Donald Kaberuka;Président de la Banque Africaine de Développement,BAD en sigle annonce l'accroissement de l'aide en RD.Congo.

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka a tenu, le mardi 31 juillet 2007, un point de presse, au salon Lubumbashi du Grand Hôtel Kinshasa. L'objet de cette rencontre avec les professionnels des médias était de faire l'évaluation de sa visite officielle de trois jours en République démocratique du Congo.

Il a, à cette occasion, exprimé sa profonde satisfaction de ce qu'il a vu et entendu après les différents contacts qu'il a eus avec les autorités congolaises. «Je suis très encouragé des progrès réels enregistrés par le Congo : depuis quelques années la reconstruction est lancée, le travail de la stabilisation économique commence à porter ses fruits, tout naturellement pour un pays qui sort de conflit ce n'est pas facile ; ça prendra du temps».

Donald Kaberuka a, ensuite, souligné que la BAD est le deuxième partenaire de la RDC après la Banque mondiale, mais aussi au sein des opérations de la BAD sur le guichet concessionnel. Et, pour prouver l'importance de cette coopération, Donald Kaberuka a fait savoir que le Congo Kinshasa est le deuxième client de la Banque africaine de développement.

Stabilité régionale

« Je suis très encouragé aussi par la stabilisation de la région .La BAD est très encouragée par l'intégration régionale, et la stabilité en voie d'être retrouvée dans la région des Grands Lacs nous encourage énormément d'aller dans le sens de l'intégration régionale », a déclaré Donald Kaberuka.

Il a, en outre, souligné que le bassin du Congo est le deuxième bassin écologique du monde après l'Amazone au Brésil, précisant que c'est un patrimoine universel à conserver.

C'est dans ce contexte, a-t-il poursuivi, que la BAD a intensifié le travail avec les pays du bassin du Congo, pour les aider à confirmer le patrimoine universel dans le sens de développement en tenant compte de l'évolution des changements climatiques.

La BAD, a-t-il fait savoir, vient de mettre en place une nouvelle politique pour les pays post-conflit et les états dits fragiles. Et d'ajouter : « Nous reconnaissons aujourd'hui qu'il faut absolument trouver les moyens pour stabiliser les économies de ces pays par des ressources supplémentaires et les mécanismes plus adéquats.

Il a assuré qu'au terme de sa visite à Kinshasa, les choses sont très claires et qu'avec la nouvelle politiques des pays fragiles, la BAD peut rester aux côtés de la RDC, et le soutenir dans l'effort du développement conformément à sa politique 2008-2012.

Inauguration du bureau régional

Auparavant, le président du Groupe de la BAD a procédé à la signature des plusieurs accords avec les autorités congolaises. Il s'agit notamment de l'accord de 25 millions USD signé mardi avec le ministre congolais des Finances Athanase Matenda concernant la Démobilisation, réintégration économique et sociale, qui va permettre aux anciens combattants de faciliter leur réintégration dans la vie, et d'avoir une vie normale.

M. Donald a également signé un accord sur le projet d'adduction d'eau pour les trois grandes villes de la RDC. Cet accord permettra aux populations d'avoir l'eau potable, a-t-il déclaré avant de préciser que la BAD a un portefeuille de 450 millions destinés à tous les secteurs de l'économie. Dans le programme des trois années, l'enveloppe va dépasser 500 millions USD.

Il a ajouté que la BAD est en train d'instruire d'importants projets dans le secteur de l'énergie, notamment la réhabilitation des sites d'Inga ainsi que dans le secteur minier en RDC. Kaberuka a déclaré que le projet Tenke Fungurume porte sur un montant de 100 millions de dollars US et que, par ailleurs, la BAD entend intensifier ses efforts d'identification des projets privés dans les différents secteurs d'activité économique dans les deux Congo.

Il a également inauguré le Bureau régional pour la République démocratique du Congo (CDFO), situé au sixième niveau de l'immeuble de la Banque commerciale du Congo (BCDC). Ce bureau concerne les deux Congo et s'inscrit dans le cadre de la politique de décentralisation mise en œuvre par la Banque pour se rapprocher de ses clients. La Banque a fait ce choix stratégique en vue d'accroître l'efficacité et l'impact de ses interventions dans les différents pays emprunteurs.

La nouvelle représentation régionale, a-t-il fait savoir, devrait permettre une gestion et un suivi régulier du portefeuille des projets et programmes dans les deux pays d'un montant consolidé d'environ 500 millions USD qui en fait le deuxième en importance du guichet FAD après l'Ethiopie.

Nouvelle stratégie pour les Etats fragiles

Cette stratégie future, précise le communiqué de presse de la BAD, se déclinera en cinq axes ci-dessous. La nouvelle politique de la Banque pour les pays fragiles prévoit la mise en place d'un programme spécifique d'assistance répondant aux défis complexes de développement de ces pays. Ce programme permettra à la RDC de bénéficier, dans le cadre du FAD XI, des ressources additionnelles au titre de la politique pour les pays fragiles.

En outre, la banque accordera une attention particulière aux projets qui, en RDC, soutiendront les efforts d'intégration en Afrique centrale dans des domaines aussi variés que les infrastructures, la lutte contre le VIH/Sida et l'agriculture. Les actions dans ces domaines seront menées en étroite collaboration avec la CEEAC.

La conservation et la pérennisation des écosystèmes forestiers du Bassin du Congo «deuxième poumon de la terre», constitueront pour la Banque une action prioritaire au cours des prochaines années. A cet effet, la Banque se propose d'organiser à Tunis une réunion des Etats concernés de la région et leurs partenaires au développement pour discuter des voies et moyens permettant de mettre en œuvre le Plan de Contingence adopté par le dernier sommet sur la forêt du Bassin du Congo. Pierre Emangongo

Pour la Coordinnation Nationale de l'ONG Human Rescue/RD.Congo,
Madame Chantal Nyota,
Chargée des Communication à la Coordinnation Nationale de Kinshasa.
Web:www.societecivile.cd/node/535