Nord du pays. Beaucoup ont été enlevés et forcés à servir comme soldats, boucliers humains et même comme partenaires sexuels des combattants rebelles.
En septembre 2003, l’ONG « Child Care & Rescue Program (CC&RP) », a visité le Nord de l’Ouganda en vue de mener une enquête sur le besoin en services de EC. Les résultats obtenus ont tiré une sonnette d’alarme. L’équipe a découvert que jusqu’à la moitié de toutes les grossesses dans la région était due aux actes de viol perpétré. Chez les filles âgées de 18 ans et en-dessous, le taux s’élevait à 57%. Aussi, le taux de mortalité tant infantile que maternelle était très élevé. C’est une conséquence d’avortement à hauts risques et de maternité précoce.
Lors de leurs visites dans des camps des réfugiés, les personnels de CC&RP ont distribué des paquets du POSTINOR 2 aux femmes, et quelques mois après, le résultat a été positif.

8. Ghana : une initiative pilote de collaboration en vue d’élargir la connaissance et augmenter la disponibilité de EC dans le secteur privé est maintenant en cours, L’initiative a déjà formé plus de 350 vendeurs et pharmaciens pour offrir et administrer le EC, et en même temps expliquer ses effets secondaires.
Ce projet a disséminé les résultats de recherche en relation avec la santé reproductive de l’adolescent, l’usage des contraceptifs, l’avortement et la mortalité maternelle comme une base pour rendre rationnelle l’introduction de EC.

9. Guinée Conakry: le EC est un phénomène récent dont l’avènement remonte en novembre 2002 ; date à la quelle les Associations pour le bien-être familial de cinq pays affiliées à l’IPPF se sont réunies à Dakar dans un atelier sur le EC destiné aux pays francophones. Après la revue annuelle de ses activités en février 2003, AGBEF a développé un protocole qui préconise l’introduction de EC dans 22 centres appartenant aussi bien à AGBEF qu’au secteur public, la formation de 25 prestataires de santé, la sensibilisation de 6000 personnes sur le EC, l’introduction de l’EC sur la liste des médicaments éventuels et l’obtention de soutien de 250 leaders communautaires à travers le pays pour appuyer ses efforts de l’introduction de EC.

10. Nigeria : l’implication du « Society for Family Health (SFH) dans le domaine de EC date de plus de 5 ans, en mars 1999, le SFH a signé un protocole d’accord avec l’Interscavon Limited, l’agence exclusive de Gédéon Richterr au Nigeria. L’Interscavon avait contracté le SFH afin qu’il puisse l’aider à écouler le POSTINOR 2 en utilisant son vaste réseau de distribution. Tout marche bien jusque maintenant. La pilule Levonorgestrel y est présente.

11. Zimbabwe: «Population Services International (PSI) » a fait agréer le POSTINOR 2 au Zimbabwe et a signé un accord avec Gédéon Richter pour l’approvisionnement du produit en emballage exclusif. Dorénavant, le EC sera disponible partout au pays par l’entremise des cliniques de Pro-Fam. Le réseau Pro-Fam est un mène ses activités sans publicité, en ciblant seulement les prestataires de soins de santé et les personnes directement concernées en vue d’éviter les controverses partielles. Le Zimbabwe conclut en s’adressant aux filles : « Be wise, think twice ».

12. Cameroun : au milieu de l’an 2001, Norlevo a été agréé par le Ministre camerounais de la Santé et aussitôt il a été introduit au marché. En décembre de la même année, HRA Pharma et d’autres partenaires ont initié une intervention pilote pour soutenir une large tendance variée de distributeurs de la méthode dans le secteur privé.

Quid du « Réseau International EC-Afrique » ?

EC Afrique est un Réseau International bilingue des prestataires de soins de santé et des hommes d’affaires qui cherche à élargir la disponibilité et l’accessibilité des services de Contraception d’Urgence (EC) en Afrique. Ce réseau, en tant qu’une association volontaire et à caractère apolitique, est régi par un système de fonctionnement reposant sur le principe de consensus entre les membres, tout en tenant compte des diversités ethniques, culturelles et politiques de l’Afrique. Le réseau s’assigne pour but de :

- Servir d’une plate-forme d’échanges des idées entre les professionnels de secteurs sanitaires et pharmaceutiques, les chercheurs et les spécialistes en matières de développement, qui se sont engagés à vulgariser les services de EC en Afrique ;
- Susciter un intérêt particulier et encourager de nouvelles initiatives qui déboucheront sur la prestation des services de EC dans des pays dont la demande n’est pas satisfaite ;
- S’instruire, se former mutuellement et bâtir une base d’expérience en vue d’introduire, d’améliorer et d’asseoir une bonne prestation des services de EC de qualité, avec un accent particulier mis sur les besoins et les défis auxquels fait face l’Afrique.

Les membres de EC Afrique proviennent des organisations gouvernementales, non -gouvernementales et des secteurs privés. Ce sont soit des personnes intéressées à titre individuel, soit des représentants des Ministères de Santé ou des industries pharmaceutiques, voire même les membres des communautés internationales de développement.

Si vous êtes intéressé individuellement ou si c’est votre organisme/Association, qui s’intéresse à cela, veuillez contacter le réseau DECIDI via e-mail : democratieecivisme@hotmail.com et/ou bhamichel@yahoo.fr ; Tel :(00243) 98 910 874.
Fait à Kinshasa, le 1er mars 2005
Pour la DECIDI
Michel-Casimir Bha-Avira Mbiya
Député et Directeur Général.-

Adresse :
Siège social : Av. des Constructions n° 48bis, Q/Kauka I, C/Kalamu, Kinshasa / RD Congo
tél : 00243/ 98 910 874 B.P. 1376 Kinshasa 1 RD Congo
e.mail : democratieetcivisme@hotmail.com bhamichel@yahoo.fr
Sites internet : http://www.societecivile.cd/membre/decidi
http://www.societecivile.cd