LA TRAQUE DES FDLR : les populations payent le pot cassé

ALERTE N° 001/09
Feuillet mensuel GAO

LA TRAQUE DES FDLR :
Les populations payent le pot cassé.

A l’issue de la réunion extraordinaire du gouvernement congolais du 12 janvier 2009, les populations congolaises ont été informés de la décision du désarmement des combattants hutu des FDLR ( forces démocratiques pour la libération du Rwanda), sous l’observation des officiers rwandais, et les contraindre à regagner leur pays.

Au Sud Kivu, les exactions commises par ces rebelles depuis une dizaine d’années sont connues : tueries, massacres des citoyens, enlèvement, vol, viols…
Cette décision a été bien accueillie par la grande majorité de la population victime des diverses violations des droits humains perpétrées par ces FDLR, sans pour autant penser aux conséquences graves qui résulteraient de cette chasse à l’homme.

Commencées dans la province du Nord kivu depuis le 20 janvier 2009, ces opérations de traque des FDLR se poursuivent jusqu’à ce jour. Mais étant donné le lien qui uni le nord kivu au Sud kivu, les effets néfastes se ressentent de plus en plus dans la province du Sud kivu.

En effet, Les combattants FDLR se disent insécurisés par la traque menée sur eux et décident de se venger sur les populations locales.

Ainsi, 3 personnes ont été tuées et 17 autres enlevées par lesdits combattants le 09 février 2009 en territoire de kalehe.

Dans le même territoire, 40 personnes ont été abattues du 12 au 14 février 2009. Plusieurs blessés et 5 brûlés vifs dans leurs maisons ont été répertoriés dans le village de Cipopo à Bunyakiri.

Le village de Kajeje , en groupement de Mudaka , dans le territoire de kabare a aussi été la cible des FDLR dans la nuit du jeudi au vendredi 20 février 2009. Trois jeunes hommes ont été enlevés. N’eut été l’intervention des militaires FARDC, le village auraient subi des dégâts énormes.

Par ailleurs, les FDLR pourchassées au Nord Kivu par la coalition des forces Rwandaises et congolaises quittent cette province, passent par le parc de kahuzi Biega pour s’entasser dans les territoires du Sud-kivu notamment à Kalehe, Walungu et Shabunda et se prépareraient à riposter.

Ceux qui sont regroupés à Luyuyu à 200 km au Nord –Est de Shabunda ont adressé une lettre au Gouverneur de Province du Sud Kivu lui demandant d’évacuer la population dudit territoire pour une prochaine bataille contre les forces coalisées. La même lettre a été transmise à l’administrateur du territoire de Walungu par les FDLR demandant aux populations de se mettre à l’abri.

C’est dans ce cadre qu’une rencontre des leaders locaux a été organisée à Kaniola, un des seize groupements de Ngweshe à Walungu, le samedi 14 février 2009, réunion à laquelle l’administrateur du territoire de Walungu a pris part.
L’ordre du jour a porté sur la sensibilisation de la population à rester vigilante face aux exactions prévisibles des FDLR disséminés dans les forêts du parc de Kahuzi Biega et à Luyuyu.

Ainsi, un comité permanent a été mis sur pied à savoir le CPP ( comité permanent de la paix) dans chaque village du groupement de kaniola pour la sensibilisation de la population contre la haine, la trahison et à cesser de collaborer avec les FDLR et les rastas ( un groupe armé local) qui vivent dans la forêt autour dudit groupement.

C’est dans ce climat de panique et de peur dans les territoires de Walungu, Kalehe, kabare, Shabunda et mwenga que l’organisation GAO se joint à tous les acteurs impliqués pour la paix et demande aux autorités tant nationales que provinciales d’ arrêter des mesures adéquates afin de sécuriser les populations civiles exposées aux exactions des FDLR. Mieux vaut prévenir que guérir dit –on.

GAO asbl.

Le 21 février 2009.