Dialogue InterCongolais (ouvrage)

Un ministre du gouvernement « Tshisekedi » issu de la Conférence Nationale Souveraine (CNS), en la personne de Monsieur AT ALE, déclara une fois en 1993 à la Radio Nationale que «pour avoir la paix au Zaïre, il faut caser tous les politiciens, les uns au Gouvernement, les autres au Portefeuille et le reste dans la diplomatie, car c'est le syndrome du chômage qui fait agiter les leaders politiques et non l'intérêt du peuple ».
Ce qui était hier une déclaration sans éclat, passe aujourd'hui pour une prophétie du fait d'avoir été vérifiée sur toute la ligne. La fluidité du Dialogue intercongolais de Sun City en est un exemple récent. Les dirigeants congolais ont démontré une fois de plus qu'ils n'ont ni le sens de l'Etat, ni celui de la nation. Ils se battent simplement pour leur survie.
Cette préoccupation saute immédiatement aux yeux lorsqu'ils arrivent aux commandes d'une institution. Ils la gèrent comme un bien sans maître: ils ne confectionnent aucun budget, ils ne tiennent ni les comptes ni les statistiques pour à la fois guider leur processus de prise des décisions et réunir les conditions pour rendre compte de leur gestion. Ils ne répondent même pas au courrier adressé à leurs institutions.
Ils ne sont pas conscients qu'ils sont de simples intendants au service du peuple dans les institutions confiées à leur pouvoir. C'est le règne de la privatisation de l'Etat en République Démocratique du Congo où les universités, les écoles, les hôpitaux. les entreprises, les ministères sont gérés sous le coup de l'intuition de leurs animateurs. Telle est la manifestation criante de la crise des valeurs éthiques en République Démocratique du Congo.
Le Temple d'Ethique et le Conseil National d'Ethique ont été conçus pour corriger cette vision erronée de la gestion des institutions au Congo. Ils ont la vocation d'être le lieu d'enfantement d'une nouvelle race de dirigeants, maniant à la main gauche des valeurs éthiques et à la main droite la compétence technique en vue de la renaissance de la nation congolaise et de la réalisation à court terme au centre de l'Afrique d'un paysage paradisiaque.
Ces objectifs sont d'autant plus faciles à atteindre que la ROC dispose de tous les atouts dans son jeu, sauf des valeurs éthiques dont le déficit entretient constamment la crise dans le pays sous tous les rapports.
Cette étude se propose de redresser cette entorse dont la pesanteur exerce des effets déprimants sur tous les programmes de développement initiés en République Démocratique du Congo. Il est urgent de renverser les tendances du moment par le changement de mentalité, grâce à la révolution culturelle en République Démocratique du Congo réclamée par le peuple avec toutes ses forces à la Conférence Nationale Souveraine (CNS) au point de verser sans compter son sang le 16 février 1992 pour obliger le gouvernement NGUZ à rouvrir avec force la Conférence fermée en vue d'étouffer les élans révolutionnaires du peuple.
Le peuple congolais perçoit sa victoire au déploiement sans complaisance des institutions citoyennes pour encadrer les institutions politiques de transition contre le risque de submersion par de nombreuses anti-valeurs héritées de la Deuxième République. Telle est la vision de l'avenir, pas du tout lointain, que permet l'avènement des institutions citoyennes, dont le Temple d'Ethique.