Rapport de la mission d'observation des frontières effectuée à Kahemba / Bandundu en RDCongo

RAPPORT DE LA MISSION D’OBSERVATION DES FRONTIERES EFFECTUEE PAR LE COJESKI / BANDUNDU Dans le Groupement de SHAYIMBWANDA, Secteur - Chefferie de MWAMUSHIKO,
Territoire de KAHEMBA,
District de KWANGO / Province de BANDUNDU

0. PRESENTATION ADMINISTRATIVE

SHAYIMBWANDA, SHAKADIATA ET SHAYINGI (SHAHON)
PROVINCE DE BANDUNDU
DISTRICT DU KWANGO
TERRITOIRE DE KAHEMBA
SECTEUR CHEFFERIE DE MWAMUSHIKO
GROUPEMENT DE SHAYIMBWANDA

I. PRESENTATION ECLESIASTIQUE

SHAYIMBWANDA, SHAKADIATA ET SHAYINGI (SHAHON) Appartiennent au diocèse de Kikwit, paroisse de SHAMUSENGE (KAHEMBA).

III. CONTEXTE DE LA MISSION

La Société Civile de Bandundu, dans sa récente déclaration sur la situation qui prévaut à la frontière entre l’Angola et la R.D.C., dans le groupement de Shayimbwanda, avait prévu de dépêcher une équipe sur terrain afin de s’enquérir de ce qui s’y passe réellement. C’est ainsi que le samedi 14 avril 2007 la commission constituée a pu prendre place à bord d’une Jeep pour se rendre à Shayimbwanda en passant par Kahemba. C’est la paroisse Shamusenge qui l’a reçue.
Le COJESKI/BANDUNDU a donc fait partie de la délégation de la Société Civile de Bandundu dont voici la composition :

•Mr. Arsène Ngondo (commission justice et paix Kikwit)
•Mr. Déo Kabamba (Pax-Christi / RENADHOC )
•Mr. Raymond Kitako (RECIC)
•Mr. Davin NZWANGA (COJESKI / Bandundu)
•Pasteur Odon Mukashienu (Eglise du Christ au Congo « ECC »). Cette délégation a été rejointe par l’Abbé Katunda, Curé de Shamusenge dont dépend pastoralement le Groupement Shayimbwanda.

Le COJESKI/BANDUNDU fait ici état des observations individuelles et collectives effectuées sur le lieu, qu’il intègre dans le présent rapport qui se veut signalétique.
Partie de Kahemba le lundi 16 avril 2007, la délégation a parcouru 131 kilomètre en véhicule jusqu’à Shamukulu, où elle a du laisser le véhicule pour continuer à pied les 80 kilomètres restant. Arriver mardi 17 avril 2007 là où se trouve l’Etat Major de l’Armée Congolaise. (Village Shakombe)

Le même jour, l’officier de la police congolaise a envoyé un message aux militaires angolais basés à la source de la rivière Kakamba pour leur annoncer l’arrivée de la délégation. Les Angolais ont répondu en demandant la composition de la commission, ce qui a été fait, et leur message de réponse demandait d’attendre jusqu’au lendemain matin, soit le mercredi 18 avril 2007.

IV. CONSTATS

Arrivée à la barrière, la délégation a constatée qui suit :

 Il y a une barrière érigée par l’Armée Angolaise à la borne 21 qui se trouve au niveau de la source Kakamba sur la route qui mène vers Shayimwanda. C’est là où le drapeau Angolais flotte et le lieu où les commandants Angolais DAROSA, PANZU, etc.… sèment la terreur ;

 Les bornes 20 et 22 sont encore introuvables ;

 Les Angolais se sont approprié la borne frontalière 21 ;

 Trois village congolais sont sous occupation angolaise : Shayimbwanda, Shakadiata et Shayingi ;

 L’école primaire catholique de Shayimbwanda ne fonctionne plus. Les enseignants et le directeur ont fuit parce que les militaires angolais leur demandaient d’assurer les cours en portugais et de transmettre le rapport à Lova (Ville Angolaise) ;

 Les agents de tous les services spéciaux et de l’administration congolaise ont été chassés de Shayimbwanda sans violence ;

 Les familles des agents chassés sont à Shakombe où ils mènent une vie de déplacés interne, sans assistance et abandonnée à leur triste sort ;

 La police angolaise est allée à Shayimbwanda pour faire le recensement de la population congolaise, mais celle-ci a refusé ;

 La police angolaise est en train d’intoxiquer la population en promettant la construction d’infrastructures routières, hospitalières, scolaires, etc… ;

 La délégation a remarqué que la population ressentait un sentiment d’abandon de la part de l’administration congolaise à cause de l’enclavement, et du temps que prend le dénouement de cette affaire ;

 La population est déterminée à demeurer congolaise ;

 Nous avons trouvé des combattants congolais très engagés et prêts à aller au front, mais mal ravitaillés et sous équipés ;

 Enfin, de toutes les déclarations enregistrées, aucune n’a contredit une autre sur l’occupation illégale de Shayimbwanda par l’armée angolaise.

La commission a terminé sa mission le mercredi 18 avril 2007 après un long entretien avec l’Armée angolaise, et elle a repris le chemin de Kahemba, en faisant un rapport verbal aux autorités tant militaires, administratives et coutumières qui l’a reçue sur place.

Elle a passé une nuit en route, est arrivée à Kahemba le jeudi soir. Elle est rentrée à Kikwit le vendredi 20 avril 2007.

V. COMMENTAIRES

 Constats généraux :

1) Porosité à la frontière Congolo-Angolaise côté de la R.D.C ;
2) Enclavement de la population congolaise occupée par l’armée Angolaise ;
3) Abandon total de la population par l’administration publique congolaise.

V.1 POROSITE A LA FRONTIERE

 Cette préoccupation a été déjà soulevée lors du Colloque National des jeunes sur la paix et cohabitation pacifique durant le processus électorale en R.D.C, par la délégation du COJESKI / Bandundu à Kinshasa du 18 au 21 mai 2005.

 Preuve pour laquelle au moment où les troupes angolaises venaient pour occuper de force Shayimbwanda et consort, il n’y avait aucun élément de la police ni des services spéciaux à la frontière

 Sur place à Shayimbwanda, elle n’a trouvée que trois éléments de la police mal vêtu, et non équipés et deux agents de services spéciaux l’un de ANR et l’autre de DGM.

V.2 ENCLAVEMENT DE LA POPULATION

 Cette population vit isolée du reste du monde et ce qui entraîne une pauvreté extrême. Pour qu’elle puisse s’approvisionner même du sel, savon, etc…il faut qu’elle arrive à faire prêt de 200 kilomètre pour atteindre Kahemba et 150 kilomètre pour atteindre Tshikapa, ses deux principaux lieux de ravitaillement en denrées alimentaires et biens de première nécessité.

 Absence d’infrastructures adéquates de base : Pas d’Hôpitaux, pas d’écoles sauf une seule école primaire catholique à Shayimbwanda et une école secondaire à 15 kilomètre, pas des routes, un seul dispensaire à Mwasengi. Rares sont les personnes d’une trentaine d’année qui ont déjà vu un véhicule ou une moto, sauf un vélo dans ce recoin du territoire national.

V.3. ABANDON TOTAL DE LA POPULATION PAR
L’ADMINISTRATION PUBLIQUE CONGOLAISE

Depuis cette multitude des délégations officielles venues, même la délégation parlementaire, personne n’a vraiment plaidé pour leur cause. Car cette cause est juste. Elle (population) est congolaise et ne veut en aucun cas devenir Angolaise.
Elle se pose la question pourquoi à Kinshasa on bloque même le rapport de la Commission parlementaire qui était sur place !

N.B. : Personne parmi toutes ces délégations a foulée le sol de Shayimbwanda et consort. Même la délégation parlementaire a eu beaucoup de peines pour voir même la borne 21 que la population reconnaît entant que une borne géologique et non frontalière, n’eut été l’intervention musclée de vos soldats congolais.
Qui peut répondre à cette interrogation de la population de la contrée? Pour quoi cet oubli et ce silence de notre Gouvernement ? Est-ce un silence complice ?

Cette affaire de Shayimbwanda et consort nécessite une vigilance sans relâche et une union sans faille autour du peuple de Shayimbwanda et consort en particulier et du peuple congolais en général. La misère du peuple congolais a assez durée.

Notre rôle à tous, maintenant est de préserver les acquits de la nation tels que laissées par les colons contre toute tentative d’occupation, d’aliénation ou de cession. Pour notre part, nous sommes sûr que vous êtes conscient là où vous êtes du devoir que vous impose la patrie, de faire quelque chose pour que le population de Shayimbwanda et consort recouvre la nationalité congolaise qu’elle veut bien garder.

Nous avons été témoins…

Vous allez vous demander pour quoi dans ce rapport nous parlons de trois villages en lieu place de 13 ?
Réponse : dans la tradition Tshokwe un grand village peut avoir à son sein 2, 3, 4, 5 petits villages.

VI. CONCLUSION

Aucune des déclarations attendues sur place, venant de toutes les sources à la fois historiques, coutumières, ecclésiales, politiques, géographiques et frontalières, ne donne lieu à l’appartenance du Groupement Shayimbwanda à la République d’Angola.

VII. RECOMMANDATIONS

Nous n’avons qu’une chose à faire. A qui ? Au Président de la République élu. A qui nous demandons de jouer pleinement son rôle en tant que garant de la Nation et de l’intégrité du territoire. Cfr. Art : 69 de la Constitution de la République Démocratique du Congo.

Nous sommes disposé à fournir d’autres éléments d’informations complémentaires pour éclaircissements y compris les éléments audi-visules pour s’enquérir de la situation réelle et d’en apporter un jugement sincère.

Nous vous remercions.

Fait à Kikwit, le 27 avril 2007

Pour la Jeunesse Congolaise de BANDUNDU,
Le COJESKI / BANDUNDU,

Davin NZWANGA
Coordonnateur Provincial


Lien Internet suggéré

Brève description du lien

=============================================== Collectif des Organisations des Jeunes Solidaires du Congo-Kinshasa(COJESKI-RDC)= Réseau National de 340 Associations des Jeunes oeuvrant en RDCongo depuis 1995 dans les domaines de la démocratie, des droits de l'homme, de la bonne gouvernance, du développement durable et du Plaidoyer national,régional et international. ********************************************* Doté de la personnalité juridique, du statut d'observateur auprès de la Commission Africaine des droits de l'homme et des peuples / Union Africaine et Jouissant du Statut Consultatif Spécial auprès du Conseil Economique et Social des Nations Unies(ECOSOC). ********************************************** Plate-forme Jeunesse affiliée et membre de/du : -Conseil National de la Jeunesse de la RDCongo ; -Réseau National des ONGs des droits de l'homme de la Rép.Démocratique du Congo(RENADHOC); -Société Civile de la RDCongo ; -Bureau International de Paix (IPB); -Global Youth Action Network (GYAN) ; -Forum Mondial de la Société Civile (WCSF); -Campagne Mondiale pour la réforme des Institutions Internationales ; -Mouvement Mondial pour la Démocratie(WMD); -Youth Employment Summit (YES Network). ********************************** Bureaux de Répresentation en RDCongo : Bukavu,Uvira,Goma,Beni,Butembo,Kindu,kasongo, Kibombo,Matadi,Boma,Kisangani,Isiro,Buta,Bunia, Isangi,Mbujimayi,Lodja,Kananga,Tshikapa, Lubumbashi,Kolwezi,Dilolo,Likasi,Kambove, Sakania,Kamina,Mbandaka,Bumba,Gbadolite,Kikwit, Bandundu etIdiofa. Représentations à l'Extérieur du Pays : Johannesburg,Nairobi,Kampala,Kigoma,Cotonou, Bruxelles,Paris,Limoges,Rome,Palerme,New-York, Chicago,Berne,Genève,Londres,Ottawa, Montréal,Leipzig et Washington. ********************************************** Siège Administratif : N° 22, Avenue Cimbushi, Quartier Motel FIKIN, 16ème Rue Résidentielle, Commune de Limeté,Ville de Kinshasa, B.P : 448 Kinshasa I / République Démocratique du Congo Tél. :+(243)998.121.369/998.278.317/998.666.310 Fax : + 0033.821.188.448/+(243)81.64.34.010 E-mail : cojeski_rdcongo@yahoo.com / cojeski.rdc@societecivile.cd/cojeski.rdc@ic.cd Sites Web : www.cojeski.org/www.societecivile.cd