Sommet des Grands Lacs:les chefs d’Etat signent un pacte de sécurité.

La Conférence de chefs d’Etat des Grands Lacs se clôture ce vendredi à Nairobi au Kenya. Le clou de cette rencontre sera la signature d’un pacte de sécurité et de stabilité élaboré depuis deux ans, rapporte radiookapi.net

Il s’agit avant tout d’un pacte de non agression. Il concerne le Rwanda, le Burundi et la République Démocratique du Congo et par extension tous les pays de champ. Ces pays sont l’Angola, la République Centrafricaine, le Soudan, la République du Congo, la Zambie, l’Ouganda et la Tanzanie.

Ce pacte comprend trois volets : sécurité, stabilité et développement. Cependant, il repose sur le volet stabilité. Chaque pays de la région doit être stable. C’est pourquoi il y a plusieurs protocoles d’accord. Ceux-ci concernent la bonne gouvernance. Les questions de genre (le gender), l’avenir des jeunes et les questions humanitaires ne sont pas oubliés. Il en est de même de la pandémie du sida et les réfugiés. Bref, les Etats s’engagent à ne pas troubler la paix chez les voisins.

La signature de ce traité était prévue ce vendredi matin. Mais elle a été reculée de trois heures à la suite d’un retard sur le programme. Aucune explication officielle n’a été donnée sur ce retard.

Par ailleurs, les participants ont estimé jeudi que la RDC n’avait réalisé que 50% du travail attendu. Elle doit donc faire les 50% restants en neutralisant les rebelles hutu rwandais des FDLR et la rébellion ougandaise de la LRA.

Sommet de Nairobi:
Kabila salue la signature du pacte de sécurité

La Conférence de chefs d’Etat des Grands Lacs s’est achevée ce vendredi à Nairobi, au Kenya, par la signature d’un pacte de sécurité et de stabilité dans la sous-région. Le président congolais Joseph Kabila a salué cet événement qu’il a qualifié d’un acte positif, rapporte radiookapi.net

En marge de ce sommet, Joseph Kabila s’est entretenu ce même vendredi avec plusieurs personnalités, notamment, M. Armand De Decker, ministre belge de la Coopération ainsi qu’avec les délégations canadienne et hollandaise. Ensuite, il a accordé une interview à la presse congolaise et internationale.

Réagissant entre autres à la position de l’Ouganda qui estime qu’il appartient à la RDC de neutraliser les FDLR et la LRA, Joseph Kabila a indiqué que tous les groupes armés, quels qu’ils soient, doivent être traqués. Aussi, pour Joseph Kabila, le fait que son pays n’ait obtenu aucun siège, ni à la Conférence, ni au secrétariat exécutif ni au point focal, ne doit être considéré comme un drame par les Congolais. La RDC a pour le moment d’autres priorités, a-t-il déclaré à ce sujet.

Pour l'ONG Human Rescue/RDC,
Madame Chantal Nyota,
Chargée des Communications.
Tél:00243 812017442.
E-mail:chantal99999nyota@yahoo.fr