L'AG RJMP 10 et LA SEMAINE DE LA PAIX 2010 COMMEMOREES A KANANGA DU 04-10/10/2010: UNE REUSSITE TOTALE

RAPPORT GENERAL DE LA SEMAINE DE LA PAIX 2010

Du lundi 04 au dimanche 10 octobre 2010, le Réseau « Jeunes dans le Monde pour la Paix » (RJMP en sigle) –en partenariat avec Pax Christi International (PCI en sigle) - a commémoré sa 6ème Semaine de la Paix. A cette même occasion le RJMP a tenu sa 7ème Assemblée Générale.
Les travaux de la Semaine de la Paix 2010 se sont déroulés à Kananga autour du thème général : « Bâtissons la Paix, condamnons la haine ».
Le présent rapport général dresse la synthèse de la chronologie des activités telles qu’elles se sont déroulées jour par jour.

Première Journée : lundi le 04 octobre 2010
Cette journée est consacrée à l’arrivée, à l’accueil et à l’installation des participants venus d’autres provinces de la République Démocratique du Congo et de l’intérieur de la Province du Kasaï Occidental.
La Semaine de la Paix 2010 organisée par le RJMP a connu la participation de 50 personnes parmi lesquelles 7 femmes et 43 hommes provenant de 3 catégories ci-après :
1. 7 journalistes représentant certains journaux et certaines chaînes des Radio et Télévisions locales à savoir CMB (Canal Media Brodcasting), KHRT (Kasaï Horizon Radio Télévision), Malandji FM, RDD (Radio Diku Dietu), RTA (Radio Télévision Amazone), RTC (Radio Télévision Chrétienne) et RTEK (Radio Télévision Echos du Kasaï) ;
2. 7 représentants des organisations partenaires de la Société Civile du Congo, Coordination Provinciale du Kasaï Occidental : deux venus du MIEC (Mouvement International des Etudiants Catholiques), deux de l’ALAKAN (Association des Laïcs Adventistes de Kananga), un de CAPSM/ONG, un de l’Eglise de Réveil « Christ Sauve » et un de la Coordination Provinciale de la SOCICO/Kasaï Occidental ;
3. Les délégués du RJMP venus de différents coins de la RDC et du Kasaï Occidental : deux venus de la Section Provinciale RJMP/Equateur, un du Kasaï Oriental et 33 membres du Kasaï Occidental.

Il convient de signaler que les délégués du RJMP Nord-Kivu, Sud-Kivu, Katanga et ceux de la Province Ville de Kinshasa ainsi que Monsieur l’Abbé Président du Conseil d’Administration résidant à Kinshasa n’ont pas pu effectuer le déplacement de Kananga comme prévu faute de facilités de transport aérien sollicitées auprès de la MONUSCO. Cependant, la majorité de ces délégués sont restés en communion avec les participants présents à Kananga et ont envoyé leurs messages d’encouragement ainsi que les rapports de fonctionnement du RJMP et sur l’état de lieu des Droits de l’Homme dans leurs ressorts respectifs. De leur côté, les deux délégués de la Section du Territore d’Ilebo sont arrivés à Kananga le mardi 12 octobre après une semaine passée en route avec la locomotive de la SNCC (Société Nationale des Chemins de Fer Congolais) partie d’Ilebo (Territoire situé à +/- 360 kilomètres de la Ville de Kananga) depuis le mardi 05 octobre 2010.

Deuxième Journée : mardi le 05 octobre 2010
La journée connaît d’abord le retour à Kananga, dans les avant-midi, du Coordonnateur National du RJMP revenant d’une mission officielle d’une semaine de travail à Kinshasa. Elle se poursuit dans les après-midi avec l’échange entre la Coordination Nationale et les Sections Provinciales et Territoriales représentées par leurs membres déjà arrivés à Kananga pour la circonstance.

Troisième Journée : mercredi le 06 octobre 2010
La journée est consacrée à l’ouverture officielle qui a lieu dans la Salle de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC/Kasaï Occidental) par l’Autorité Urbaine de Kananga en la personne de Madame Antoinette KAPINGA Tshibuyi.
Après l’hymne national entonné en chœur par les participants et les invités, le Coordonnateur National du RJMP est intervenu avec son mot de circonstance. Après avoir salué et remercié les invités et les participants, Edel Martin KABUTAKAPUA fait un état de lieu de la paix en RDC et montre que la Semaine de la Paix 2010 est placée sous le signe de la sensibilisation et de l’éducation de la population à la culture de la paix.
La deuxième personne à intervenir est Madame la Maire de la Ville de Kananga qui, avant de déclarer ouverts les travaux de la 6ème Semaine de la Paix au Kasaï, démontre que la paix est nécessaire et donc indispensable pour la réalisation de différentes activités. Madame KAPINGA Tshibuyi félicite le RJMP et PCI pour l’organisation de la Semaine de la Paix et affirme que la paix règne en RDC grâce aux efforts du peuple congolais sous la houlette du Président de la République Joseph KABILA.

Cette journée se clôture à 20h30’ avec la projection d’un film sur la Non-Violence active telle que prêchée par Mahatma GHANDI (1ère partie).

Quatrième Journée : jeudi le 07 octobre 2010
En l’absence des communications de l’Unité de Médiation et de l’Etat de Droit de la MONUSCO/Kananga dont les intervenants se sont excusés à la dernière minute, les participants ont suivi tour à tour le rapport de la Section provinciale du RJMP/Equateur et du RJMP/Kasaï Oriental. Ces deux rapports se basent sur le fonctionnement du RJMP, l’état de lieu de la situation des Droits de l’Homme et de la paix dans les deux provinces citées. Lesdits rapports démontrent dans l’ensemble les violations massives des Droits et libertés fondamentales de l’Homme, la relativité de la paix (le calme apparent et les rumeurs sur la reprise des hostilités par les insurgés Enyele). Et ils terminent par des recommandations formulées à la hiérarchie du RJMP. L’assistance pose des questions aux orateurs et obtient des réponses satisfaisantes.
L’après-midi de cette journée est réservée à la projection du film sur la Non-Violence active de Ghandi (2ème partie) et la communication pratique du Coordonnateur National du RJMP basée sur les rapports auditionnés des Sections Provinciales et les conseils divers visant l’efficacité et le renforcement des capacités des membres de la Société Civile sur terrain. Le Coordonnateur Edel Martin KABUTAKAPUA a émis aussi des commentaires sur le film projecté ce jour.

Cinquième Journée : vendredi le 08 octobre 2010
Après la prière, les rapports synthèse de la troisième et quatrième journée ainsi que quelques conseils et remarques pertinentes à l’endroit de l’assemblée par le Coordonnateur National, vient le tour du sous-thème « Edification et culture de la paix ». Cette communication est l’œuvre de Monsieur Fabrice TSHIMANGA, Vice-Président Provincial du MIEC/Kasayi.
L’orateur démontre que la paix ne se limite pas à l’absence de la guerre. La transformation constructive de conflit et l’installation des structures appropriées de maintien ou de retablissement de la paix constituent des conditions pour assurer une paix durable. Le débat dans une atmosphère détendue a clôturé cette communication.
La deuxième étape de cette journée consiste en la présentation des rapports par les Sections territoriales de Dimbelenge et de Dibaya. Le contenu de ces rapports fait état d’abus et de violations massives des droits et prérogatives des compatriotes vivant à l’intérieur de la Province du Kasaï Occidental. Si la Section territoriale de Dibaya mentionne la discrimination et l’injustice dont sont victimes les élèves et enseignants non-catholiques dans la Mission Catholique Tshikula, Archidiocèse de Kananga sans oublier les tracasseries policières sur toute l’étendue du Territoire de Dibaya, la Section de Dimbelenge déplore le comportement ambigü et paradoxal de l’Etat dans le Secteur de Mashala. En effet, au lieu d’arrêter les auteurs des affrontements sanglants qui ont eu lieu au mois d’août dernier, les agents de l’Etat et particulièrement les éléments de la Police Nationale Congolaise déployés dans le Secteur de Mashala s’illustrent dans l’érection des barrières, l’extorsion des biens et de l’argent à tout passant et laissent circuler librement les inciviques. Cette situation est loin de ramener la paix dans cette partie lointaine du Kasaï Occidental.
La journée s’est poursuivie dans l’après midi avec la communication du Coordonnateur National du RJMP avec le sous-thème « La Justice Internationale et la correlation entre les mots ‘Justice et Paix’ ». Edel Martin Kabutakapua affirme que la journée internationale est fêtée le 17 juillet de chaque année et il fait allusion à la Cour Pénale Internationale (CPI) dont le Statut dit de Rome a été voté à Rome le 17 juillet 1998. L’orateur donne le résumé du Statut de Rome, composé de 13 chapitres et de 128 articles en expliquant la compétence, la récevabilité et les droits applicables par la CPI. A la demande des participants très intéressés par le sujet, le Coordonnateur National du RJMP donne des amples détails sur la compétence matérielle de la Cour et s’apesantit sur les concepts de « crimes de génocide », « crimes contre l’humanité », « crimés de guerre » et « crimes d’agression ». Le communicateur Kabutakapua fait mention des pouvoirs proprio motu dont dispose le Procureur de la CPI pour se saisir de tout dossier au cas où un Etat partie au Statut de Rome se trouverait dans l’incapacité ou ne manifesterait pas la volonté de saisir la Cour. Un débat très vif a suivi cette communication par le jeu des questions-réponses entre les participants et l’orateur.
A 19 h 00, la séance de communication est levée par une courte prière.
La journée se poursuit à 21 heures avec la participation à l’émission « Tribune du Kasaï » de la Radio Malandji FM dédiée à la Semaine de la paix 2010 et à laquelle ont pris part active Madame la Maire de la Ville de Kananga (Mme Antoinette KAPINGA Tshibuyi), le Secrétaire Provincial du RJMP/Equateur (M. Carl KAYONGO), le Coordonnateur Provincial du RJMP/Kasaï Oriental (M. Ali MUKENDI Kapongo) et le Coordonnateur National du RJMP (M. Edel Martin KABUTAKAPUA).

Sixième Journée : samedi le 09 octobre 2010
Après avoir fait des remarques et conseillé les participants sur la ponctualité, le Coordonnateur National du RJMP expose, en recourant à la maieutique, les sept points ci-dessous tirés du livre « Guide de l’éducation civique » (1) :
1. La démocratie
2. Le droit et le devoir de vote
3. La bonne gouvernance
4. La paix et la sécurité
5. La participation des citoyens
6. La négociation et la médiation
7. La planification

La communication de ces sept modules synthétisés passe aussi bien par des interrogations, des récits et proverbes que par d’autres expressions imagées pour la meilleure compréhension chez les participants. Ces derniers ont appris que le conflit a la forme d’un arbre qui laisse voir le tronc, les branches et parfois quelques racines apparentes (conséquences de conflit) mais cache les vraies racines (les causes réelles de conflit). Appelés à jouer le rôle de médiateur et parfois de négociateur de conflits qui minent leurs entités respectives, les participants sont invités à la prudence de tout faire pour connaître les causes réelles de conflits en interrogeant l’histoire du conflit. Ils ont aussi le devoir de connaître les bonnes pratiques d’un bon médiateur ou un arbitre, qui doit avoir:
• une petite bouche (se réserver de beaucoup parler) ;
• de grandes oreilles (écouter beaucoup)
• de yeux grandements ouverts (chercher à voir et entendre avec tout son corps tout ce qui est autour de soi pour mieux comprendre le problème) ;
• un grand cœur pour supporter et endurer toutes les fausses accusations à son endroit ;
• de gros pieds sur terre (la connaissance et la maîtrise du sujet à traiter et de la diplomatie utilisée dans la médiation et négociation pour réussir)

L’après-midi de cette journée est consacrée aux travaux en carrefours. Les participants éclatent en quatre carrefours qui travaillent chacun autour d’un thème sur quatre questions. Thèmes abordés : sla démocratie ; les échéances électorales de 2011 en RDC ; le draft du Plan Triénal RJMP 2011-2014 ; la Paix et la Sécurité, la négociation et la médiation.
Les groupes chargés de l’élaboration de la déclaration finale des participants et de l’amendement du rapport général ont constitués avant que la séance ne soit levée à 20 H30’.

(1) Conakry : Centre Américain, Ambassade des Etats-Unis d’Amérique en République de Guinée, 2004. Imprimé à manille.
http://usembassy.state.gov/conakry (2004)

Septième Journée : Dimanche le 10 octobre 2010

Elle débute par une messe dite en la Paroisse Universitaire Saint Marc de Kananga. Une intention particulière de messe est formulée par les organisateurs de la Semaine de la Paix 2010, et le commentataire de Saint Marc invite les paroissiens universitaires à emboiter le pas au RJMP et PCI pour privilégier la paix.
Sous la conduite de la Fanfare religieuse de Kamilabi, la marche pacifique des participants intervient de 12 H 00 à 15 H00. Elle a suivi l’itinéraire que voici : Rond point Notre-Dame dans la Commune de Katoka (Point de départ)-Avenue Lulua-Rond point des Nations Unies (ex IMCK dans la Commune de Kananga)-Boulevard Lumumba-Place de l’Indépendance en passant par le Bâtiment Administratif du Kasaï Occidental-Rond point Immo Kasaï-Avenue Noélla de Roover-Avenue Shabunda (ex Macar) –Siège National du RJMP (Point de chute de la marche).

C’est à 15 h 30 que commencent les cérémonies de la clôture officielle. Sous l’agrémentation de la Fanfare Kamilabi, les participants et les invités suivent tout à tour la présentation du rapport général, la déclaration finale des participants, le mot de circonstance du Coordonnateur National du RJMP et le mot de clôture des travaux par le Coordonnateur National du RJMP.

Après le cocktail aux invités et un répas aux participants, le Coordonnateur National répond aux questions des journalistes, lesquelles ont constitué sa conférence de Presse.
Dès le soir de cette journée, dans un climat bon enfant mélangé de douleur de séparation et d’espoir de se revoir, la grande partie des participants (venus de l’intérieur du Kasaï Occidental) quittent Kananga.
Huitième Journée : lundi le 11 octobre 2010
Cette journée consacrée au retour des membres de l’intérieur de la Province du Kasaï Occidental est mise à profit par le Coordonnateur National et les délégués provinciaux du Kasaï Oriental ainsi que de l’Equateur. Ces derniers rendentune visite de courtoisie aux différents partenaires dont respectivement le Chef de Bureau de la MONUSCO/Kananga, le Directeur-Adjoint de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR/Kasaï Occidental), la Maire de la Ville de Kananga et le Secrétaire Général du RJMP en détachement au Gouvernorat du Kasaï Occidental.

Le délégué du Kasaï Oriental quitte Kananga par route le soir du mardi 12 pour arriver à Mbuji Mayi le jeudi 14 octobre 2010. Tandis que ceux de l’Equateur quittent Kananga le jeudi 14 et arrivent en bonne santé à Mbandaka le vendredi 15 octobre 2010 après un transit à Kinshasa et après avoir raté le vol de la MONUSCO le mardi 12 octobre 2010. Le RJMP remercie le Général Joseph MUCHAIL de la PNC qui est venu au secours de ces deux délégués avec une contribution financière destinée au payement des taxes RVA/Kananga (66 dollars américains et argent de poche (44$ US).

Fait à Kananga, le 16 octobre 2010

LA COORDINATION NATIONALE

ANNEXES
Annexe I

MOT DE MONSIEUR EDEL MARTIN KABUTAKAPUA, COORDONNATEUR NATIONAL DU RESEAU JEUNES DANS LE MONDE POUR LA PAIX (RJMP EN SIGLE) A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE LA SEMAINE DE LA PAIX 2010, LE MERCREDI 06 OCTOBRE 2010, A KANANGA.

 Madame la Maire de la Ville de Kananga,
 Messieurs les Représentants des Organismes du Système des Nations Unies,
 Distingués invités,
 Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs (Tout protocole observé),

Au nom de Monsieur l’Abbé Président du Conseil d’Administration du RJMP, au nom de la Coordination Nationale de cette ONG des Droits de l’Homme et en mon nom propre, je tiens avant toute chose à vous saluer tous et vous remercier très sincerèment d’avoir répondu favorablement à l’invitation du Réseau à l’occasion de l’ouverture du RJMP couplé 2010 : « 6ème Semaine de la Paix et 7ème Assemblée Générale ». Votre présence parmi nous en ce moment témoigne sans doute de l’intérêt que vous accordez au RJMP.
Je salue particulièrement les membres de différents organes du RJMP venus de différentes provinces de la République et de l’intérieur du Kasaï Occidental. Je leur souhaite la bienvenue et un bon séjour à Kananga. Leur présence dans cette salle, Mesdames et Messieurs, atteste le caractère national du Réseau « Jeunes dans le Monde pour la Paix ». Je les félicite pour leur attachement au Réseau, comme l’atteste leur détermination à réjoindre Kananga dans des conditions difficiles et à des moments très difficles pour certains d’entre eux.
Je saisis cette même opportunité pour traduire la reconnaissance du RJMP à tous ceux d’entre vous qui apportent leur appui à cette Organisation dans l’accomplissement de sa mission. Je pense ici aux autorités politiques, administratives, militaires et policières du Kasaï Occidental ainsi qu’à tous nos partenaires, particulièrement les structures membres de la Société Civile du Congo (SOCICO/Kasaï Occidental), la Presse locale, la MONUSCO/Kananga, Pax Christi International, la Coalition Nationale pour la Cour Pénale Internationale, le Mouvement Mondial pour la Démocratie et la Communauté Européenne. Le RJMP se félicite du climat de compréhension, de collaboration et de partenariat qui règne entre nous.
Je remercie de tout cœur et de façon exceptionnelle la MONUSCO/Mbandaka qui a appuyé ces assises en accordant les facilités de transport aux deux délégués du RJMP/Equateur arrivés à Kananga il y a déjà une semaine. En capitalisant cet appui de transport de 2 délégués sur le trajet Mbandaka-Kinshasa-Kananga-Kinshasa-Mbandaka, les organisateurs se rendent comptent que la MONUSCO/Mbandaka a contribué, à elle seule, avec une somme de dollars américain mille six cents (1.600 $ US).

 Madame la Maire de la Ville de Kananga,
 Messieurs les Représentants des Organismes du Système des Nations Unies,
 Distingués invités,
 Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs (Tout protocole observé),

De lundi 04 octobre à dimanche 10 octobre 2010, le RJMP célèbre la 6ème Semaine de la Paix et tient en même temps sa 7ème Assemblée Générale. Je me permets en effet de vous rappeler que depuis 2005, en partenariat avec Pax Christi International, le RJMP organise la Semaine de la Paix en vue de sensibiliser la population à la culture de la paix. A cette même occasion, le Réseau a pris l’habitude de tenir son Assemblée Générale conformément à ses Statuts.
Pour la Semaine de la Paix 2010, Pax Christi International, après concertation avec ses structures membres et partenaires dont le RJMP, a retenu comme thème « Bâtissons la Paix et haïssons la haine ». Ce thème est commémoré simultanément au Rwanda, au Burundi, en République Démocratique du Congo, au Kenya et dans d’autres pays africains par les Organisations membres et partenaires du Réseau Mondial pour la Paix qu’est Pax Christi International représenté dans les deux Kasaï par le RJMP. Il faudra rappeler que le RJMP, qui participe aux activités de Pax Christi International depuis 2005, a été officiellement agréé comme structure partenaire le 28 avril 2007 par la décision du Comité Directeur de Pax Christi International réuni à Anvers et ce après avoir constaté que notre Réseau remplissait les conditions requises.
Fort de l’énergie que lui apporte ce partenariat, le RJMP est heureux, Mesdames et Messieurs, de constater que le thème retenu rejoint les préoccupations des populations congolaises en général et celles du Kasaï Occidental en particulier.
En effet, le RJMP salue les efforts du Chef de l’Etat Congolais, Joseph KABILA Kabange, pour la pacification de la République grâce à l’efficacité de sa diplomatie. Ces efforts ont permis de libérer notre pays de la présence des armées étrangères qui ont semé la mort et la désolation, offrant ainsi aux Congolais la possibilité de retourner au travail et de reconstruire la nation.
Notre Réseau déplore cependant la présence des groupes armés encore actifs à l’Est de la République, lesquels n’hésitent pas à piller, à violer et à tuer des compatriotes déjà appauvris par tant d’années de guerres.
Dans certains coins de la Province du Kasaï Occidental et Oriental, les conflits de pouvoir autant que des conflits fonciers et champêtres ne cessent de troubler la paix et la sécurité publiques. Les dégâts sont connus : des cases incendiées, des champs dévastés, des pertes en vies humaines inutiles, des déplacements massifs et forcés, l’angoisse, la pauvreté, etc. De leur côté, Pax Christi International et le RJMP ont toujours condamné la violence sous toutes ses formes, d’où qu’elle vienne et quels qu’en soient les auteurs.
Dans ce contexte, Mesdames, Messieurs, « Bâtissons la Paix et haïsson la haine », thème de la Semaine de la Paix 2010 doit être compris comme une invitation à tous les hommes et toutes les communautés épris de paix et de justice à apporter chacun sa pierre à l’édification de la paix dans nos milieux de vie et dans le monde.
Qu’il me soit permis de rappeler, Mesdames, Messieurs, que la construction d’un monde de paix n’est pas une utopie. Le monde de paix est bien possible, pourvu que chacun de nous se débarrasse de tout instinct de violence : intérêt égoïste, sentiment d’intolérance, vision dictatoriale. C’est dans l’amour de l’Autre, dans la compréhension des vues de l’Autre, c’est-à-dire dans l’acceptation des différences, dans les vertus de partage et de dialogue que l’humanité bâtira la paix.
Pax Christi International et le RJMP font leur la déclaration de Madame Susan Atallah de l’Arab Educational Institute qui dit, je cite « Nous devons lutter contre l’instinct de violence qui grandit au sein même des personnes, des communautés et de la société. La non-violence est essentielle si l’humanité veut sauvegarder les relations entre les êtres humains », fin de citation.

 Madame la Maire de la Ville de Kananga,
 Distingués invités,
 Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs (Tout protocole observé),

Le thème de la Semaine de la Paix de cette année devrait interpeller chacun de nous à s’interroger sur ce qu’il convient de faire pour que notre communauté soit paisible et vivable. « Ma façon de penser et de me comporter est-elle susceptible de créer les conditions de paix dans ma famille, dans mon milieu professionnel, dans mon Eglise, dans mon quartier, dans ma ville ? Que dois-je faire pour que cette paix règne effectivement ? ». Telles sont des questions que chacun de nous devrait se poser quotidiennement.
Pour une paix effective, nous avons besoin non seulement d’un Etat congolais démocratique, mais aussi et surtout d’une société congolaise démocratique. C’est-à-dire une société caractérisée par la présence de nombreuses organisations privées jouant un rôle de médiation entre les personnes et les institutions sociales et gouvernementales, une société caractérisée par des échanges d’idées, des débats sur les questions d’intérêt public et la participation libre des citoyens aux élections et à la vie de leurs collectivités.
Dans sa déclaration de Séville sur la violence, l’UNESCO déclarait, je cite, « Si l’homme a été capable d’inventer la guerre, il doit l’être aussi de concevoir la paix ». C’est dans cette perspective que PCI et le RJMP ne croient pas que la violence et la guerre soient inévitables. Ces deux organisations de paix ressentent l’obligation morale qu’a chaque femme et chaque homme de se servir de ses facultés intellectuelles et de leur imagination pour opposer à la violence sous toutes ses formes des alternatives efficaces. Et pour ce faire, ils s’investissent activement dans la sensibilisation et l’éducation à la paix pour :

 éradiquer les causes et non les conséquences de la violence ;
 créer des moyens légaux pour réduire les risques de guerre et les tensions
avant que n’éclatent les conflits ;
 aider les belligérants à trouver à leur conflit des solutions équitables ;
 former des médiateurs et des promoteurs de la réconciliation au sein des
communautés en conflits ;
 élargir la gamme des options non violentes pour résoudre un conflit ;
 défendre et promouvoir les Droits de l’Homme et la démocratie ;
 éduquer la population à la connaissance de ses droits et devoirs en faveur
de l’harmonie dans la société.

Des personnages pervers soutiennent ce sophisme selon lequel « Qui veut la paix prépare la guerre ». Le RJMP, fidèle à ses objectifs, déplore cette vision à laquelle il substitue cette pensée pacifique des Romains : « Qui veut la paix prépare la paix ». C’est cet idéal que nous devons poursuivre en apportant, chacun en ce qui le concerne, sa pierre à l’édifice, patiemment, inlassablement, car bâtir la paix est un processus de longue haleine et fort délicat. Quoique processus de longue haleine, l’éducaction à la paix est indispensable à la création d’une culture de paix. PCI et le RJMP en ont fait leur action de tous les jours.

 Madame la Maire de la Ville de Kananga,
 Distingués invités,
 Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs (Tout protocole observé),

La Semaine de la Paix 2010 est placée sous le signe de la sensibilisation de la population à la culture de la paix. En effet, selon l’UNESCO dont le RJMP est membre par le biais de PCI, une culture de paix comporte toutes les valeurs, toutes les attitudes et toutes les formes de comportement qui reflètent le respect pour la vie, pour les êtres humains et leur dignité et pour les droits humains. C’est le rejet de la violence sous toutes ses formes et un engagement à promouvoir les principes de liberté, de justice, de solidarité, de tolérance et d’entente entre les groupes et les individus. C’est dans ce sens que le Comité organisateur a prévu un certain nombre d’activités et de messages en rapport avec le thème central.
A la fois structure de promotion des Droits de l’Homme et de la culture de paix, Point Focal de la Coalition Nationale de la Cour Pénale Internationale (CN-CPI), Partenaire de Pax Christi International et du Mouvement Mondial pour la Démocratie, le RJMP parlera aussi, au cours de cette semaine dédiée à la paix, de la Journée Internationale de la Justice commemorée le 17 juillet de chaque année, de la Journée Internationale de la Démocratie commémorée le 15 septembre ainsi que de la Journée Internationale de la Paix, célébrée par le monde le 21 septembre. En effet, il était impensable que, à l’heure de la mondialisation où le monde entier commémore toutes ces journées internationales, le Kasaï Occidental n’en fasse pas échos !

 Madame la Maire de la Ville de Kananga,
 Distingués invités,
 Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs (Tout protocole observé),

Il ne me reste qu’à réitérer mes remerciements aux uns et aux autres pour leur présence à cette cérémonie et pour leur contribution à la réussitte de ces assises.
Je vous remercie.

Annexe II

DECLARATION DES PARTICIPANTS A LA 6ème SEMAINE DE LA PAIX ET 7ème ASSEMBLEE GENERALE RJMP TENUES A KANANGA DU 04 AU 102010.

Nous, membres du Réseau « Jeunes dans le Monde pour la Paix » (RJMP en sigle), professionnels des médias, membres des organisations de la Société Civile du Congo et des confessions religieuses, venus de différents coins de la République Démocratique du Congo notamment de l’Equateur, du Kasaï Oriental et du Kasaï Occidental ;
Réunis à Kananga à l’occasion de la Semaine de la Paix 2010 couplée à l’Assemblée Générale du RJMP organisé par celui-ci en partenariat avec Pax Christi International ;
Sensibilisés et impliqués dans la promotion des cultures de paix et des Droits de l’Homme ;
Particulièrement interpellés par les graves violations et abus des droits humains dans tous nos milieux respectifs, surtout dans les milieux ruraux de notre pays ;
Profondément préoccupés par les multiples conflits de limites, fonciers et champêtres qui opposent le Kasaï Occidental au Kasaï Oriental et à l’intérieur de ces deux provinces sœurs, lesquels conflits constituent un frein au développement desdites provinces au moment où la population essaye de répondre à la sensibilisation du gouvernement national de la République Démocratique du Congo pour la relance effective du secteur agricole ;
Convaincus que seule la paix peut favoriser l’amélioration des conditions de vie dans notre pays et apporter des solutions durables à nos divergences ;

Nous, participants à la Semaine de la Paix 2010 organisée à Kananga par le RJMP pour les Droits de l’Homme en partenariat avec PCI

a) Dénonçons
- Les violations fréquentes des droits et libertés fondamentales de l’Homme - créé à l’image de Dieu et protégé par les instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux- ainsi que les abus de mêmes droits quels qu’en soient les auteurs et les victimes. Il s’agit notamment des arrestations arbitraires, des extorsions, des amendes forfaitaires et exagérés, des abus de pouvoir, des tortures et des traitements cruels, inhumains et dégradants, des violences sexuelles, de la discrimination religieuse et tribale ; etc.

b) Recommandons
 A la hiérarchie du RJMP
- La multiplication des rencontres du genre et des sessions de formation ;
- La disponibilisation et la distribution aux sections provinciales et territoriales de la documentation appropriée en matière des Droits de l’Homme, de la paix et des grandes questions de l’heure ;
- Le transfert annuel de l’Assemblée Générale dans d’autres provinces du pays où le Réseau est implanté en vue de garantir le caractère national du RJMP et ce conformément à l’article 5 de nos Statuts ;

 Aux autorités politico-administratives de la RDC
- Le respect strict des textes légaux et lois qui régissent notre pays ainsi que les instruments régionaux et internationaux auxquels la RDC a souscrit ;
- L’amélioration des conditions de vie des populations par la bonne politique de créations des emplois et de protection des Congolais contre toute exploitation dont ils sont victimes de la part des employeurs ;
- La réhabilitation des infrastructures routières et médico-sanitaires ;
- Le vote d’une loi protégeant les acteurs de la Société Civile en général et ceux des Droits de l’Homme de la République Démocratique du Congo en particulier ;
- L’étendue, la visibilité et l’effectivité du Programme « Cinq Chantiers de la République » à travers toutes les provinces et tous les territoires de la République Démocratique du Congo ;
-
 Aux bailleurs de fonds et partenaires nationaux et internationaux
- L’appui financier, logistique et matériel conséquent au RJMP pour l’amélioration de son travail sur terrain en faveur de la promotion des Droits de l’Homme et de la culture de la paix et de la justice ;
- L’appui au Programme triénal RJMP 2011-2014 ;
- L’appui financier pour l’organisation des sessions de formation, d’information et de sensibilisation sur les différentes journées internationales (la paix, la démocratie, etc.) et sur l’organisation et le fonctionnement de la Cour Pénale Internationale ;

c) Prenons les fermes résolutions ci-après

- La restitution à nos bases respectives des acquis des travaux de cette Semaine de la Paix couplée à l’Assemblée Générale du RJMP 2010 ;
- La sensibilisation de nos compatriotes à la culture de la paix par des pratiques de la tolérance et la non-violence active ainsi que des tentatives de réconciliation et négociation devant divers conflits qui déchirent nos milieux de vie respectifs ;
- La sensibilisation de nos compatriotes sur la nécessité et l’urgence d’une participation consciente à la gestion de la chose publique en vue de promouvoir la bonne gouvernance et de consolider notre jeune démocratie ;
- La sensibilisation de la population congolaise et de nos communautés de base respectives sur la pratique de l’éthique et des valeurs démocratiques indispensables non seulement pour l’avènement d’un gouvernement congolais démocratique, mais aussi d’une société congolaise démocratique ;
- La défense et la promotion des droits et libertés fondamentales de nos compatriotes et de la culture de la paix dans nos milieux de vie respectifs quel qu’en soit le prix ;

Fait à Kananga, le 10 octobre 2010

LES PARTICIPANTS (voir liste en annexe)

Annexe III

EDIFICATION DE LA CULTURE DE LA PAIX EN R.D.CONGO

Par Fabrice TSHIMANGA, Vice-Président Provincial du MIEC/Kasayi

I. DÉFINITION
Le concept « Paix » renferme un contenu que plusieurs auteurs ont tenté de cerner. La paix est considérée comme le développement des peuples en harmonie avec l’environnement mais aussi la défense et le développement des valeurs humaines.
La paix ne se limite pas à l’absence de la guerre. Dans son livre intitulé « Education à la citoyenneté », le Professeur Félicien MULAMBA Mubiabo, Secrétaire Académique du Centre Universitaire de Kananga/Univeristé de Lubumbashi, définit la paix à 3 niveaux :
1) Au niveau individuel : c’est le fait de qu’il y a paix lorsque on vit en harmonie avec soi-même, dans une ambiance dépourvue de peur et de souci ;
2) Au niveau social (en société) : il y a paix lorsque les membres d’une communauté vivent en harmonie entre eux, dans une situation de concorde et que les conflits sont résolus par le dialogue (des moyens no-violents) ;
3) Par rapport à la guerre : il y a paix lorsqu’il y a absence de guerre et des bruits de guerre.

II. CONDITIONS POUR UNE PAIX DURABLE
Il reste, après avoir retabli l’ordre, de s’assurer que la situation ne connaîtra plus, dans le bref délai, une nouvelle évolution dans le sens de conflit. Il faut consolider la paix. Cela est possible dans la mesure où un certain nombre de dispositions sont prises pour la gestion post-conflit des rapports entre les protagonistes.
Les conditions pour assurer une paix durable portent sur :
1) La transformation constructive du conflit, notamment par la prise des mesures structurelles de re-construction et des mesures non-structurelles de réconciliation.
Parmi les mesures structurelles nous pouvons citer la démocratisation politique, la reconstruction économique, le droit juridique de reconstruction, la formation-éducation, le contrôle de l’armement militaire et policier, etc.
Quant aux mesures non-structurelles il s’agira par exemple de changement du climat politique et moral, de panser le passé, de s’engager vis-à-vis du futur, de réconcilier les valeurs, etc.
2) L’installation des structures capables, selon le cas, de retablir la paix, de la maintenir ou de la construire. Il s’agit des actions de maintien de la paix, de retablissement de la paix et de reconstruction de la paix.

III. EDIFICATION DE LA PAIX
III.1. Intérêt :
La mise en œuvre de l’édification de la paix intervient au moment où les parties réalisent que la continuation de la guerre ne leur permettra pas d’atteindre leurs buts.
De plus, l’engagement vers cette option tient au fait qu’elle assure la promotion du bien-être de tous les protagonistes dès lors qu’elle postule pour des rapports de coopération.

III.2. Mécanismes de l’édification de la paix
Le rétablissement de la paix passe nécessairement par la mise en œuvre des compétences appropriées en matière de résolution de conflits, de reconciliation et de construction de la paix.
Pour ce faire, il est nécessaire de développer une méthodologie et des conceptions axées sur les facultés d’intéraction et d’intégration. Cette dimension, soutenue par le processus de reconciliation, débouchera sur un consensus qui à son tour, ouvrira la voie à la transformation du conflit.

IV. CULTURE DE LA PAIX
Le concept de la culture de la paix a été formulé en 1989, à l’occasion du Congrès International sur la paix dans l’esprit des hommes (En Côte d’Ivoires).
La culture de la paix est un ensemble des valeurs, attitudes, comportements et modes de vie qui rejettent la violence et préviennent les conflits en s’attaquant à leurs racines par le dialogue et la négociation entre les individus, les groupes et les Etats.

Conditions d’une culture de paix
En vue de matérialiser une culture de paix, les conditions suivantes sont prévues :
 Au niveau de la politique : une gestion transparente des affaires publiques ; l’instauration d’une véritable démocratie.
 Au niveau de la défense : sensibiliser davantage les militaires à la culture de la paix.
 Au niveau de la justice : améliorer l’efficacité de l’appareil judiciaire et renforcer son indépendance.
 Au niveau de l’économie : mettre en place des structures fiables et transparentes pour la gestion de l’économie du pays.
 Au niveau de l’éducation : revaloriser la morale et l’éducation civique dans les programmes scolaires en insistant sur les valeurs de tolérance, de laïcité, d’intégrité de paix et des droits humains.
 Au niveau de la religion : rencontres regulières et dialogue permanent entre les différentes confessions religieuses.
 Au niveau des femmes : encourager les mouvements des femmes relatifs à la culture de la paix.

CONCLUSION

Eu égard à tout ce qui précède, nous comprenons que l’édification de la culture de la paix n’est pas un problème facile.
La participation des communautés concernées est primordiale dans l’élaboration des actions pour une paix durable. L’édification de la paix ne peut être vécue que dans un climat de paix. C’est alors que la paix acquiert importance dans les rapports réciproques et constitue l’intérêt des uns et des autres.
Plusieurs stratégies ci-dessous peuvent être appliquées en vue d’édifier la culture d’une paix durable :
 La justice : les organisations et les institutions qui protègent les droits et oeuvrent pour la paix (MONUSCO, Pax Christi International, RJMP, ONGDH, etc.) ;
 La transformation : le changement des croyances et des comportements individuels (le pacifisme et la non-violence) ;
 La politique : la création des institutions, des lois, des traités (la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme) ;
 La puissance : l’utilisation de la force des armes et de la force de dissuasion ;
 La protection écologique : la pérénisation des relations entre les humains et l’environnement ;
 L’éducation : l’enseignement des aptitudes et des connaissances pour le soutien de la paix et l’art de la négociation.
Notons que la réalisation de notre dévise : « Justice, paix, travail » n’est possible que dans un Etat de droit car il n’y a pas de justice sans paix, il n’y a pas de paix sans justice et sans travail.

Fait à Kananga, le 08 octobre 2010

Annexe V
MOT DE MONSIEUR EDEL MARTIN KABUTAKAPUA, COORDONNATEUR NATIONAL DU RESEAU JEUNES DANS LE MONDE POUR LA PAIX (RJMP EN SIGLE) A L’OCCASION DE LA CLOTURE DE LA SEMAINE DE LA PAIX 2010, LE DIMANCHE 10 OCTOBRE 2010, A KANANGA.

 Messieurs les membres du Conseil Provincial de Sécurité,
 Distingués invités,
 Messieurs et Mesdames les participants,
 Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs (Tout protocole observé),

Au moment où les lampions s’éteignet sur la célébration de la Semaine de la Paix couplée à l’Assemblée Générale du RJMP 2010, je vous invite d’abord à vous mettre debout pour observer une minute de silence en mémoire d’un des grands défenseurs des Droits de l’Homme en République Démocratique du Congo, Floribert CHIEBEYA Bahiziré, retrouvé assassiné mardi le 1er juin 2010 !
Merci, veuillez vous asseoir.

 Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs (Tout protocole observé),

Tout est bien qui finit bien, dit-on. Je me fais le devoir d’exprimer la gratitude de Monsieur l’Abbé Président du Conseil d’Administration et de la Coordination Nationale du RJMP à toutes celles et à tous ceux qui, de loin ou de près, ont contribué à la réussitte de ces assises.
Placée sous le thème général « Bâtissons la paix, condamnons la haine », la Semaine de la Paix 2010 avait pour objectif principal la formation des participants et la sensibilisation de la population congolaise à la culture de la paix. A cette occasion, je me permets de remercier sincerèment toutes les chaînes de Radio et Télévision locales qui ont consacré et réservé un espace d’information et d’émission spéciale à nos activités. Je leur reste très reconnaissant et leur exprime les remerciements du RJMP et de PCI car, reconnus comme quatrième pouvoir, ils ont relayé le message de paix et nous ont ainsi permis d’atteindre un large public.
Je remercie particulièrement ces chaînes de Radio et de Télévision CMB (Canal Media Brodcasting), KHRT (Kasaï Horizon Radio Télévision), Malandji FM, RDD (Radio Diku Dietu), RTA (Radio Télévision Amazone), RTC (Radio Télévision Chrétienne) et RTEK (Radio Télévision Echos du Kasaï) pour avoir pris une part active au déroulement des travaux de la Semaine de la Paix et surtout pour avoir fait la différence entre les messages publicitaires, propagandistes et l’information intéressante qui peut sauver notre chère patrie.
J’adresse les remerciements du RJMP aux structures partenaires de la Société Civile du Congo (SOCICO/Kasaï occidental) telles que le MIEC (Mouvement International des Etudiants Catholiques), l’ALAKAN (Association des Laïcs Adventistes de Kananga), CAPSM/ONG, l’Eglise de Réveil « Christ Sauve » et la Coordination Provinciale de la SOCICO/Kasaï Occidental pour avoir pris une part active et contribué à la réussite de nos assises.
Le RJMP gardera gravé dans ses annales la qualité culinaires et les efforts fournis par l’équipe affectée à la cuisine en vue d’offrir aux participantes et participants l’énérgie et les forces essentielles au bon déroulement de nos assises.
J’exprime enfin les sentiments de reconnaissance du Réseau à l’endroit des membres venus de l’Equateur, du Kasaï Oriental et de l’intérieur du Kasaï Occidental pour leur attachement à notre leur Structure. Je ne saurais oublier les participantes et participants à la Semaine de la Paix 2010 pour avoir focalisé leur attention sur l’essentiel.
 Distingués invités,
 Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs (Tout protocole observé),

Albert Camus disait, je cite, « La paix est le seul combat qui vaille d’être méné », fin de citation. Ceci est une invitation lancée à nous tous pour être aussi bien des bâtisseurs que des combattants de la paix. Bâtissons tous la paix, condamnons la haine et la discrimination sous toutes leurs formes, condamnons l’injustice et les violations des droits et libertés fondamentales de l’Homme sous toutes leurs formes. Tel est le message que je vous confie et que vous devez ramener dans vos milieux de travail et de vie, dans vos familles et dans vos quartiers respectifs.
La paix est un processus et un défi à relever pour lequel nous devons nous battre en combattant l’injustice et la haine.
Les rapports de différentes sections provinciales et territoriales de notre Organisation font état de plusieurs cas d’abus et de violations massives et parfois systématique des Droits de l’Homme dans notre pays, surtout à l’intérieur de ce dernier. Outre ces abus et violations, l’impunité règne en maître. Ces ennemis de la paix que nous voulons bâtir et de la consolidation de notre démocratie naissante ne vont pas être balayés d’un coup magique. Ils nécessittent de notre part engagement et unité, vision lointaine et claire pour ne pas céder au découragement utilisés parfois comme arme par les détracteurs de la promotion des Droits de l’Homme et de la démocratie. Notre entreprise est un processus de longue haleine qui vaut la peine d’être mené.
La Province du Nord-Kivu reste le ventre mou de la République Démocratique du Congoen ce qui concerne les violations des Droits de l’Homme et l’insécurité : les vols à mains armées, les tueries, les incendies des maisons, les viols des femmes et des enfants et l’impunité ainsi que d’autres maux constituent le lot quotidien des villes, cités et villages de cette partie de la nation congolaise. De Kanyabayonga (Sud) à Eringeti (Nord) et de Kasindi (Est) à Manguredjipa (Ouest) soit sur l’ensemble des Territoires de Lubero et Beni, ainsi que dans les Territoire de Rutshuru, Masisi et Walikale, la Paix bas encore da l’aile. Les groupes armés MaÏ-MaÏ, FDLR, ADF/NALU… continuent à s’illustrer, en fréquentes occasions, par des pillages, des tueries, des viols et autres actes d’intimidation dans les milieux non encore sécurisés.
Que dire des conflits fonciers, des tracasseries policières et administratives, des barrières illégales qui s’érigent ça et là ainsi que des abus de pouvoirs et des extorsions des biens dont sont victimes nos compatriotes et nous-mêmes sur l’ensemble du pays? La première arme non-violente qu’il faut opposer à ce climat impropre à la paix et ennemi à la reconstruction de la RDC c’est d’abord la lutte contre l’ignorance. Menons cette lutte par la sensibilisation et l’information permanentes et dans tous les lieux : matin et soir, jour et nuit, lors des fêtes et des deuils, à l’école et en famille, à l’église tout comme en voyage, à l’hôpital ou au cimétière, etc.
Aux participants à la Semaine de la Paix 2010 qui s’achève, je lance ces deux idées géniales : « Qui peut le plus peut le moins » et « A vaincre sans péril on triomphe sans gloire ». Les diverses difficultés que vous avez surmontées durant ces assises font parties de votre formation et elles doivent vous servir de modèle. En effet, la défense des Droits de l’Homme et la promotion de la culture de la paix ne sont pas choses aisées. De nombreux compatriotes avant vous se sont découragés, et d’autres y ont même sacrifié leur vie. L’essentiel est de connaître exactement ce qu’on poursuit, la bonne manière d’atteindre son but et d’y tenir pour la primauté de la dignité humaine.
Une chose importante à retenir, Mesdames, Messieurs, est que tout ce que vous avez appris et maîtrisé ici ne doit pas rester votre propriété ni être enterré après votre départ d’ici. Ce sont des talents, et comme ce patron à ses serviteurs, je vous invite aussi à aller les fructifier. Vous avez appris comment être de bons médiateurs et négociateurs, allez réconcilier tout le monde et négocier la paix. Ramenez le paquet de paix dans vos milieux de vie respectif, répandez et respirez, partout où vous serez, l’odeur de la paix en condamnant la haine et la violence sous toutes leurs formes.
 Messieurs les membres du Conseil Provincial de Sécurité,
 Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs (Tout protocole observé),

Il ne me reste qu’à réiterer aux uns et aux autres les sentiments de gratitude du RJMP pour leur contribution à la célébration de la 6ème Semaine de la Paix couplée à la 7ème Assemblée Générale Ordinaire du RJMP. Je vous souhaite bon retour chez vous et vous charge de saluer nos amis que vous allez réjoindre.

Je vous remercie.