Le Conafed honoré par le prix André Ryckmans

Le Conafed honoré par le prix André Ryckmans
Le Comité national Femme et Développement, conafed en sigle, a été primé le 13 juillet dernier à bruxelles. La Fondation André Ryckmans a attribué le prix portant le même nom à madame Elise Muhimuzi, secrétaire permanente du Conafed pour la lutte menée depuis 1997 en Rd.congo pour le développement de la femme dans diverses domaines. Ce prix a été présenté à la presse ce mardi au siège du Conafed lors d’une conférence de presse. Ce prix exprime la considération qu’accorde la fondation André Ryckmans, ainsi que toutes les personnes qui l’entourent, au travail qu’effectue le comité pour alléger le poids de la pauvreté, de la souffrance, de l’humiliation et des inégalités de toutes sortes que subit la population congolaise et celle féminine en particulier. Travail qui répond aux aspirations de la fondation. Au-delà, le prix remis à Mme Muhimuzi est le symbole de l’action de la promotion des droits de la femme ainsi que l’engagement de la fondation d’aider à la reconstruction de la Rd congo. Signalons que le prix a été remis à Mme Muhimuzi au sénat belge, à Bruxelles, par Mme Géneviève Ryskmans en présence des sénateurs et autres personnalités belges et congolais présents dans la capitale belge. A Kinshasa, c’est François Ryckmans qui a répondu aux questions de la presse pour le choix porté sur le Conafed à travers sa secrétaire permanente, Mme Elise Muhimuzi. Pour la petite histoire, la fondation porte le nom de André Ryckmans, ce belge vivant au Congo et mort en 1962 qui avait travaillait avec les nationaux et dont la famille et les amis honorent la mémoire en continuant son œuvre tant en Afrique qu’en Amérique latine, sur des projets de développement. Ce seizième prix accordé à une congolaise est justifié par le fait que celle-ci s’est battue bec et ongle sur plusieurs fronts pour la promotion de la femme. Elise Muhimuzi a débuté avec une Ong, puis a associé d’autres femmes pour la formation d’une plate forme d’ongs et associations de femmes,360 au total, pour mieux aider les femmes sur toute l’étendue du territoire congolais ." L’union fait la force ". Présente à plusieurs forums politiques depuis 1997, elle a lutté avec d’autres consoeurs pour la parité homme femme en société et en politique. Ce pari réussi, elle espère que les femmes sauront user de leurs compétences pour servir valablement leur pays et pour l’amélioration qualitative de la situation de la femme soit remarquable et significative.