Enquête sur l’assassinat de Ngyke : Jpdh condamne des menaces de mort contre Jed

Journalistes pour la Promotion et la défense des droits de l’Homme (Jpdh), organisation non gouvernementale neutre de défense des droits de la personne, de lutte contre l’impunité et de développement démocratique basée en RD Congo, est vivement préoccupée par des menaces de mort dirigées contre les responsables de Journalistes en Danger (Jed), une organisation non gouvernementale congolaise de défense de la liberté de la presse à travers un appel téléphonique anonyme .Dans une lettre datée de 10 février 2006 adressée au Président de la République démocratique du Congo via l’Ambassade de la RD Congo aux Etats-Unis dont copie a été transmise à Jpdh, le Comité de Protection de Journalistes (Cpj), une autre organisation de défense de la liberté de la presse établie aux Etats-Unis d’Amérique, fait savoir que les menaces qui pèsent sur DONAT MBAYA et TSHIVIS TSHIVUADI, respectivement président et secrétaire général de Jed ont commencé depuis que Le Soft, un journal paraissant à Kinshasa, a publié dans son édition du 7 février 2006, les résultats de l’enquête – citant des personnalités politiques et des membres du gouvernement proches du Chef de l’Etat- menée par Jed dans l’assassinat de FRANCK NGYKE KANGUNDU, journaliste à La Référence Plus, une publication paraissant à Kinshasa et de son épouse HELENE MPAKA perpétré près de leur domicile, à Mombele (Quartier populaire Centre-Kinshasa) dans la nuit du 2 novembre 2005. Les deux principaux responsables de l’organisation de défense de la liberté de la presse sont obligés de se cacher pour des raisons de sécurité, écrit Cpj.Jpdh rappelle que c’est pour la troisième fois ( 2004-2005) que les membres de Jed sont l’objet des menaces de la part des personnes qui opèrent à visage masqué et qui recourent aux appels téléphoniques et à l’Internet pour menacer et promettre la mort à Jed et à ses membres. Jpdh se souvient d’un E-mail au ton plus que menaçant adressé, en 2004, à Jed par un certain «Général Mbonge », non autrement identifié promettant la mort à DONAT MBAYA et TSHIVIS TSHIVUADI ainsi aux membres de leurs familles. Tout en dénonçant et condamnant des menaces contre Jed et ses animateurs qui n’ont fait que leur travail, Jpdh : -appelle, pour sa part, à la cessation immédiate des actes d’intimidation qui ne contribuent nullement à la promotion de la liberté d’expression dont celle de la presse est le corollaire ;-dénonce la violation de la Constitution de la République qui garantit la libre expression ; de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (Art 19) ; du Pacte international relatif aux Droits civils et politiques (Art 19, litera 2) et de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples (Art 9), et ;- invite, comme le Cpj, le Président de la République à garantir la sécurité des responsables de Jed et ainsi que de leurs familles respectives.
Fait à Kinshasa, le 12 février 2006Journalistes pour la Promotion et la défense des droits de l’Homme (Jpdh)