A PROPOS DE LA CREATION D’ENTREPRISES EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Dans le monde d’aujourd’hui, la création des richesses des nations se fait essentiellement par la voie de l’entreprise. En effet, l’entreprise est, par excellence, un agent de croissance et de progrès des nations ; sa vitalité et son dynamisme déterminent la prospérité générale.
Et les nations les pauvres sont les nations où l’entreprise occupe une place marginale dans leurs sociétés. Et, la République Démocratique du Congo est comptée parmi ces nations, alors qu’elle dispose d’un énorme potentiel de ressources agricoles, forestières et minières.

La création d’entreprises, la réponse intelligente de la crise

De l’analyse de l’environnement socio-économique de la République Démocratique du Congo, il ressort que, depuis plus ou moins trois décennies, la RDC traverse une situation de crise aiguë caractérisée par :
¨ Une croissance négative du Produit Intérieur Brut estimée à – 14,7% ; contre un taux moyen annuel de croissance démographique de 3,3%,
¨ L’effondrement de l’emploi fixe qui ne représentent plus que 848.500 emplois pour l’ensemble du pays,
¨ La paupérisation massive de la population (75% de la population sont dans la pauvreté absolue, 41% dans la pauvreté humaine).
A la base de cette crise, se trouve en effet et principalement l’entreprise. On ne crée pas assez de nouvelles entreprises et, celles existent ferment de plus en plus ou encore produisent moins et moins bien.
Dans ce contexte caractérisé par la récession économique et la paupérisation généralisée, seuls l’entrepreneuriat local et les PME sont à même de recréer le tissu économique de base favorisant la multiplication des échanges sur tout le territoire et de le redecollage économique de la RDC.
Ceux-ci se développent principalement par la création et la croissance de nouvelles entreprises.

L’importance de la création d’entreprises

La création d’entreprises constitue un acte fondamental qui engage l’avenir économique et social des personnes et de leur environnement
Pour la personne, elle facilite son une insertion sociale et professionnelle.
Alors que, pour son environnement, la création d’entreprises est un enjeu déterminant dans la mesure où elle permettra au pays de créer des richesses économiques nouvelles et des emplois durables, densifier le tissu entrepreneurial et revitaliser les territoires, rendant en même temps le pays plus attractif pour les investisseurs étrangers.

La création d’entreprises, un secteur largement ignoré

Malgré l’importance de ce secteur pour le développement durable de la RDC, force est de remarquer que se secteur est largement ignoré par les pouvoirs publics, les ONG et les bailleurs de fonds.
Aussi, faute de données et de statistiques nationales sur la création d’entreprises, il est donc difficile de décrire le secteur de la création d’entreprises en République Démocratique du Congo.
Il importe toutefois de signaler que malgré l’importance de ce secteur pour le développement durable, les entreprises nouvelles ne sont aujourd’hui pas nombreuses en RDC et, il n’existe pas de dispositifs d’appui à la création d’entreprises (institutions, programmes et projets).
On dénote de nombreuses contraintes au développement du secteur de la création d’entreprises en RDC. Il s’agit des contraintes liées au créateur d’entreprise telles que le manque de compétences entrepreneuriales, le manque de patrimoine propre et sa solitude, des contraintes liées à l’absence des acteurs locaux qualifiés pour soutenir la création d’entreprises, les contraintes liées à l’environnement macro-économique contraignant ainsi que les contraintes liées à la fragilité et à l’incertitude des gouvernements congolais, la carence de politiques publiques d’assistance à la création d’entreprises et l’absence d’une mobilisation des moyens conséquents, la capacité de vendre ses priorités aux bailleurs de fonds.

Le défi : Dynamiser la création d’entreprises

Dans un tel contexte mal préparé à encourager la création d’entreprises, le créateur ne créera que s’il est soutenu. Il faut aider autant le créateur à s’engager dans la création, à construire son projet qu’à le démarrer.
Il en coûtera beaucoup pour le promouvoir, mais sans cette action, il n’existerait pas et c’est de lui que viendra l’augmentation du nombre de création d’entreprises en RDC.
Le défi à relever est donc d’accroître le taux de création d’entreprises en RDC dans la mesure où la création d’entreprises est la condition sine qua non du développement économique durable du pays.
Pour ce faire, un certain nombre d’actions devrait être entrepris :

¨Faire de la création d’entreprises une priorité nationale

Pour accroître le taux de création d’entreprises en RDC, il faut faire que le secteur de la création d’entreprises soit élevé au rang de priorité politique par les gouvernements de la RDC. L’expérience montre que les solutions existent lorsqu’une volonté politique claire est exprimée et suivie.
Le gouvernement congolais fera de la création d’entreprises une volonté politique permanente en mettant en place un dispositif global sur la création d’entreprises. Celui-ci devra couvrir le champ complet de la création d’entreprises : réglementaire, social, financier et fiscal, information et communication.
Les mesures à prendre par le gouvernement pourraient notamment viser à faire de la création un acte accessible, simple et rapide.

¨S’appuyer sur les ONG

Les ONG sont devenues des acteurs indispensables pour le développement durable de la RDC. Dans le secteur de la création d’entreprises, l’action de celles-ci sera d’autant plus incontournable que l’aspect local de leur action et leur souplesse devraient permettre des actions personnalisées en direction des créateurs potentiels.
Les ONG devraient être fortement responsabilisées dans la prise en charge local des créateurs potentiels dans la mesure où chaque création d’entreprise est un cas particulier.
C’est pourquoi, il faudrait soutenir la création et la consolidation des ONG travaillant au service des créateurs d’entreprise en RDC.

Dégager d’urgence des ressources au profit de la création d’entreprises

Le secteur de la création d’entreprises est un secteur qu’il en coûte beaucoup de promouvoir.
Dans la mesure où la mobilisation des ressources internes, sous la forme de dotation budgétaire et d’épargne locale, se trouve limitée de manière structurelle, les ressources financières, sous la forme d’Aide Publique De Développement, sont d’une impérieuse nécessité.
Malheureusement, ces ressources financières existantes sont affectées uniquement à des programmes d’assistance humanitaire (santé, éducation…) et d’autres programmes spécifiques (droits de l’homme, démocratisation, femmes, environnement…) alors que, ce dont la RDC a le plus besoin, c’est de réveiller les dynamismes économiques internes.
Les bailleurs de fonds doivent donc réorienter leur aide et faire en sorte que la création d’entreprises soit un élément stratégique de la coopération au développement avec la RDC. Cette coopération au service de la création d’entreprises devrait viser notamment le développement des capacités locales en matière d’accompagnement des créateurs d’entreprise.
Du fait de l’importance du secteur de la création d’entreprises, Aider à la création d’entreprises doit être placé au cœur de l’action pour le développement durable de la RDC et, chaque acteur concerné, suivant le principe de subsidiarité, devra apporter sa contribution à dynamisation de la création d’entreprises.