Rapport final de la «Semaine de la Paix 2005» organisée par le Réseau «Jeunes dans le Monde pour la Paix à Kananga du 07 au 08 octobre 2005

RAPPORT FINAL DE LA CELEBRATION DE LA « SEMAINE DE LA PAIX 2005 » ORGANISEE PAR LE RESEAU « JEUNES DANS LA MONDE POUR LA PAIX A KANANGA, DU 07 AU 08 OCTOBRE 2005, EN PARTENARIAT AVEC LE RESEAU PAX CHRISTI INTERNATIONAL.

0.1. Introduction.

conformément au programme qui a été prévu ci-dessous.

0.2. Programme de la Semaine de la Paix 2005 à Kananga

R.D.Congo RJMP

Thème : « Pardon et Réconciliation pour une paix durable dans la Région des
Grands Lacs ».
Lieu et dates : Paroisse Universitaire Saint Marc/Kananga, du 07 au 08 octobre 05
Modérateur : Chef de Travaux Livinus KANGITSI Katembo.

1ère Journée : vendredi 07 octobre 2005

9 h00 : Début de la caravane des cyclistes avec la fanfare à Notre Dame

9 h 30 : Arrivée des participants à la P.U. Saint Marc
9 h 45 : - Arrivée des invités et des conférenciers

10 h 00 : Célébration Eucharistique à l’africaine sur « Pardon et réconciliation »
(Samuel 24 : 1-24 ; Matthieu 18 :32-35)
Par le Prof Abbé Lambert MUSEKA Ntumba, Directeur de l’ISDI/Kananga

11h30 : - ß. Griot Costa + Orchestre des jeunes du RJMP
- Mot du Président – Administrateur du RJMP sur
la vision et les activités sur la paix par Pax Christi International et RJMP.

12h15 : 1ère conférence « Pardon et réconciliation dans les foyers et la Région des
Grands Lacs : vision et expérience de la Fraternité des Foyers Chrétiens »
Par l’ Abbé Jean – Hilaire BATUNGILA, Aumônier de la F.F.C..

12 h 45 : 2e conférence « Rôle des Eglises chrétiennes des Grands Lacs dans
la réconciliation et la paix »
Par le professeur Philippe KANKU TUBENZELE, Doyen de Faculté à l’UPRECO

13 h 15 : Projection du film sur la 3ème Consultation Régionale Pax Christi dans les
Grands Lacs d’Afrique à Bujumbura/Burundi (une séquence)

13 h 40 : 3e conférence « Réhabilitation : le trauma, la guérison et la réconciliation »
Par l’Assistant Jonas KALOMBO, de I.S.P./Kananga

14 h 10 : Pause de 10 minutes

14 h 20 : Echanges sur les trois conférences

15 h20 : Fin de la première journée.

2ème Journée : samedi 08 octobre 2005

8 h 45 : Arrivée des participants

9 h 00 : Saynète sur la paix par les mamans du DEFER/ RJMP

10H00 : 1ère conférence « ‘Femmes des Grands Lacs et réconciliation pour une paix durable

en Afrique Centrale »
Par Mademoiselle Véronique NYASHI, Responsable de la Congrégation Seguimi

10 h 30 : 2e conférence « Pardon et réconciliation pour une paix durable dans les Grands Lacs :
une expérience de l’arbre à palabre dans la culture kasaïenne »
Par le Professeur Ordinaire Abbé Pierre TSHIMBOMBO MUDIBA,
Directeur Général de l’ Institut Supérieur Pédagogique -ISP./Kananga.-

11 h 00 : Projection du film sur la 3ème Consultation Régionale Pax Christi dans les Grands Lacs
d’Afrique à Bujumbura/Burundi du 24 février au 02 mars 2005 (une séquence) ;

11 h 30 : 3e conférence : «Tolérance politique et culturelle, vérité et aveux pour un pardon et une
réconciliation sincères dans les Grands Lacs »
Par Maître Patrick MUBALU Kankolongo, Avocat près les Cours d’Appel de Kananga et de Mbuji Mayi

12 h 00 : Echanges sur les trois conférences

13 h 00 : Préparation des recommandations et principales options pour la paix dans les Grands Lacs
13 h 20 : Arrivée et accueil de Son Excellence Monsieur le Gouverneur de Province
13h30 :- Lecture de la synthèse et des recommandations
- Mot du Président- Administrateur du RJMP
- Mot de clôture de la semaine de la paix par le Gouverneur de Province
- Hymne National

14 h 00 : cocktail au Cercle de la SNCC et fin de la semaine de la paix 2005 au Kasaï.

I. Première Journée : vendredi 07 octobre 2005.

I.1. Caravane des cyclistes avec Fanfare.

Cette journée inaugurale s’ouvre par une Caravane des cyclistes avec l’accompagnement des mamans du DEFER, de la Fanfare du Complexe Scolaire BUKASA et des coups des sifflets suivant l’itinéraire « Paroisse Notre Dame , dans la Commune de Kananga, à la Paroisse Universitaire Saint Marc en passant par le Bâtiment Administratif de la Province et le Boulevard Lumumba, dans la Commune de Kananga. Cette Caravane a été supervisée par Monsieur Stéphane MUANDA TECK, Directeur Adjoint du Département Femme et Enfant du RJMP (DEFER en sigle).

I.2. Célébration Eucharistique.

A partir de 10 heures 20’, la journée se poursuit avec une célébration eucharistique présidée par Messieurs les Abbés Professeur Lambert MUSEKA NTUMBA (Officiant Principal), Directeur Général de l’Institut Supérieur de Développement Intégral (ISDI/Kananga) et Augustin KATENDE BEYA, Curé de la Paroisse Tshibashi. Devant plus de 150 participants venus des structures de la Société Civile, des Eglises Locales, des Partis Politiques, le Professeur Abbé Lambert MUSEKA wa Ntumba développe la thématique du Pardon et de la Réconciliation à travers Samuel 24 : 1-24 et Matthieu 18 : 32-35. Le célébrant conclut que la grandeur de l’homme de foi réside dans son ouverture au pardon et à la réconciliation, deux valeurs qui permettent de rétablir l’harmonie brisée et de fumer à nouveau la calumet de la paix. C’est de cette manière que nous devons rechercher la paix, et au quotidien, dans nos foyers, dans nos quartiers, au lieu de service …dans la Région des Grands Lacs, en Afrique toute entière et dans le Monde, à l’image de ce Roi qui a transformé la dette de son débiteur en don.
Après cette messe animée par la Chorale connue sous le nom de « Le Magnificat », le modérateur principal des activités de la semaine de la paix, Monsieur le Chef de Travaux Livinus KANGITSI KATEMBO, présente la suite du programme, à savoir l’Hymne National, le mot du griot, le mot du Président Administrateur du RJMP, le trois conférences et les échanges. C’est la salle chapelle de la Paroisse Universitaire Saint Marc qui continue à servir de cadre.

I.3. Intervention du Griot Costa

Après l’Hymne National « Débout Congolais » chanté en chœur, le Griot nommé Costa, très habile dans la comédie et la satire, intervient pour peindre la situation paradoxale de la République Démocratique du Congo : un pays très riche du point de vue ressources du sol et du sous-sol mais dont les citoyens sont très pauvres ! Il évoque par la suite la situation de la grève des enseignants qui réclament la répartition équitable et juste des ressources du pays.
Par des dictons riches du Kasaï, le Griot Costa passe plusieurs messages relatifs au courage que doivent avoir les citoyens pour parler de la vie du pays et à la propriété personnelle de chacun afin que règne véritablement la parenté africaine. ( « Kua Mukulu kantu, kua Muakunyi kantu nanku bulanda buadisanga » qui se traduit par « Chez l’Aîné quelque chose, chez le Cadet quelque chose et ainsi la sommation de la parenté).

I.4.. Mot de circonstance du Président Administrateur du RJMP (12 heures 30’.

Dans son mot de circonstance à l’ouverture de la « Semaine de la Paix 2005 », Monsieur Edel Martin KABUTAKAPUA, Président Administrateur du Réseau « Jeunes dans le Monde pour la Paix –RJMP-, situe d’abord l’enjeu de cette célébration –la recherche d’une paix durable, gage du développement dans la Région des Grands Lacs – avant de décrire le tableau macabre des violences qui déchirent cette Sous Région depuis près d’une décennie. Le Président Administrateur présente ensuite le Réseau Pax Christi International et le Réseau « Jeunes dans la Monde pour la Paix. Il exprime enfin l’espoir de son Réseau en l’amélioration de la situation grâce aux efforts de tous avant de souhaiter plein succès aux activités de la « Semaine de la Paix 2005 ».

I.5. Les Conférences

1ère Conférence (13 heures 00) : « Pardon et Réconciliation dans les Foyers et dans la Région des Grands Lacs : vision et expérience de la Fraternité des Foyers Chrétiens »
(Par l’Abbé Jean Hilaire BATUNGILA NTUMBA, Curé de la Paroisse Universitaire Saint Marc de Kananga et Aumônier Diocésain de la Fraternité de Foyers Chrétiens ).

De prime à bord, le conférencier insiste qu’une paix durable doit se vivre dans la praxis quotidienne, ici et maintenant, et que nous tous, habitants de la Région des Grands Lacs, sommes impliqués aussi bien dans les violences que nous déplorons que dans la paix que nous clamons de tous nos vœux.
Le conférencier propose ensuite trois attitudes, expérience de la Fraternité des Foyers Chrétiens, susceptible de garantir une paix durable dans la Région des Grands Lacs :
1°. nous faire proches des autres et regarder Jésus Christ comme le chemin à suivre si nous voulons promouvoir la paix dans nos foyers et dans la Région des Grands Lacs ;
2°. aider les chrétiens à vivre le message de pardon et de réconciliation au jour le jour en adoptant les attitudes d’humilité et de dialogue, génératrices du climat de paix, en évitant tout cliché responsable de la haine, de la vengeance et des souffrances aussi bien dans les foyers que dans la région des Grands Lacs ;
3°. promouvoir le pardon et la réconciliation.
Dans les foyers, il s’agit de la réconciliation entre l’homme et la femme, deux partenaires condamnés à vivre dans la complémentarité, dans la considération et le respect l’un pour l’autre afin d’établir un dialogue franc et régulier.
Dans les pays des Grands Lacs, il s’agit moins de rechercher les coupables ni les innocents dans les conflits qui opposent que de reconnaître chacun ses responsabilités étant donné que nous sommes tous coupables. Les pays des Grands Lacs ont intérêt à collaborer aux niveaux social, économique et culturel.
Pour conclure, le conférencier insiste que deux conditions s’imposent dans ce sens :
1°. nous devons bannir de notre langage toute expression humiliante, ici et maintenant ;
2°. nous devons être des hommes et des femmes qui construisent l’avenir de nos pays, ici et maintenant.

2ème Conférence ( 13 heures 35’) : « Rôle des Eglises Chrétiennes des Grands Lacs dans la réconciliation et la paix » (Par le Professeur Pasteur Philippe KANKU TUBENZELE, Doyen de la Faculté de Théologie à l’Université Presbytérienne au Congo –UPRECO-).
Le Professeur Philippe KANKU Tubenzele fonde sa réflexion sur l’expérience concrète, celle de la situation dans la Région des Grands Lacs telle que analysée lors des Consultations entre les Eglises de la République Démocratique du Congo, de l’Ouganda et du Rwanda. Ces « consultations », qui ont eu lieu respectivement à Kinshasa (R.D.Congo), à Kampala (Ouganda) et à Kibuye (Rwanda) se sont fixé pour objectif essentiel la recherche des moyens de parvenir à une réconciliation et à une paix durables dans la Région des Grands Lacs.
A ce sujet, les analyses des participants à ces « consultations » révèlent que les populations de cette Région souffrent encore des blessures des coeurs si profondes qu’elles inhibent le processus de paix. Ces blessures ont pour origine les atrocités des guerres et du génocide du Rwanda – à l’image des massacres de Makobola, de Tingi-Tingi, de Musenga -, les viols, le mythe de la supériorité ethnique des Banyamulenga, l’humiliation subie par le Congo Démocratique, ….
Dès lors, persuadées qu’il ne saurait y avoir de paix véritable tant que ces blessures demeurent encore saignantes, les Eglises des pays des Grands Lacs concernées par les « Consultations » se sont découvertes le rôle prioritaire de guérisseurs de ces blessures remuées de temps en temps par des souvenirs macabres des atrocités.
Le conférencier décrit par la suite les efforts de paix en cours –programmes d’éducation et de formation, programmes d’instauration du dialogue, programmes de contextualisation d’échanges – avant de proposer des pistes de réconciliation et de paix durables dans la Région des Grands Lacs :
l’organisation des conférences, des séminaires, des rencontres diverses surtout en élaborer le contenu dans un cadre idéologique fondé le pardon et la réconciliation;
les Eglises du Congo ont le devoir d’aider le pouvoir en place à sécuriser le Rwanda contre les incursions des bandes armées ;
les Eglises du Rwanda ont le devoir d’aider le pouvoir en place de renoncer à leurs visées impérialistes ;
les Eglises de la Région ont le devoir d’élaborer un code évangélique et civique fondé sur le pardon, la réconciliation et une paix durable.
A la fin de cette seconde conférence, il y a eu une intermède de projection d’une séquence de la troisième Consultation Régionale Pax Christi dans les Grands Lacs d’Afrique à Bujumbura. Il s’agit de :
- la Conférence de Presse donnée le 1er mars 2005 à la presse burundaise par Monseigneur MOSENGWO PASINYA et Monsieur Etienne De Jonghe, respectivement l’un des Vice-président et Secrétaire Général du Pax Christi International ;
- la soirée culturelle au Centre de Jeunes KAHENGE de Bujumbura.
Les participants à la semaine de la paix ont eu l’occasion de découvrir cette initiative de paix à laquelle le RJMP avait été associé.

3ème Conférence ( 14 heures 05’) : « Réhabilitation : le trauma, la guérison et la réconciliation » (Par l’Assistant Jonas KALOMBO WADIAMBILA, Chef du Département de Psychopédagogie à l’ISP/Kananga).

Après une succincte explication des termes clés de sa communication (trauma, guérison, réconciliation et réhabilitation), le conférencier démontre que les crises sociopolitiques s’accompagnent toujours des troubles générateurs des de psychose et de frustration.
En effet, les violences, l’insécurité, l’angoisse, la privation de sommeil sont autant de situations qui transforment l’homme en un malade, en un névrosé. L’homme de la Région des Grands Lacs, victime de toutes sortes de violences – insécurité, pillages, viols, meurtres, humiliation, … n’échappent pas à cette règle. Aussi laissent-ils libre court à la haine, à l’esprit de vengeance et au complexe sous diverses formes.
Dans ces conditions, la paix, il faut bien l’avouer, est difficile mais pas impossible. L’homme étant un tout cohérent, toute démarche visant le pardon, la réconciliation et une paix durables doit d’abord réconcilier l’homme de la Région des Grands Lacs avec lui-même. Nous devons donc prendre en compte la dynamique des maladies mentales pour mettre au point une cure de psychothérapie appropriée en vue d’établir un dialogue franc entre les bourreaux et leurs victimes.
C’est à cette condition que le pardon, la réconciliation et une paix durables sont envisageables dans la Région des Grands Lacs.
Cette dernière conférence de la première journée ouvre la voie aux échanges, au cours desquels les conférenciers répondent aux nombreuses questions des participants enthousiastes. Une projection d’une séquence des images prises par le RJMP à la 3ème Consultation sur les Grands Lacs organisée par Pax Christi International au Burundi du 24 février au 02 mars 2005.

Deuxième Journée : Samedi 08 octobre 2005.

II.1. Chants et Saynète par les mamans DEFER

La deuxième et dernière journée de la « Semaine de la Paix 2005 » à Kananga s’ouvre par les chants de paix et une saynète exécutés par les mamans du Département Femme et Enfant du Réseau (DEFER en sigle). La saynète met en scène les violations fréquentes des droits humains en République Démocratique du Congo (tracasseries, extorsions, viols, tortures, barrières, arrestations arbitraires, …) et les efforts des organisations des Droits de l’Homme d’éduquer les auteurs et les victimes de ces violations. Puis suivent les conférences.

II. 2. Les Conférences

1ère Conférence (10 heures 30) : « Femmes des Grands Lacs et Réconciliation pour une paix durable en Afrique Centrale » (Par Mademoiselle Véronique NYASHI Ntamue, Responsable du Groupe Laïc Seguimi).

De prime à bord, Mademoiselle NYASHI exprime sa conviction en la nécessité et en l’urgence du pardon et de la réconciliation pour la restauration d’une paix dans la Région des Grands Lacs. Puis elle situe la problématique de sa communication sur la question de savoir « Quel type des femmes dans la Région des Grands Lacs peut contribuer à la réconciliation et à la paix.
Le reste de la conférence consiste à soutenir sa thèse selon laquelle seule une femme réconciliée réellement en elle-même et en harmonie avec elle-même peut contribuer à la réconciliation et à la paix dans la Région des Grands Lacs.
Et se référant à des versets bibliques en rapport avec le statut et le rôle de la femme, Mademoiselle Véronique NYASHI explicite ses concepts de « femme réconciliée réellement en elle-même » et de « femme en harmonie avec elle-même ». La femme, source de vie, offre effectivement la vie au-delà des conflits qui l’écrasent, conclut-elle.

2ème Conférence (11 heures 00) : « Pardon et réconciliation pour une paix durable dans la Région des Grands Lacs .Une expérience de l’arbre à palabre dans la culture luba ».(Par le Professeur Ordinaire Abbé Pierre TSHIMBOMBO MUDIBA, Directeur Général de l’ Institut Supérieur Pédagogique de KANANGA)

Le Professeur Ordinaire Abbé Pierre TSHIMBOMBO MUDIBA rappelle à l’assistance que la culture négro- africaine en général et luba en particulier ont leur stratégie de résolution pacifique des conflits quelle que soient leur gravité : l’arbre à palabre. Ce dernier est un lieu de dialogue, de pardon, de réconciliation et de paix par excellence, dans la mesure où les parties en conflit ne viennent pas pour s’entretuer, mais pour rechercher la réconciliation et la paix devant le chef du village qu’entourent les notables et autres sages.
L’arbre à palabre repose sur un certain nombre de principes intériorisés par tous, principes qui garantissent par ailleurs son efficacité, particulièrement : le dialogue franc, la conscience et la reconnaissance sincère des torts causés à l’autre, la réparation, la tolérance et le caractère populaire de la réconciliation. Cette dernière peut s’accompagner de cérémonies qui ont valeur de pacte et consacrent le retour de la paix : par exemple, boire à la même coupe, donner en sacrifice un peu de sang humain ou sacrifier des animaux domestiques.
C’est de cette manière que les Baluba et leurs frères Lulua ont mis définitivement fin à la guerre qui les avait opposés de 1958 à 1960. Il est heureux de constater que depuis les cérémonies de réconciliation il n’y ait plus eu d’incidents jusqu’à ce jour.
Et le conférencier propose que ce mode de résolution de conflits soit appliqué et adapté à la situation de la région des Grands Lacs.
Comme à la première journée, la fin de la seconde conférence est suivie de la projection d’une séquence de la 3ème Consultation Régionale Pax Christi dans la Région des Grands Lacs notamment une partie de la messe célebrée le dimanche 27 février 2005 et les visites de travail réalisées par Monsieur Mark BARWICk (accompagné de Monsieur Edel Martin KABUTAKAPUA) auprès des certaines ONG d’Uvira et de Bukavu. Le tout s’est passé avec les commentaires du Président Administrateur du RJMP, Monsieur Edel Martin KABUTAKAPUA .

3ème conférence : « Vérité, tolérance politique et culturelle et aveux: préalables au pardon et à la réconciliation dans la Région des Lacs » ( Par Maître Patrick MUBALU KAKOLONGO , Avocat près les Cours d’Appel de Kananga et de Mbuji-Mayi)

D’entrée de jeu, le conférencier souligne le caractère indispensable du pardon et de la réconciliation dans le processus de la restauration de la paix dans la région des Grands Lacs.
Maître Patrick Mubalu situe ensuite la place de la vérité( réalité des fait qui opposent nos pays), de l’aveu( reconnaissance par chacun de ses responsabilités dans ce conflit multiforme) et, enfin, la part de la tolérance politique et culturelle dans le rétablissement de la paix dans cette partie du continent. Et, après avoir souligné le rôle de la réconciliation politique et culturelle à l’intérieur de chaque pays impliqué dans ce conflit avant d’envisager toute réconciliation à l’échelle régionale, le conférencier conclut sa communication en insistant sur l’effort que chacun doit fournir dans ce sens. Cet effort pour l’instauration de la culture de la tolérance politique et culturelle doit se matérialiser dans notre langage et dans nos actes.
Il s’agit d’un exercice de tous les jours consistant à nous accepter les uns les autres, à changer de discours et à semer la paix sur les ruines et les cendres des divisions.

II. 3. Echanges (12h45’)

Après les trois conférences de la journée s’ouvre un intéressant débat qui offre aux auteurs des communications l’occasion de répondre aux questions des participants ou de recevoir remarques et complément d’informations.
Cers échanges sont suivis d’une pause, puis de la constitution d’un comité chargé de la préparation des recommandations des participants. Ces recommandations sont ensuite lues à l’intention de l’assemblée pour amendement. En voici le contenu :

II.4. Déclaration finale des participants

Nous, délégués des Partis Politiques, de la Société Civile, des Associations Religieuses, de la Police Nationale Congolaise, des Services de Sécurité de la Province du Kasaï Occidental réunis à la Paroisse Universitaire Saint Marc de Kananga dans le cadre de la « Semaine de la Paix 2005 » organisée par le RJMP, du 07 au 08 octobre 2005 ;
Préoccupés la situation explosive dans la Région des Grands Lacs caractérisée par des actes de violence et des violations des droits humains sans précédent dans les annales de la Sous Région, la pauvreté et par la permanence de l’insécurité et du sous-développement ;
Soucieux du rétablissement rapide d’une paix durable dans la Région pour le bien-être et le développement de la population ;
Persuadés que seuls le pardon et la réconciliation franc peuvent garantir l’instauration de cette paix que nous appelons de tous nos vœux ;
Instruits par les communications tenues tout au long de cette « Semaine de la Paix 2005 » et les échanges qui s’en sont suivis ;

1) Prenons les résolutions ci-après :
1. Inculquer et instaurer la culture de pardon et de réconciliation au sein des foyers ;
2. Porter en toutes circonstances le message de la paix, du pardon et de la réconciliation.
« Heureux les artisans de la paix, car ils seront appelés fils de Dieu. »
3. Se pardonner mutuellement et humblement ;

2) Recommandons ce qui suit :

I. Au RJMP.
1. Sensibiliser tous les leaders de toutes les confessions religieuses pour les informer, les
former et les charger de la vulgarisation des résolutions des conférences, ateliers,
séminaires internationaux, régionaux, nationaux et locaux sur la paix durable en
République Démocratique du Congo et dans la Sous Région des Grands Lacs ;
2. Collaborer toutes les structures provinciales, nationales et internationales ainsi
qu’avec les compétences intéressées à la résolution pacifique des conflits pour arrêter
des stratégies et poser des actes en faveur de la paix ;
3. Organiser la « Semaine de la Paix » à l’intérieur de la Province du Kasaï Occidental ;
4. Mettre à la disposition du public une documentation appropriée sur la résolution
pacifique des conflits ;
5. Concevoir des mécanismes d’éducation et de formation permanentes à travers les
médias locaux ;

II. Aux Etats d’Afrique Centrale (Sous Région des Grands Lacs).
1. Privilégier et recourir aux modes de règlement pacifique de conflits, conformément aux
instruments internationaux, et promouvoir la modalité de l’ »Arbre à Palabre » en Afrique
Sub-saharienne ;
2. S’abstenir d’instrumentaliser les femmes et les enfants dans les conflits entre les Etats ;
3. Rentabiliser et reformer la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs
(C.P.G.L.) et y instaurer des structures d’échanges culturels et religieux ;
4. Créer une structure mixte qui veille au respect du droit international en vue de
décourager le trafic d’armes et toute forme de violence dans la Région.

III. Aux Partis Politiques.
1. S’imprégner de la culture de la conquête et de l’exercice du pouvoir dans le respect de la dignité de la personne humaine ;
2. Sensibiliser les militants à la culture de la tolérance et de la paix ;
3. Avouer les fautes commises aux autres et s’accepter mutuellement et humblement ;
4. Développer le sens de négociation et de réconciliation.
IV. Aux ONG et Confessions Religieuses.
1. S’abstenir du fanatisme politique ;
2. Servir de véritables artisans de la paix pour que le pardon, la réconciliation et la paix soient le thème principal des homélies et des prédications dans les Eglises ;
3. Utiliser les médias pour une large diffusion de la culture de la paix ;
4. Collaborer avec les Institutions étatiques en place pour lutter contre le tribalisme et le clanisme, notamment avec la Commission Vérité et Réconciliation et les Institutions Citoyennes de la Transition en République Démocratique du Congo.
V. A la Communauté Internationale.
1. Garder l’impartialité dans le règlement des conflits entre les Etats et éviter des positions partisanes entre les tendances opposées au sein d’un Etat ;
2. Pour le Comité International d’Accompagnement de la Transition (CIAT) particulièrement, cerner les véritables problèmes et proposer des solutions selon les aspirations profondes des Congolais pour une paix durable et l’organisation des élections réellement libres, démocratiques et transparentes.

Fait à Kananga, le 08 octobre 2005.

LES PARTICIPANTS.

II. 5. Clôture de la « semaine de la paix 2005 »à Kananga (15h00’) :

Le Maire de la ville qui devait clôturer la « Semaine de la Paix 2005 » se trouvant loin hors de la ville en ce moment, le Président Administrateur du RJMP prononce son mot de circonstance.
Dans ce mot, le Président Administrateur du RJMP remercie les uns et les autres pour leur disponibilité, leur participation active aux échanges et leur contribution à la réussite de la « semaine de la Paix 2005» à Kananga.
Enfin, le Président exhorte les participants à vulgariser le message de paix de Pax Christi au quotidien, dans leurs foyers, au service, à l’église…dans notre province, dans notre pays…pour que s’instaure à jamais la paix dans la Région des Grands Lacs.
L’hymne National « Débout Congolais », repris en chœur par tous les participants, met un terme à la « Semaine de la Paix 2005 » à Kananga après quoi un cocktail aux participants au nombre de plus de deux cents cette fois.

Fait à Kananga, le 08 octobre 2005.

LE RAPPORTEUR GENERAL

C.T.Jean-Baptiste KANDOLO MB.SAYAL
Secrétaire Général du RJMP

LE PRESIDENDENT

Assistant Edel Martin KABUTAKAPUA
Président Administrateur du RJMP