TROISIEME REPUBLIQUE : QUELLE POLITIQUE POUR LA JEUNESSE CONGOLAISE ?

Lettre ouverte adressée à Son Excellence Monsieur Antoine GIZENGA FUNDJI
Premier Ministre de la République Démocratique du Congo

Par Moïse CHIRHALWIRWA Masonga
Coordonnateur Général
ACTIONS JEUNESSE

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

Permettez – nous de vous présenter, avant toute chose, nos sincères félicitations pour votre nomination à la tête du Gouvernement qui va tenir les rennes de la Troisième République naissante.

Recevez aussi, Excellence Monsieur le Premier Ministre , nos meilleurs vœux de Bonheur, succès et santé pour cette nouvelle année 2007 .

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

Vous êtes sans ignorer que les jeunes constituent plus de soixante – dix pour cent de la population congolaise totale et qu’il s’agit d’une source et ressource énorme sur laquelle vous devez fonder votre politique gouvernementale et mener ce beau pays à bon port.

La jeunesse congolaise qui n’a que trop souffert n’attend de vous que le respect des principes de base de survie.
Dans ce domaine, il y trop à dire et fort à faire et c’est pourquoi nous vous demandons de prendre votre temps avant de vous y atteler.

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

Nous nous permettons de vous proposer, dans les meilleurs délais, de transmettre au Parlement un projet de loi sur la politique de la jeunesse qui n’a jamais existé, en tant que tel, durant toutes les Républiques et législatures précédentes.

Ce projet de Loi que vos conseillers et experts pourront vous aider à concocter les grandes lignes avant de le proposer au Parlement concernera dans sa majorité les points suivants :
- La protection et la Promotion de la Jeunesse ;
- Sa participation ( Directe et Indirecte ) à la prise de décisions à tous les niveaux ;
- La restructuration et la re - formulation des principes directeurs du Conseil National de la Jeunesse qui sera doté d’un statut juridique officiel et rattaché aux Ministères qui ont la jeunesse ( directement ou indirectement ) dans leurs attributions.

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

Nous éviterons ici le débat sur les limites d’age de la jeunesse et comme dit tout haut nous laissons cet exercice aux experts.

Cette loi sur la jeunesse pourra dans ses grandes lignes garantir :

- La promotion des conditions favorables au développement humain, intégré et intégral de la jeunesse congolaise par la mise en place des services particuliers à cette frange de la population en matière de Santé, Education, Sécurité, Culture, Protection, Médiation, Participation , Innovation, Ouverture et Information
- Le soutien inconditionnel à tous les programmes et projets publics, privés et associatifs ayant l’objectif final l’épanouissement harmonieux de la jeunesse ;
- …

L’intérêt fondamental du jeune congolais devant régir cette loi, vos experts s’appesantiront sur les préoccupations et besoins réels de la jeunesse congolaise et pour ce faire, celle – ci devra être appelée à contribution, pourquoi pas à travers par votre personnelle convocation d’un COLLOQUE NATIONAL DE LA JEUNESSE CONGOLAISE dont les réflexions et recommandations constitueront les poutres de ce projet de loi.

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

Le temps passe et il passe vite !
La jeunesse congolaise, à l’instar de tout le Peuple congolais, n’attend que voir les résultats de l’action commune des nouvelles institutions de la Troisième République !
Vous aurez toujours sur vos épaules cette jeunesse assoiffée d’un avenir radieux et prête à contribuer d’une façon ou d’une autre à la reconstruction du pays.
Au risque de voir cette jeunesse manipulée par des politiciens véreux pour vous rendre la tache difficile, prière donc en faire l’une de vos priorités dans le programme que vous nous présenterez bientôt !

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

Notre pays, la République Démocratique du Congo, est partie prenante à multiples Accords et textes internationaux ayant la jeunesse au centre de leurs objectifs ; il vous sera donc si aisé de les appliquer sur base des besoins identifiés, des objectifs définis, de moyens disponibles mais aussi et surtout de la volonté politique des décideurs publics.
Pour que cette politique de la jeunesse puisse devenir une réalité, il faudra à votre gouvernement un engagement institutionnel et individuel dans le combat contre la corruption et l’usage abusif du pouvoir et des finances de l’Etat.
Dans le sens où les recettes de l’Etat entrent en totalité dans les caisses du Trésor Public, les moyens de subventions seront donc disponibles pour traduire en pratique les grandes lignes de la loi sur la politique de la jeunesse.
La participation de la jeunesse pourra se matérialiser à travers le Conseil National de la Jeunesse représentant au niveau national les différents Parlements Provinciaux de la Jeunesse.
Nous vous serons très gré, Excellence Monsieur le Premier Ministre , de vous voir individuellement impliqué !

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

La subvention aux services, commissions, conseils ou parlements de la jeunesse à tous les niveaux pourra émaner des entités administratives respectives dans le cas où le Budget National ne serait pas à même de tout couvrir.
Vos experts pourront proposer le pourcentage que réserverons ces entités administratives à la jeunesse dans leur clé de répartition des recettes.

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

Les idées sur la politique de la jeunesse ne tarissent pas mais permettez – nous d’ouvrir une discussion sur la jeunesse et le sport congolais.
Vous êtes sans ignorer que le domaine du sport national congolais a été martyrisé par les gouvernements précédents et combien nos compatriotes athlètes pourtant capables de faire mieux ont subi humiliations et défaites par suite de négligence de certains décideurs.
Nous avons vif espoir que votre gouvernement s’attellera à répondre toujours présent et à être disponible aux besoins sportifs nationaux et internationaux de la jeunesse sportive congolaise !

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

A coté du sport, la promotion de la culture chez les jeunes doit aussi être prise en compte dans la nouvelle politique nationale de la jeunesse.
La République Démocratique du Congo est un bouillon de cultures et les artistes congolais, malgré l’irresponsabilité et la démission des décideurs et pouvoirs publics, ont toujours porté haut et ferme l’étendard culturel de notre pays.

Excellence Monsieur le Premier Ministre ;

Cette politique de la jeunesse sera pour les jeunes congolais un exercice de citoyenneté active et aura une part prépondérante au cœur du programme de votre Gouvernement aux fins de permettre une meilleure visibilité et lisibilité sur la relève que devra prendre la jeunesse congolaise dans l’avenir.
Sur ce, permettez-nous, Excellence Monsieur le Premier Ministre , de vous saluer et de continuer à espérer que vous tiendrez compte de nos présentes préoccupations tout en vous garantissant notre entière confiance et collaboration dans la réalisation de ce programme pour la jeunesse congolaise.

Que vive la Jeunesse Congolaise !
Que vive la République Démocratique du Congo !

Fait à Kinshasa, ce 10 janvier 2007

Moïse CHIRHALWIRWA Masonga

Coordonnateur Général
ACTIONS JEUNESSE