La Société civile du Bandundu tente de se mobiliser pour le processus électoral

La Société Civile de la Province du Bandundu, avec le soutien du Réseau CNONGD, s’est réunie du 1er au 2 décembre 2005 au Centre d’Accueil Protestant de Kikwit en Assemblée Générale Extra ordinaire. Ces assises se tiennent à un moment historique pour le peuple Congolais, il s’agit de la préparation aux prochaines élections générales en R D Congo.
Dans le but d’accompagner la population de la province du Bandundu dans ce processus, la société civile a besoin d’être redynamisée pour pouvoir jouer pleinement son rôle d’encadrement. C’est ainsi que les participants à ces assises se sont penchés sur l’Etat de lieu de cette structure et sur la situation générale du Pays. Eu égard à cela, des recommandations ont été formulées pour le redressement de cette dynamique provinciale et sur processus électoral.

1.Etat de lieu de la société civile du Bandundu
Les premiers comités locaux de la société civile dans la province du Bandundu ont vu le jour après la restitution des délégués de la province à la Conférence Nationale Souveraine en 1993. Ces comités ont commencé à s’organiser en 1994.
C’est le 08 mai 1998 au Centre Victoria Diez de Kikwit, sous l’impulsion du CRONGD/Bandundu que la Coordination Provinciale de cette structure a été mise sur pied.
Du 24 au 26 octobre 2001, toujours avec l’appui du CRONGD/Bandundu, une deuxième assemblée générale ordinaire est organisée à Kikwit et a abouti à :
• la restructuration du premier comité provincial, en y ajoutant des animateurs considérés comme dynamiques,
• l’adoption d’un règlement intérieur qui devait aider au bon fonctionnement de tous les organes de la société civile provinciale.
Cependant, depuis cette date, la structure provinciale a connu de nombreux problèmes dans son fonctionnement :
- aucune assemblée générale convoquée et tenue,
- conflit entre elle et le CRONGD/Bandundu,
- de nombreux départs non remplacés au niveau de la Coordination provinciale et dans certains comités locaux,
- les organes institués dans le règlement intérieur : « Secrétariat Technique » et « la commission de contrôle » non opérationnels jusqu’à ce jour,
- le mandat de 3 ans des animateurs a largement expiré,
- risque de dislocation entre le Nord et le Sud de la province.
En dépit de tous ces problèmes , certains comités locaux ont mené des actions d’envergure, mais isolées par manque de Coordination et de synergie. C’est pourquoi, les participants à cette assemblée extra ordinaire,
* ayant démontré que le plus grand problème résidait dans les « HOMMES » c’est à dire des animateurs de la structure à tous les niveaux qui n’ont pas manifesté les qualités leur exigées ,
* soucieux de redynamiser pour la unième fois cette structure,
Ont formulé les recommandations suivantes pour le bon fonctionnement de la société civile de la province du Bandundu :

A) Aux organisations membres
Les participants à cette assemblée recommandent aux organisations membres :
• de participer effectivement au bon fonctionnement des comités locaux de leur ressort, en libérant les contributions nécessaires (financières, matérielles, intellectuelles etc…) et d’élire des dirigeants engagés et dynamiques ;
• de rester soudées ( l’union fait la force ) et d’éviter d’adopter des comportements séparatistes qui risquent de fragiliser le mouvement ;
• de veiller à la tenue des réunions, des assemblées statutaires et aux remplacements rapides des vides qui se créent dans l’organisation ;
• de veiller au respect des textes acceptés par tous et de les mettre effectivement en application.

B) Aux comités locaux et à la Coordination provinciale
Les participants à cette assemblée générale extra ordinaire recommandent ce qui suit:
• de tenir des assemblées générales de leurs comités respectifs dans les meilleurs délais et d’élire des responsables engagés et crédibles rapidement avant le 05 janvier 2006,
• de créer des courroies de circulation d’information, de manière horizontale et verticale pour rechercher une plus grande synergie dans les actions,
• d’encourager les organisations membres à encadrer la population de manière efficace dans l’actuel processus électoral,
• que les cinq membres de la coordination provinciale à qui la supervision des rayons suivants a été confiée :

* Bandundu ville, pour la ville de Bandundu et le District du Plateau ;
* Kikwit, pour la ville de Kikwit et les territoires d’Idiofa Gungu, Kahemba et Feshi ;
* Kenge, pour les territoires de Kenge, de Popokabaka et et de Kasongo – Lunda ;
* Inongo, pour tout le District de Mai-Ndombe;
* Bulungu, pour les territtoires de Masi Manimba, de Bulungu et de Bagata;
puissent redynamiser ces territoires et assumer pleinement leurs responsabilités.

C. Par rapport au processus électoral et aux Institutions responsables.
Les participants demandent à la CEI :
- d’intensifier la collaboration avec la Société Civile pour tout le reste du processus électoral et de tenir pleinement la population informée de l’état d’avancement du processus électoral ainsi que de ses propres actions ;
- de travailler de manière transparente vis-à-vis de la société civile ;
- libérer chaque fois à temps, la logistique nécessaire à chaque étape du processus afin de permettre à la société civile de s’impliquer efficacement ;
- Que la CEI gère les contentieux des personnes enrôlées ailleurs mais qui, pour des raisons de service, d’études ou autres, se retrouvent dans d’autres milieux afin de ne pas ce b on nombre d’électeurs.
Les participants recommandent à la population de capitaliser la période de prolongation de l’enrôlement en se faisant enrôler massivement . Ils exigent aux animateurs de la Société Civile de s’impliquer davantage dans le processus électoral jusqu’à son terme.
Ainsi fait à Kikwit, le 02 décembre 2005

(Extrait de la DECLARATION DES PARTICIPANTS A L’ASSEMBLEE GENERALE EXTRA ORDINAIRE DE LA SOCIETE CIVILE
DE LA PROVINCE DU BANDUNDU, Kikwit 01 – 02 déc. 2005)