LE PHENOMENE MBORORO ET SES CONSEQUENCES

LE PHENOMENE MBORORO ET SES CONSEQUENCES

1. CONTEXTE HISTORIQUE

Les MBORORO sont un peuple nomade autrement appelé les MBORORO FURATA . Ce sont des éleveurs africains venu de la République centre africaine.
Il fut son irruption en RDC pour la première fois en 1986 sous le régime du feu maréchal MOBUTU et fut repoussé par nos troupes basées à Kisangani.
Mais en 2002, sous le règne du MLC(mouvement de libération du Congo)de Jean Pierre BEMBA et sous la haute autorité de Mr BULE actuellement Député National, dans le district de Bas Uélé. Ce peuple éleveur s’est installé dans le territoire d’Ango moyennant quelques têtes de bétail et payement des taxes exigés par l’autorité rebelle.
En quête du pâturage pour leurs bêtes ,les MBORORO se sont infiltrés dans le territoire d’Ango par les pistes frontaliers de OBO en RCA vers PASSI en RDC et de MBOKI en RCA vers la rivière GWANE en RDC après avoir traversé la rivière MBOMU.
Toutefois il importe de signaler que Ango est l’un des six territoires qui composent le district de Bas Uélé dans la province orientale. Il s’agit de Ango, Aketi, Bambesa, Bondo, Buta et Poko.
Le territoire d’Ango est le plus vaste de ses territoires avec une superficie de 34.704km2 avec une densité de 49.454 habitants par km2.
Le Territoire d’Ango est composé de 4 collectivités : EZO, MOPOY, NGINDOet SASA. Il est limité au Nord par la RCA, au Nord Est par le Soudan,à l’Est par le District du Haut Uélé, à l’Est-ouest par le territoire de Poko.

2. LA PROBLEMATIQUE

En quête des bons pâturages pour leurs bétails, et fouillant l’épidémie de Trypanosome qui attaquait ce bétail , les MBORORO FURATA ont envahi Ango en ravageant des champs des paysans, semant ainsi la disette dans la contrée et mettant en fuite la population autochtone.
D’autre part, il sied de signaler qu’à ce groupe MBORORO FURATA, s’est ajouté une bande des Braconniers Soudanais, Tchadiens et Libyens etc… qui sèment la terreur parmi les bêtes et la Population d’Ango. Ceci crée l’insécurité dans cette partie du pays. D’ailleurs le territoire de Poko est aussi menacé par ce mouvement d’immigration.
Il est donc incontestable que la présence des MBORORO et des Braconniers sur le territoire congolais constitue une menace certaine et permanente de la sécurité nationale. Les exemples de l’ Ituri, du Nord et du Sud Kivu sont assez éloquents à ce sujet.
C’est pourquoi l’ong CAREO antenne de Buta lance un appel pathétique au peuple congolais, aux organisations non gouvernementales et à l’Etat congolais de mettre tout en marche pour mettre les envahisseurs MBORORO et autres hors d’état de nuire et de voler au secours à la population d’Ango rendue réfugiée sur son propre sol ie Déplacés internes.

3. CONSEQUENCES ET DANGER POUR LA POPULATION

La présence permanente des MBORORO sur le sol congolais a des conséquences très néfastes :

1. Insécurité pour la population et menace de la souveraineté nationale, la présence des MBORORO créé un couloir pour une entrée rebelle,
2. Ravage des champs de la population autochtone par le bétail entraînant la famine ;
3. des Maladies transmises par la présence de ces bêtes et par les unions entre ces éleveurs et la population locales( IST,maladie du sommeil causée par les mouches tsé-tsé ) ;
4. Existence des des déplacés internes (déplacement de la population) ;
5. Risque de désertification du milieu suite au broutage des herbes par le bétail avec comme conséquence destruction de la flore et la faune ;
6. La non scolarisation des enfants ;
7. Détournement des deniers publics. Les taxes payées par les éleveurs profitent à quelques individus et non à l’Etat congolais ;
8. La malnutrition des enfants exposés aux diverses maladies suite aux sous- alimentation et manque des soins de santé ;
9. Manque d’eau potable ;
10. La population de territoire d’Ango est moins dense à cause de :
• Mortalité infantile par manque des des produits pharmaceutiques de première nécessité.
• Maladies vénériennes mal soignées et risque de prévalence des IST et du VIH/SIDA.
• Les mariages entre les jeunes filles et les vieux hommes, et entre les vieilles femmes et les jeunes gens (mariages forcés et inceste).

4. RECOMMANDATIONS

1. A l’Etat congolais :

• Garantir la souveraineté et l’intégralité Nationale en boutant dehors les MBORORO et autres braconniers étrangers ( libyen, soudanais,Tchadiens et/ou Ougandais…) ;
• A l’Institut de conservation de la nature et tourisme de chasser les hommes autour de domaine de chasse et de bien gérer la population des zones protégées (éleveurs, agriculteurs, chasseurs) afin de protéger la faune et flore dans les réserves naturelles intégrales ou quasi intégrales ;
• Créer les infrastructures scolaires et sanitaires pour ces enfants victimes des phénomènes MBORORO.
• Que l’UNICEF crée à Buta un centre de récupération pour la formation des enfants des retournés et autres catégories de la place.

2. Aux différents partenaires humanitaires et de développements.

• Combattre les violences sexuelles sous toutes ses formes : Viol, proxenétisme, harcèlement sexuel, mariage forcé, la pédophilie ; Le « SAPE NGBAYA » ie mariage entre le mari veuf et la sœur cadette de l’épouse défunte ou Le « TAKPALA NINGELE » ie mariage entre la femme de l’oncle (le défunt) et le neveu moi nagée que la veuve cause de taux de natalité très faible.
• Combattre les maladies sexuellement transmissibles et le VIH/SIDA ;
• Créer un centre nutritionnel pour les enfants déplacés qui acquise une malnutrition sévère ainsi que leurs parents avec acquitté les orphelins.
• Assainir l’Eau dans l’aménagement des sources d’eau qui existent, forage des puits et rétablir rapidement la REGIDESO.

Fais à Buta, le 13 juillet 2007-07-26

Antenne CREO/ Buta

Sé/ Patience LIKANDJA , Chef d’Antenne
roger NEBANDROMBIA, Conseiller Juridique