OPPORTUNITE POUR LA RDC : OBJECTIF 2011

OPPORTUNITE POUR LA RDC: OBJECTIF 2011

Peut on dire enfin ?

L’Autorité décide ; Corruption zéro! Une bonne nouvelle pour l’ensemble de la communauté. Nous saisissons la balle au bon pour encourager nos compatriotes que dans cette optique l’espoir nous est permis y compris celui de vivre heureux grâce à nos ressources.

Notre certitude se fonde dans la mesure où une bonne justice sera source de production de richesse dans le cas de la RDC. Par le recouvrement forcé des fonds éparpillés dans les paradis fiscaux après un procès exemplaire dont les éléments constitutifs sont ;

- L’enrichissement rapide des ceux qui ont eu mandat de gérer alors que l’état de pauvreté de la population contraste avec les potentialités de richesse que le pays a. Ceci suppose qu’il y a soit mauvaise gestion soit vole ou encore détournement,

- L’existence de deux rapports ; l’un de l’ONU sur le pillage de ressources de la RDC fait par son Panel et l’autre sur les conventions à caractère économique et financier concluent pendant les guerres de 1996 – 1997 et de 1998 faite par la Commission LUTUNDULA de l’Assemblée Nationale,

- L’installation des nouvelles autorités de la magistrature avec comme consigne tolérance zéro,

- Les prédispositions de la société civiles congolaise à l’appui des institutions pour la bonne gouvernance tel que les recommandent les articles 58 et 59 de la Constitution du 18 Février 2006 qui stipule ;

« Tous les Congolais ont le droit de jouir des richesses nationales.
L’Etat a le devoir de les redistribuer équitablement et de garantir le droit au Développement,
« Tous les Congolais ont le droit de jouir du patrimoine commun de l’humanité. L’Etat a le devoir d’en faciliter la jouissance.

Après avoir félicité la population Kinoise de l’engouement pour l’enrôlement pendant la révision du fichier électoral, remercions aussi tous ceux qui ont contribué à cette prise de conscience collective entre autre la société civile kinoise. Sur ce, nous appelons justement cette société civile de continuer à soutenir la normalisation de la gestion politique et économique de notre nation en se préparant sur 2 axes ;

- Pousser les actuels animateurs politiques à agir pour le bien de l’ensemble de la communauté nationale par des actions concrètes et à large spectre dont le bilan chiffré doit être présenté aux mandants encadrés par la société civile locale motivée.

- Préparer, pour début 2010, une campagne de sensibilisation croissante et ciblée des électeurs pour un vote sanction.

Pour cela, dès à présent, prendre la CEI en tenaille en ce sens que tout ce qui est projet, programme et activité de cette institution d’appui à la démocratie, soit vite mis à la connaissance de la majorité de potentiels électeurs aux élections de 2011. Contribuer à l’amélioration de choix dans l’affectation de personnel de la CEI dans les centres et bureaux de vote enfin d’éviter les interférences politiques sources de climat de méfiance. Préparer les témoins locaux pour chaque bureau de vote.

Dans le même ordre d’idée, réunir ces électeurs pour mettre à leur connaissance les analyses des experts de la politique dans le but d’évaluer la marche, tout au long de cette législature, de chaque acteur politique et de son regroupement. Une sorte de regard croisé sur les potentiels candidats pour leur propre succession.

Tout cela ne pourra prendre du sens que s’il y a comme forme de passerelle entre les électeurs et les candidats, une société civile structurée et débarrassée des chauves sourie. Ainsi, l’option doit être levée sur l’orientation des animateurs ou militants de cette composante et partenaire de la vie nationale dans le cadre de la démocratie et bonne gouvernance.

Comme il ne nous reste que quelque jours pour l’ouverture de la session parlementaire de septembre, même si nous savons qu’il est primordialement budgétaire, nous souhaiterions que des points sombres de l’actuelle législature soient traités vue leur importance par rapport au respect de la constitution. Il s’agit de ;

-Dossier de moratoire sur la double nationalité
-Le rapport de la commission LUTUNDULA
-La question de la retenu de 40 % par des provinces
-La non application par le gouvernement des recommandations de l’Assemblée Nationale
-Et autres projets et mécanismes de préparation des élections 2011 dans le cadre de l’autofinancement par le trésor public de la RDC.

Voilà en quelque lignes notre raison d’espérer dans le cas où tous ; politiques , leaders de la société civile et l’ensemble de la population mettrons en œuvre ses mots d’ordre ainsi qu’appliquerons ces recommandations formulées bien sur a la hâte mais qui trouvent leur fondement dans la constitution de la RDC dans ces articles 23, 37, 50 al.1, 62 et 66 pour ne citer que ceux-là.

Bonne lecture