NORD-KIVU ET SUD-KIVU : « Tel nom tel sort »

Avec les nouvelles pertes des territoires déjà récupérés par les FARDC, en faveur des hommes de Kunda, aucun ne se demande quels ont été le contenu des accords que le gouvernement congolais aurait signé avec le Rwanda d’une part et le Général déchu Nkunda d’une autre part.
Souvent tenues secrètes, les rencontres entre les autorités de Kinshasa avec Nkunda demeurent jusqu’à présent les seuls outils pouvant expliquer ce qui se passe sur le terrain des combats dans le Nord-Kivu.
Malheureusement, ce sont de simples militaires, fils du Congo, qui périssent en se battant pour un objectif incertain pour eux, et inutile pour les tenants du pouvoir. C’est le cas aussi de toute cette population, en majorité femmes et enfants, déplacée et exposée aux maladies et intemperies, à une catastrophe humanitaire à cause d’une guerre sans fondement.

Comme qui dirait que certains jouent un jeu de dames dans lesquels les pions sont à la fois la population locale et les simples soldats.
En fait, le mieux c’est de se trouver du côté des joueurs car seuls ont la possibilité de faire le bon temps et la pluie selon ce que bon leur semble pourvue que les accords soient respectés.

Les conséquences de ce jeu peuvent être représentées sous deux ordres : à court terme et à long terme.

A court terme, l’approvisionnement en nourritures de base pour les deux Kivu en soufre. C’est le cas aussi des produits importés par l’inexploitation des routes vers les pays voisins à part le Rwanda. Le pire c’est la situation humanitaire que sont entrain de vivre les populations déplacées de leurs villages.

A long terme, ça sera encore plus grave. Le Nord-Kivu risque de tomber dans la même situation économique que celle traverse la province du Sud-Kivu. Pour ceux qui ne le savent pas encore, les beignets consommés dans la ville de Bukavu sont importés du Rwanda, la farine de manioc consommée à Walungu vient du Rwanda, la viande de bœuf vendue dans les marchés du Sud-Kivu vient du Rwanda ; quitter la ville de Bukavu pour aller à Uvira on est obligé de passer par le Rwanda sans oublier les multiples taxes à payer pour le trésor public rwandais ; bref, une dépendance économique qui semble être plus humiliant que la dépendance politique.
Compte tenu de l’insécurité grandissante dans les territoires du Nord-Kivu, surtout à Rusthuru et Masisi qui sont les deux bases alimentaires de deux Kivu, le Nord-Kivu risque de suivre l’exemple du Sud-Kivu si les autorités politiques ne réagissent pas leur manière de gestion de l’Etat.

Comme qui dirait « tel nom tel sort », Kivu est devient le déterminent du destin de ces deux provinces.

Au Sud-Kivu, les atrocités sont en grande partie causées par des rebelles étrangers qui violent, pillent et enlèvent les paisibles citoyens. Cela, nous rappelle la situation qu’a traversée le Groupement de Kaniola dans le territoire de Walungu. Ces rebelles étrangers sont pourchassés « sans inquiétude » par les FARDC. Est-ce aussi la conséquence des accords ?

Au Nord-Kivu, la catastrophe humanitaire serait causée par la guerre de rébellion. Cette rébellion se voit combattue et chassée des territoires qu’elle occupe par les FARDC puis, elle les récupérer « sans inquiétude ». Est-ce encore la conséquence des accords ?

En fin « tel nom tel sort », Kivu est devenu le déterminent du destin de ces deux provinces.


Brève description du lien

Remy Murhula +243810185903 remymurhula@yahoo.fr