Agence France Presse : Guerre à Bukavu et Processus de Paix en RDC

Les combats à Bukavu partie d'un plan pour maintenir la division du pays (société civile)
--------
GENEVE, 7 avr (AFP) - Les combats ayant éclaté dimanche à Bukavu (est de la République démocratique du Congo) entre le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) et la milice Mudundu 40 font partie d'un plan orchestré par le Rwanda pour maintenir la division de la RDC, a accusé lundi à Genève le Réseau national des ONG des droits de l'homme de RDC (RENADHOC).
Une femme et trois soldats du RCD ont été tués dimanche dans des combats qui les ont opposés à cette milice locale à Bukavu, où des tirs sporadiques étaient encore audibles lundi, selon des sources concordantes.
Fernandez Murhola, porte-parole du RENADHOC, venu à Genève à l'occasion de la Commission des droits de l'homme (CDH) de l'Onu, a déclaré à l'AFP que "ces affrontements ont pour mission de briser la dynamique de réunification du pays, de liquider certains personnages clé dans les Eglises et la société civile à Bukavu, et de légitimer et pérenniser la présence militaire rwandaise dans la ville et l'est du Congo".
"Nous dénonçons les déplacements de population et les violations des droits de l'homme occasionnés par ces affrontements", a-t-il dit, citant l'assassinat du pasteur Désiré Amisi, président de la société civile d'Uvira (à 60 km de Bukavu), dans la nuit du 2 et 3 avril, ainsi que l'arrestation de ses porte-parole et secrétaire, Ferdinand Bitahwa et Jacques Mbale.
"Le Rwanda et le RCD jouent ce jeu, ils l'ont arrangé au sommet", a-t-il affirmé.
Le RCD, soutenu par le Rwanda, est signataire des accords de Prétoria de 2002 et du plan de transition démocratique adopté la semaine dernière.
"Le RCD et le Mudundu 40 sont des alliés et des branches armées du Rwanda. (..) Ce sont deux enfants du même père qui se battent avec son autorisation, pour atteindre l'objectif qu'il veut atteindre", a affirmé M. Murhola.
Le Mudundu 40, a-t-il expliqué, est un groupe de résistants maï-maï "acheté par le Rwanda", qui n'est pas partie aux accords. Selon lui, ce groupe, animé par Patient Mwendanga, ex-gouverneur du Sud-Kivu, "ne serait pas logiquement en mesure de prendre une grande ville comme Bukavu, mais il est appuyé par le Rwanda".

AGENCE FRANCE PRESSE
(Genève, le 7 avril 2003).